camPoche 88


ÉRIC MASSEREY

Moires. Mes moires

Journal en quelque sorte 2012-2018
2018. 120 pages. Prix: CHF 12.–
ISBN 978-2-88241-438-0


Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Manifestations, rencontres et signatures
Index des auteurs


Le médecin humaniste né en 1961 en Valais avait choisi Rances pour y habiter avec sa femme et ses trois enfants. En automne dernier, il a commis un ouvrage d’une centaine de pages, dense, essentiel. Avec des questionnements foisonnants. Ce livre-là est à laisser sur la table de chevet et à reprendre au gré de ses humeurs livresques.
La mémoire de l’écrivain fouille dans le passé, l’ausculte à la recherche de liens, d’appartenances, un thème récurrent dans les romans qui ont pris naissance sous sa plume et publiés par Bernard Campiche. «Nous ne sommes pas seuls dans le passé, nous sommes gens de même terre et de même lumière, de même nuit, musique, pain, nous qui avons vécu dans les mêmes temps et lieu, de génération en génération.» «Il y a même, cette part commune qui traverse les générations maillées, les unes aux autres.» Et la vieillesse qui en découle: «On ne vieillit pas sans voir disparaître des bonheurs et des insouciances.» Et cette question existentielle: «Quel est le sens de toutes ces fins?» Et celle-là, vertigineuse: «Comment exister entre deux ténèbres, pour nous qui sommes nés d’une inconcevable nuit et mourons pas à pas dans une autre?»
L’espace, le temps qui fuit sont des constances dans ses réflexions: «J’ai suivi pendant des années la drague de Hubble dans l’espace et ce qu’il ramenait dans ses filets a compté dans mes rêves: des nuées de galaxies d’étoiles. L’immensité. L’immense immensité de l’immense immensité.» Que pèse la trajectoire de l’homme dans ce mystère et ce vertige? Le passé l’arrime au présent et lui entrouvre la porte du futur.
L’écriture est élégante, racée, la poésie dont il orne ses propos, belle, bouleversante. «Le chant fait une couleur chaude.» «Elle approche. Se pose contre mon corps avec les précautions d’un voilier en arrivage. Ses lèvres sans eau sur mes lèvres sèches, deux terres avides» «Qui connaît nos envies de fontaine, une tendresse de jadis?» «Le besoin de fleurissements clairs et vifs défie les ciels bousculés et gris.» Les expressions dont il parsème ses lignes, suggestives et précieuses pour le lecteur: «le banquet de mes lectures est desservi.» «Ce livre est déposé en villégiature chez moi.» «Nous sommes au bonheur de nous voir.» Il manie l’humour avec subtilité. «Un homme ne termine-t-il pas son adolescence à la quarantaine, s’il parvient à mûrir avant de rancir?»
Entre recueillements, beautés et questions sans réponses, j’aurai vécu.»

ÉLIANE JUNOD,
L'Omnibus, 8 mars 2019

Haut de la page

Je passe d'un lieu à l'autre. J'écris ce journal rythmique ici et là-bas, ces traits d'un visage qui pourrait être le mien; lui va et ne revient jamais. Il migre peut-être sous la surface des eaux de la rivière où je me baigne dans la montagne, sous la surface de l'eau de la fontaine du village qui le reflète, en plaine. Va-t-il jusqu'aux baleines, tortues et anguilles qui nagent vers le lieu de leur naissance, jusqu'au-dessus des eaux et des terres avec les hirondelles, les cignognes et les oies sauvages en quête des quartiers de leurs hiver ou de leurs nidifications? Quoi qu'il en soit, il s'éloigne. Peut-être avec les systèmes solaires, les nuages stellaires et les galaxies en route pour nulle part.
Tant de mémoires existent partout qu'oublier défie l'ordre des choses. La géologie, les glaciers, l'arbre, le chemin, la ville, chaque communauté humaine, le génome de tout ce qui vit, tout se souvient. Les livres, nos lectures, nos écritures, même les plus insignifiantes: colonnes de comptes, listes de courses, et notre regard,nos sens, notre peau, tout est tracé d'histoires. Jusqu'au jour où notre esprit découvre ce que notre coprs a su dès son premier orgasme: tout disparaît sans cesse dans l'oubli, et nous migrons vers un monde sans passé, un lieu de naissances perpétueles qui n'a que fare de notre personne et de notre histoire. Alors se regarder et se voir disparaître… Ainsi va ce journal où bat le temps comme le balancier indifférent d'une horloge comtoise. Où je rends compte d'écriture, de lecture et du désir, cette fratie qui a toujours fait une part profonde de ma vie.

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Haut de la page

Extraits (Acrobat 540 Ko)