FRANÇOIS CONOD

LA REVANCHE DU CHEVAL FOU

Roman
2019. 104 pages. Prix: CHF 25.00
ISBN 978-2-88241-448-9


Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

«Oui, j'admire beaucoup mon père. S'il m'a amené (provisoirement j'espère) du Connecticut dans le Dakota-du-Sud, c'est dans l'intention d'étudier la possibilité de sculpter le Mont-Rushmore.»
Le père de James Lincoln de La Mothe Borglum (on l'appelle Jimmy) se prénomme John Gutzon (Gutzon pour tout le monde), né en Idaho, d'une famille de mormons (originaire du Danemark).
Les sculptures du Mont-Rushmore y représenteront les têtes gigantesques de quatre présidents américains: Georges Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln.
De Borglum père et fils, François Conod fait des personnages d'un roman. Qui commence en 1927, en même temps que les travaux des statues monumentales du fameux Mémorial national de Keystone.
Jimmy admire son père, mais ne l'aime pas. Celui-ci est en effet un «tyran domestique», qui contrôle tout, «même les lectures»: Jimmy lit en cachette un livre (qu'il lui aurait «déconseillé»), prêté par son ami Chuck.
Jimmy n'aime pas les Noirs, comme son père, qui fait partie du Ku Klux Klan et l'a emmené, pour l'éduquer, encagoulé de blanc, à une de ses cérémonies secrètes, où sont pendus deux Asiatiques.
Gutzon meurt en 1941. Jimmy termine son grand œuvre presque achevé: «J’ai vingt-neuf ans. Maintenant, je suis marié. À une femme que je n'aime pas spécialement, mais qui a mis fin à mes tourments.»
Il voulait être ingénieur, mais est devenu sculpteur... Il est sévère avec ses enfants alors qu'il essaie d'être pour eux un meilleur père que ne fut le sien: «J’avais peur de lui bafouiller que j'avais peur. De lui.»
Mont-Rushmore était pour les Indiens la montagne des Six grands-pères, déflorée pour les quatre présidents. La Revanche du cheval fou sera, tout près, «la plus grande sculpture du monde», celle de Crazy Horse…
Jimmy aura exercé le même métier que son père parce qu'il avait peur d'être méprisé par lui. Mais il n'avait que du savoir-faire («Rodin avait du génie, Gutzon du talent») et ne savait pas ce que c'était que l'amour:
«Pour avoir mieux que du savoir-faire, il faut aussi de l’amour.»

Blog de
FRANCIS RICHARD

Haut de la page

Roman posthume de François Conod, La Revanche du cheval fou évoque surtout une relation père-fils, dans l’Amérique du XXe siècle…

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Haut de la page

Extraits (Acrobat 594 Ko)