LAURENT KOUTAÏSSOFF

LES CHATS  NOIRS DE GALLIPOLI

Roman
2022. 304 pages. Prix: CHF 30.00
ISBN 978-2-88241-474-8


Biographi

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Manifestations, rencontres et signatures

Index des auteurs

Les Chats noirs de Gallipoli, de Laurent Koutaïssoff

«Pour elle, c'était un signe: son acte s'inscrivait dans la durée, les chats noirs allaient se multiplier et rendre son geste éternel dans la mémoire de tous.»
Dans ce roman, deux histoires se déroulent parallèlement, mais n'en font qu'une, finalement. L'une commence en 1926 à Gallipoli, dans les Pouilles, province de Lecce, l'autre en 2018, à Lausanne, canton de Vaud:
«La date n'a pas d'importance. Les pendules ne se sont pas arrêtées. C'est arrivé. C'est tout.»
Le point, et lieu, commun de ces deux histoires? Une église de Gallipoli, Santa Maria della Puritâ. Comme deux cours d'eau, elles y font leur jonction, et l'ésotérique y joue son rôle, sans que l'avenir soit déterminé.
Renonçant à la médecine, il a consacré toute sa vie à l'histoire de l'architecture. Ce 3 septembre 2018, alors qu'il examine une diapositive de l'église de Gallipoli pour préparer son cours, deux policiers l’interrompent.
Ils sont venus lui annoncer la terrible nouvelle et l'emmènent là où le corps de son fils repose sous une bâche, après avoir été renversé par un camion, afin qu'il le reconnaisse: ce jour-là, il franchit «les portes de l’attente».
Ce 24 juillet 1926, Francesca Badolati suit Giuseppe Barba, dit Beppe, dans le cortège, où il conduit, comme les autres, la statue de Santa Cristina, patronne des pêcheurs, jusqu'à la jetée, où elle sera chargée sur un bateau.
Pour Francesca, qui, dix-sept ans plus tôt, a été trouvée à l'aube, emmaillotée devant Santa Maria della Puritâ, l'église de la grande plage aux pieds des remparts, et pour Beppe, qui se sont vus, c'est le début de l’amour.
Ce que ni l'un ni l'autre ne sait, c'est que ce sera un «amour fatal». C'est le récit de cet amour et de son influence sur le professeur qui est la trame de ce roman de Laurent Koutaïssoff, où la vie et la mort sont les protagonistes.
À Tina, la diseuse d'avenir, pour ce qui concerne Francesca, Beppe, les enfants qu'ils auront, deux cartes se sont imposées. L'une représente la chance, l'autre la prudence, «une invitation à regarder le monde différemment».
Peut-être faut-il donc voir dans ce roman un apologue. Certes personne ne maîtrise complètement sa vie, mais, pour bien agir, il faut saisir la chance qui se présente et ne pas être «esclave de la prudence [ni] de la solitude».

Blog de FRANCIS RICHARD

Haut de la page

Laurent Koutaïssoff, Les Chats noirs de Gallipoli

Quel livre! J’ai été littéralement engloutie, comme ensorcelée, il me semble que je n’ai plus oser respirer, j’avais l’impression de galoper et en même tant d’être tétanisée sans jamais vouloir manquer un mot, captive de la suite qui m’étreignait de plus en plus jusqu’aux larmes. Depuis si longtemps, je n’ai été emportée à ce point. Merci à vous Monsieur Laurent Koutaïssoff!

ODE BILLARD, Bibliothèque du Cercle littéraire, Lausanne

Haut de la page

Présence de la mort et hymne à la vie dans une ville des Pouilles

Après des études en Lettres à Lausanne, Laurent Koutaïssoff travaille actuellement dans l’administration vaudoise. Il est l’auteur de plusieurs livres et de créations théâtrales. Son dernier roman est bâti sur deux destins, auxquels sont consacrés alternativement de courts chapitres. Celui de Francesca, qui débute à Gallipoli en 1926. Et celui de David, professeur d’histoire de l’art à l’Uni de Lausanne, qui commence en 2018 par un drame: la mort de son jeune fils renversé par un camion. Un moment très fort: le constat de reconnaissance du corps que doit faire le père devant la police. Cette fin brutale va le mettre dans un état de prostration et provoquer l’éloignement du couple. Spécialiste de l’église Santa Maria delle Purità à Gallipoli, il décide de se rendre dans cette cité des Pouilles pour s’y donner la mort. Quant à Francesca, elle connaît un amour passionné avec son mari, le pêcheur Beppe, qu’elle va perdre en mer, avant de connaître d’autres deuils que le lecteur découvrira. Koutaïssoff peint un beau portrait de cette femme courageuse, fière et noble, qui va affronter son destin. Cela dans le cadre d’une petite ville du Sud de l’Italie très attachée à son catholicisme, mais aussi à de nombreuses superstitions. La vieille voyante Tina, qui lit l’avenir dans les cartes, joue d’ailleurs un rôle important dans le livre. On notera que Gallipoli est d’origine fin du roman. L’auteur dépeint avec talent l’atmosphère de cette cité, connue pour ses pressoirs souterrains, celle de ses rues tortueuses, de ses églises et processions, de son petit port de pêche. Par ailleurs, l’Histoire n’est pas étrangère au roman. C’est le temps du fascisme, avec ses ardents partisans du Duce dans la bourgeoisie locale. Puis celui de la Seconde Guerre mondiale, avec le débarquement allié de 1943 et le bombardement des navires anglo-américains dans le port de Bari par la Luftwaffe. Et peu à peu, David, au contact de Sabina, la fille déjà âgée de Francesca, va renaître à la vie et accepter le décès de son fils. Quant au sens du titre, on le découvrira vers la fin du livre. Malgré quelques longueurs et un peu trop d’insistance sur les états d’âme du Professore, le roman, bien écrit et aux personnages crédibles, emporte l’adhésion du lecteur.

PIERRE JEANNERET
, Le Courrier, jeudi 30 juin 2022

Haut de la page

Une ville brûlante

En 1926, sur les pavés brûlants de Gallipoli, Francesca Badolati, autrefois abandonnée et recueillie par le singulier Bartolomeo, croise le regard de Giuseppe Barba, revenu au pays pour aider sa mère à la mort de son père. Aussitôt, Giuseppe sait ce qui les attend. Mais il ignore leur destin brutal, au-delà de la grossesse de Francesca, dite la poverina, et de leur mariage. Des années plus tard, un professeur d’histoire de l’art, confronté à une perte violente et douloureuse, se rend à Gallipoli pour mettre fin à ses jours. Mais la présence de chats noirs le met face à son passé et à son futur. Un texte ciselé, poétique et sensuel autour de la douleur. Une façon brûlante de voyager dans les Pouilles.

LAURENCE DE COULON
, La Côte, mardi 28 juin 2022

Haut de la page

«Les Chats noirs de Gallipoli»

Gallipoli, à l’extrémité du «talon» de la botte italienne, dresse face au golfe de Tarente les murs mordorés de ses églises baroques et de ses palais nostalgiques. Un décor de rêve pour un destin au bord du gouffre, celui d’un homme qui porte l’art si haut qu’il a choisi ce superbe écrin pour y mourir. Ou pas…
Renouant avec l’idée très latine d’un pouvoir sorcier des chats, les noirs surtout, Laurent Koutaïssoff leur confie un rôle de «Parques» à l’antique pour tirer les fils du présent et du passé. Car dans cette cité brûlée de soleil, où tout se sait et se murmure, les passions et les secrets sont adulés autant que maudits, donnant tout leur sel à ce roman dépaysant, d’une âpreté élégante et poignante.

PAYOT LIBRAIRE

Haut de la page

L’amour contre la douleur

Deux parcours de vie se rencontrent, alors qu’a priori rien n’était censé les rapprocher. Dans Les Chats noirs de Gallipoli, Laurent Koutaïssoff explore les réactions et attitudes humaines face aux drames de la vie, tant en 2018 que dans l’Italie de l’entre-deux-guerres. Expert en histoire de l’art, un professeur meurtri par le décès de son fils décide de se rendre à Gallipoli, ville d’Italie du Sud qu’il connaît à travers ses travaux universitaires. Huit décennies plus tôt, une histoire d’amour entre un jeune homme et une enfant trouvée intrigue et passionne ses habitants.
Anéanti, l’historien d’art nourrit un funeste projet. C’est pour s’y donner la mort qu’il fait ce voyage jusque dans les Pouilles. Mais le hasard, ou le destin, vient rebattre en partie les cartes. Arrivé dans cette petite ville du Salento, le professeur est amené à prendre connaissance des tribulations des amoureux de l’entre-deux-guerres. Il croise une fille de ce couple, laquelle, vieillie, n’a rien oublié de ce que sa mère lui a raconté. Dès lors, l’universitaire jusque-là englué dans un deuil problématique comprend qu’il est possible de tenir bon. De ne pas céder à la tentation d’en finir. Jalonné de drames et d’élans de solidarité, Les Chats noirs de Gallipoli redonne vie à l’Italie d’autrefois sans laisser de côté le présent, mettent l’accent à la fois sur la souffrance et sur l’importance de la relation amoureuse.

MARC-OLIVIER PARLATANO
, Le Courrier, vendredi 3 juin 2022

Haut de la page

Mais pourquoi la passion de deux jeunes gens fascine-t-elle tant les habitants de Gallipoli ? Les croyances et les superstitions côtoient chaque jour la religion dans cette Italie du Sud de l’entre-deux-guerres. Bien des années plus tard, la vie d’un professeur d’histoire de l’art bascule, alors qu’il prépare un cours sur une église de Gallipoli. Il se rendra dans cette petite ville des Pouilles pour mettre fin à ses jours, mais des dizaines de chats noirs feront rejaillir un passé résonnant comme autant d’oracles de sa propre destinée.
Ce roman explore les souffrances et les réactions humaines face aux drames de l’existence. C’est un double récit sur la relation amoureuse et la douleur, qu’on affronte par l’instinct ou par la parole.

Haut de la page

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.