campImages 5


CHARLES-HENRI FAVROD

TOUT ÇA.
De la collection de Charles-Henri Favrod

Avec environ 100 photographies
Un «beau livre» au format 25 x 30 cm
Textes d'Édith Bianchi et de Charles-Henri Favrod.
2012. 128 pages. Prix: CHF 45.–
ISBN 978-2-88241-324-6


Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Avec la complicité d’Édith Bianchi et de Bernard Campiche, le journaliste romand Charles-Henri Favrod nous fait partager dans ce livre la passion de la photographie à travers une partie de sa collection: des clichés de photographes célèbres comme Sébastiao Salgado ou René Burri, ou moins connus voire anonymes. De bien belles images de Suisse et du monde accumulées au fil des années par celui qui se définissait lui-même comme un «chineur à la lampe».

JULIETTE DAVID,
Suisse-Magazine

Haut de la page


Dans le regard du monde

«Mettre à la portée de l’œil la vie universelle.»
La citation de Lucien Vogel figure dans l’avant-propos que Charles-Henri Favrod donne à ce grand ensemble d’images noir et blanc: Tout ça.
Que de mondes tout à coup se découvrent dans ce livre grand format, dès cette scène de Paris en 1900. C’est-à-dire dans les instants retenus du quotidien et ses merveilles comme dans la présence de l’Histoire, de ses guerres. L’oeil intact du monde.

JEAN-DOMINIQUE HUMBERT,
Coopération

Haut de la page

Les trésors de Favrod

Comme on piocherait au petit bonheur dans une malle à souvenirs, l’éditeur vaudois Bernard Campiche publie sous ce titre un somptueux album de photos en noir et blanc, trouvailles tirées de la collection personnelle de Charles-Henri Favrod. L’assemblage est à la mesure du bonhomme: éclectique et monumental. Journaliste, familier de Malraux, Sartre, Vian ou Cocteau, Charles-Henri Favrod a aussi participé à fonder le Théâtre de Vidy et le Musée de l’Élysée à Lausanne, qu’il a dirigé.
Essentiellement documentaire, ce recueil est un florilège de noms et d’histoire. On y croise Truffaut face à Hitchcock, Auguste Piccard ou Picasso, Le Corbusier parmi les moines et le prince de Galles (celui de 1875) à dos d’éléphant. Et le choc de souffrances anonymes: un supplicié chinois au tournant du XXe siècle, le corps carbonisé d’un garçon à Hiroshima, des fœtus de Tchernobyl dans le formol. Les signatures alternent monstres sacrés et relève, de René Burri à Magali Koenig, de Sebastio Sagualdo à Luc Chessex. La mise en page relie la boue de Venise à celle du ground zéro, les tunnels de la Transjurane aux voutes de Cluny, Oui, «tout ça».

AMO,
La Liberté

Haut de la page

La splendide collection privée de photographies présentée ici nous offre un panorama du siècle écoulé dans tous ses mystères de beauté et d’horreur. Quotidiens ou historiques, que d’émotions peuvent susciter un geste, un regard ou un paysage capturés avec génie!

CATHERINE CHOLLET,
Payot-Libraire Montreux, Sélection. Les plus beaux livres des Fête. L'Hebdo-Payot Libraire

Haut de la page

Charles-Henri Favrod, qui a partagé sa vie entre la politique, la production cinématographique et la direction du «Musée de l’Elysée» à Lausanne, est, pour reprendre son expression, un «chineur à la lampe». Au fil des ans, après avoir «fouiné» chez les antiquaires et brocanteurs, il a réussi à rassembler une série de photographies aussi incroyables les unes que les autres. Avec le concours de Bernard Campiche et d’Édith Bianchi, un livre est né: Tout ça.
Ce présent ouvrage au titre évocateur offre au lecteur un ensemble de clichés, mémoire vivante de quelques événements marquants qui reviennent sur des souvenirs, enfouis à jamais pour la plupart d’entre nous, ou inconnus pour d’autres. Le tout sélectionné avec soin: de Louis Meurisse en passant par John Philips, René Burri, Philippe Halsman, Jean-Luc Cramatte, Charles Murray, Wilhelm Bürger et tant d’autres encore.
Ancien journaliste à La Gazette de Lausanne, Charles-Henri Favrod a notamment «couvert», à l’époque, le drame algérien pour son journal. […] «Le 18 mars 1962, il y a exactement cinquante ans, le gouvernement français et les représentants algériens du Front de libération nationale (FLN) signaient à Évian les accords qui allaient conduire à la proclamation de l’indépendance de l’Algérie quelques mois plus tard, le 5 juillet. Pour la Suisse, la conclusion des Accords d’Évian a représenté un moment fort de la politique des bons offices ardemment défendue par le conseiller fédéral Max Petitpierre. C’est grâce à la Suisse que les premiers contacts secrets ont pu être établis entre les deux parties. Et c’est en Suisse que sera hébergée la délégation algérienne – moyennant un gigantesque dispositif policier et militaire – d’abord sur territoire genevois, dans la villa de Bois d’Avault, lors du premier cycle de négociations au printemps 1961, puis en terres vaudoises, au Signal de Bougy un an plus tard. […] Le tournant des années 60-61 est crucial. Les Français sont appelés, le 8 janvier 1961, à accepter par référendum le principe de l’autodétermination de l’Algérie. Il n’y a aucun doute que le oui va ouvrir la voie à une solution politique. “A ce moment précis, explique Damien Carron, on observe de très intenses activités, des deux côtés, destinées à établir le contact. Le rôle de Charles-Henri Favrod s’inscrit dans ce contexte-là” ».
«Témoin du XXe siècle», Charles-Henri Favrod déclare: «Je ne me suis jamais considéré comme un collectionneur, puisque je n’ai jamais sacrifié à l’esprit de système, ni constaté de symptôme monomaniaque. La photographie retient mon intérêt parce qu’elle me fournit de l’information. Désir de reconnaître, plaisir de regarder. Et sans doute aussi parce qu’elle me permet de tromper un peu la mort».
Ce goût pour la photographie, il l’a depuis longtemps: «Adolescent, confronté à la collection complète de “L’illustration” à la bibliothèque du sanatorium où j’étais, je me suis familiarisé à l’histoire du siècle, de Louis Philippe à Philippe Pétain, méthodiquement relatée au fil des livraisons hebdomadaires et reliée plein cuir, sans que rien n’y manquât, même aux heures terribles de la Communauté de Paris. J’y ai découvert l’événement mais plus encore les images, d’abord gravées puis photographiques quand la trame en permit enfin la reproduction. J’avais quinze ans et cette rétrospective me rendait contemporain du passé en cours. J’acquérais une mémoire singulière qui me forma à l’histoire immédiate, à tout ça qui nous fait de jour en jour. Tant de temps. Et cette nécessité que réclame Leopardi : “Il rimembrar delle passate cose”».
Sous la signature de «grands noms» apparaissent sous nos yeux, au fil des pages, des photographies remarquables et ce, sous quelque angle qu’on les aborde. La vue de ces images est tellement saisissante que les mots fusent en notre esprit, toutefois ils peinent à sortir. Une belle idée pour un cadeau de Noël…

Charles-Henri Favrod est une figure importante du XXe siècle en Suisse romande et bien au-delà. Journaliste d’abord, il fréquenta Malraux, Sartre, Cocteau, Breton, Vian, Ponge, Ella Maillard, Nicolas Bouvier et tant d’autres. Il contribue à la résolution du conflit algérien en facilitant les accords d’Evian au début des années soixante. Il participe notamment à la création du Théâtre de Vidy, siège au Conseil de la Fondation de Pro Helvetia, à la Commission franco-suisse du cinéma, au Fonds national d’art contemporain, Paris, et bien sûr à la création du musée de l’Élysée où il valorise les œuvres de Robert Doisneau, René Burri, John Philips, Sebastião Salgado et de beaucoup d’autres qui ont croisé sa route et bénéficié de ses talents. Il est encore notamment vice-président de la Fondation Alinari pour la photographie. Il organise des expositions au Museo Nazionale della Fotografia en montrant des images de sa collection privée déposée aux Archives Alinari. Il a écrit de nombreux livres présentant le monde en mutation et dernièrement, en 2005, Le Temps de la photographie aux Editions Le temps qu’il fait. À signaler aussi, la même année, son ouvrage Le Temps des colonies chez Favre, à Lausanne. Et, en 2010, Comme dans un miroir, chez In Folio. Son ouvrage de 1959 La Révolution algérienne, aux Editions Plon à Paris, a été réédité en Algérie et traduit en arabe Livre fondateur en 2008.

Blog
de
VALÉRIE DEBIEUX

Haut de la page


L’iconothèque miroitante du Dottore Favrod

Sa passion pour les photographies a commencé dans le Paris des années cinquante. Au petit matin, le jeune journaliste vaudois (né à Montreux en 1927) se rend à la porte de Montreuil, pour farfouiller en chineur passionné dans le bric-à-brac d’une Foire aux vieux papiers. Les aubes hivernales de la Ville Lumière étant paradoxalement obscures, Charles-Henri Favrod flaire ses trésors à l’aide d’une lampe de poche. Ainsi, la genèse de sa collection multiple et polymorphe – une des plus prestigieuses au monde – a eu pour décor la pénombre poussiéreuse d’un marché du XXe arrondissement… En majeure partie, elle est désormais conservée par la Fondation Alinari, de Florence, où le père du Musée lausannois de l’Élysée se rend régulièrement, à 85 ans, au défi de problèmes de santé. En héritiers éclairés des plus grandes heures de la Renaissance, les Toscans lui donnent du Dottore. Ils le tiennent pour un des meilleurs connaisseurs de ce qu’il considère lui-même comme le «plus moderne des arts». Dans un livre d’entretiens paru en 2010 chez Infolio, Favrod expliquait à Christophe Fovanna à quel point la photo a changé l’homme: «Elle nous a permis de nous voir tels que nous sommes, sans l’inversion du miroir. Elle a rendu visible ce que l’œil ne voit pas: le mouvement du cheval, de l’oiseau ou de l’homme. Elle a surtout contribué à transformer notre expérience du temps.»

Si la plupart de ses documents ont été à ses amis florentins, il en gardé de nombreux – et de la plus belle eau – en son château de Saint-Prex. Une bonne centaine de ces images privées sont maintenant rassemblées par l’éditeur urbigène Bernard Campiche, avec l’appoint scientifique d’Édith Bianchi. En préface à ce majestueux album symphonique tout en noir-blanc (mais où le gris, le grège et l’argenté deviennent aussi des couleurs) l’experte du département architecture de l’EPFL rappelle que CHF n’est pas un collectionneur traditionnel. Il procède «par affinités sélectives». Il ne spécule pas, il n’est pas spéculatif. À l’instar de ses chers photographes du monde ou d’ici, célèbres ou méconnus, CHF est spéculaire: il aime faire réfléchir la lumière.

Blog
de
GILBERT SALEM

Haut de la page


Ça valait bien «Tout ça»!

Après Jacques-Étienne Bovard (La Pêche à rôder), Anne Cuneo (Opération Shakespeare à la vallée de Joux), Michel Bühler (On fait des chansons) et Simone Oppliger (Simone Oppliger Photographe), Bernard Campiche publie Charles-Henri Favrod (Tout ça). L’ouvrage vient s’inscrire dans une collection qui, à l’inverse de ce que publie régulièrement l’éditeur urbigène, fait la part belle à la photographie. Il était dès lors logique, sinon attendu, que le fondateur du Musée de l’Élysée y prenne un jour sa place. Charles-Henri Favrod présente là une centaine de clichés issus de sa collection personnelle. Lui qui, justement, se défend d’être de ceux qui «sacrifient  à l’esprit de système» délivre au fil des pages ce qu’il appelle lui-même «de l’information». Et c’est juste de dire que l’observateur trouvera là, et pour l’essentiel, des images qui disent le monde tel qu’hommes et femmes confondus, les humains l’ont fait. Certaines d’entre elles sont cruelles, d’autres révélatrices d’instants précis, d’autres encore sont tout simplement belles, mais et c’est bien là l’essentiel, aucune n’est gratuite. À l’arrivée un livre de témoignage, un ouvrage superbe.

ROGER JAUNIN,
Vigousse

Haut de la page



Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.



Haut de la page