MARCEL SCHÜPBACH

INSTANTANÉS

Récits
2020. 152 pages, avec quelques photographies. Prix: CHF 28.00
ISBN 978-2-88241-455-7


Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Adolescent, Marcel Schüpbach a peine à communiquer. Il lui faut absolument trouver un autre langage: «ce sera le cinéma.» C'est ainsi que, têtu, à l'âge de dix-sept ans, il réalise un court-métrage et obtient qu'il soit présenté par son collège à la Semaine d'études cinématographiques de Leysin.
C'est le premier des vingt-neuf récits d'Instantanés. Les autres n'auraient pas eu lieu sans celui salvateur qui l'identifie au cinéma. Ils sont pris tout au long de cinquante années, au cours desquelles il abordera aussi bien la fiction que le documentaire et devra faire montre de ténacité et de caractère.
Tout ne va pas lui réussir. Mais n'apprend-on pas davantage de ses échecs que de ses succès? En tout cas, avec le cinéma, il a trouvé sa voie et est devenu l'homme qu'il est aujourd'hui, un réalisateur qui a appris «à regarder le monde» et «à capter la vraie vie» et, pour ça, su faire ce qu'il fallait.
De ces récits, il ressort qu'il a l'esprit ouvert, qu'il sait prendre des risques, qu'il ne se laisse pas contaminer par l'air du temps et, surtout, qu'il aime les gens, qu'ils soient de parfaits inconnus ou célèbres comme Luc Bondy, Pierre Amoyal, Jacques Chessex, Maurice Béjart ou Carla del Ponte.
Les inconnus sont par exemple des malades mentaux, une criminelle qui a enfanté en prison, des jeunes à la dérive, un jeune blessé tadjik, une prostituée, un mineur creusant le tunnel du Lötschberg ou encore des Algériennes révoltées contre le code de la famille qui, partout, s'applique à elles.
Subjectivement un instantané me parle plus que d'autres: celui de l'entretien que l'auteur a avec cet animateur de théâtre qu'était Luc Bondy et qui parle de l'amour, l'amour qui est au fond le grand sujet, celui qui a plus d'importance que tous les autres parce que tout dans l'existence tourne autour de lui: «Shakespeare a beaucoup écrit là-dessus et montré que tout est tellement lié.»
Un autre «instantané» me tient à coeur, c'est le cas de le dire, c'est le tournage, en 2005, en quelque trente-deux heures, d'une transplantation cardiaque opérée sur une petite Loréna de cinq ans et demi, «l’extraordinaire voyage d'un coeur de la mort à la vie,» qui trouve son épilogue douze ans plus tard.
Avec Loréna, dix sept ans, Marcel Schüpbach réalise en effet son dernier film, diffusé en octobre 2017 sous le titre Deuxième souffle dans le magazine Temps présent de la Radio Télévision Suisse. Pendant le tournage, elle n'arrête pas de lui poser des questions sur le montage. Il lui trouve un stage: «Loréna deviendra peut-être un jour monteuse.»


Blog
de FRANCIS RICHARD

Haut de la page

(…) cette semaine, lisons le cinéaste Marcel Schüpbach. Son livre Instantanés vient de paraître chez Bernard Campiche, il raconte trente-huit courtes histoires vraies, drôles, émouvantes, interpellantes, stimulantes. Comment voyons-nous, comment captons-nous le monde? (…)

JACQUES POGET
, sur Musique Matin, RTS Espace 2, samedi 25 avril 2020

Haut de la page

En vingt-neuf instantanés, l’auteur retrace cinquante ans de cinéma et raconte les moments clés de son parcours de réalisateur. On rencontre en coulisses quelques monstres sacrés tels Béjart, Chessex ou Carla Del Ponte, mais aussi de parfaits inconnus qui ont marqué par leur empreinte les films du cinéaste. Pour Schüpbach, l’expérience du réel a souvent dépassé la fiction, semant son chemin de petits cailloux blancs.


Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Haut de la page

Extraits (Acrobat 3.5 Mo)