ÉRIC MASSEREY

LE RETOUR AUX INDES

Roman
264 pages. Prix: CHF 35.–
ISBN 978-2-88241-175-8

Prix des Auditeurs de la RTS 2011
Sélection «Lettres Frontière» 2011
Traduction en portugais: «Regresso às Índias», tradução de Ana Barradas

Cet ouvrage est disponible en édition numérique, au prix de CHF 24.00,
auprès de notre diffuseur suisse, l'OLF. ISBN 978-2-88241-369-7



Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Les Anciens appelaient Indes toute terre lointaine et inconnue… Sur l’île de Chios, en mer Égée, Vasco laisse sa fille à ses amours. Elle reste, il part:
«J’irai vers toutes mes Indes, je mettrai mon pas dans ceux de ma jeunesse. Je retourne, Otilia, même si la terre que je cherche m’est désormais inconnue. J’irai à Castelo Branco, vers mon enfance. La route est ce lieu de mon âme où elle obtient le repos, je la ferai en paix…»
Quelqu’un l’attend parfois ou n’est pas au rendez-vous. Il est accueilli ou rejeté, selon la fortune du jour. Puis la maladie l’envahit.
On le voit en contre-soir, solitaire et curieux, cultivé, mécréant, ingénieux quand il le faut, sans cesse renaissant – et qui marche un peu de guingois.

Haut de la page

Le Retour aux Indes d'Éric Masserey

Éric Masserey nous invite à un long périple dans son roman, Le Retour aux Indes.
Plus précisément: Le Retour aux Indes, que fit Vasco Iseu de Castelo Branco entre 1568 et 1572, depuis Chios en mer Égée jusqu’à Salamanque, par bateaux, caravanes muletières, et à pied.
Le titre est magnifique mais un peu long. On comprend que l’éditeur, Bernard Campiche, l’ait placé en quatrième de couverture et ait choisi de n’en garder que le début.
C’est en faisant des recherches sur Amatus Lusitanus, grand médecin du XVIe siècle, qu’Éric Masserey, médecin lui-même, est tombé sur une lettre intrigante, explique-t-il. La missive, «écrite en judéo-espagnol mêlé de grec, sans ponctuation», est d’une fille à son père. Elle lui annonce la naissance de son petit-fils et évoque un livre qui parle des Simples et des Drogues de l’Inde. La lettre est signée Otilia Charis de Mesta, et s’adresse à Vasco Iseu de Castelo Branco.
Intrigué par ces noms, Éric Masserey a décidé de retrouver la trace de leurs possesseurs, de comprendre les liens qui les unissait à Amatus Lusitanus, de voir les lieux où ils vivaient. Pour définir son sujet, il s’est plongé dans les investigations et les voyages.
Celui qui sert de cadre au roman commence à Salonique et se termine à Salamanque. La peste a tué Amatus Lusitanus dans la première ville. Vasco, de retour de Chios, retrouve vide la maison de son ami, secrétaire et compagnon, juif comme lui. Ils se connaissent depuis l’enfance. Leurs familles ont été chassées d’Espagne et forcées d’embrasser le christianisme au Portugal.
Lors de l’inventaire des biens du médecin, on découvre qu’une grande perle noire issue des mers du sud a disparu. Vasco est accusé. Plutôt que se défendre, il s’en va. À Chios d’abord, où il fera commerce de mastichio, résine de lentisque utilisée dans les médicaments, et où sa fille se marie et se fixe.
Lui repart. Son projet est de gagner Goa, mais il décide finalement de retourner vers le lieu de son enfance, Castelo Branco, en passant notamment par Raguse, Ancône, Ferrare, Gênes, Marseille, Beaucaire, Narbonne, Valence, Tolède...
Ce voyage est aussi un retour dans le temps, qui l’amène à se remémorer sa vie passée, à la faveur des souvenirs et des rencontres qu’il a faites dans le sillage d’Amatus. Ce sont des personnages souvent célèbres qu’on croise. Le roman est en effet extrêmement bien documenté, posé sur un socle de recherches que Masserey a la sagesse de faire à peine affleurer. Il évoque des médecins, comme Gianbattista Canano, Garcia da Orta, André Vésale, Didacus Pyrrhus, également poète, ainsi que Louise Labé, Camoës, Pétrarque ou Le Tasse...
Écrit dans une belle langue classique, ample et mesurée, avec parfois des accents flaubertiens (le Flaubert de Salammbô), ce roman condense un monde. Celui de la Renaissance. Un monde dont on perçoit les avancées, scientifiques et poétiques, l’envie passionnée de découvertes, mais aussi les noirceurs, les craintes, les intolérances. Un monde qu’Éric Masserey décrit avec une pointe de pessimisme, montrant que les puissances de l’obscurantisme contrarient de toutes leurs forces les changements.
On le voit à la fin. Son héros n’atteindra jamais Castelo Branco. Il meurt gelé et misérable aux portes de Salamanque, cette ville qu’il connaît si bien, dont on lui refuse l’entrée, pendant que le Fray Luis de León, à qui il s’est adressé, un collègue d’Amatus poète, théologie et humaniste, est jeté en prison par l’inquisition. Et finalement, le cadavre de Vasco, ironie de l’histoire, est disséqué au théâtre anatomique pour illustrer la querelle sur la circulation du sang, qui opposait Vésale et... Amatus.

Blog d’ALAIN BAGNOUD

Haut de la page

Comment allier la médecine et la littérature

Dans les sorties d’automne chez Campiche Éditeur, Le Retour aux Indes d’Éric Masserey est déjà parmi les coups de cœur chez Payot.

Éric Masserey, le médecin cantonal adjoint, qui est connu depuis la grippe H1N1, car il passait très fréquemment dans les médias, habite depuis quelques années à Rances. Le couple et ses trois enfants cherchaient un lieu entre Berne, où son épouse Virginie Masserey dirige la section de vaccination à l’Office fédéral de la santé, et Lausanne. La maison de Rances leur a plu, avec sa vue sur les vignes qui rappelait à Éric Masserey son Valais natal. Pédiatre de formation, les problématiques de la santé communautaire l’ont toujours intéressé. Quand l’ancien médecin cantonal, Jean Martin, lui a proposé le mandat de réorganisation de la santé scolaire vaudoise en 1995, il s’est lancé avec enthousiasme dans la santé publique et s’occupe maintenant plus spécifiquement des maladies transmissibles.

Il aime raconter des histoires

Depuis l’école primaire, il écrit et a toujours aimé raconter des histoires. C’est toutefois un peu par hasard qu’il s’est lancé dans le roman. Lors de recherches pour une conférence en pédiatrie, il tombe sur un article datant du XVIe siècle, relatant la maladie d’un bébé de six mois à Dubrovnik, alors qu’en général on dit que la pédiatrie est une spécialité relativement tardive dans la médecine. Intrigué, il se lance dans des recherches sur ce médecin, Amatus Lusitanus, qui avait fait ses études de médecine à l’Université de Salamanque en 1526. D’origine juive, son vrai nom était Haviv. Il fuit l’Inquisition d’abord en quittant l’Espagne pour s’établir au Portugal mais, peu après, quitte également le Portugal et commence une vie de voyage à travers l’Europe.
Éric Masserey a d’abord caressé le projet d’écrire la biographie de ce médecin; mais il s’est vite rendu compte des contraintes que cela impliquait et a préféré parler d’Amatus par la voix d’un possible frère adoptif et secrétaire, Vasco Iseu de Castelo Branco.

Retour aux Indes

«Les Anciens appelaient Indes toute terre lointaine et inconnue», et Vasco, après la mort d’Amatus, décide de retourner à Castelo Branco, d’où il est originaire. Commence alors ce long périple de retour, qui est à la fois un retour aux sources et un voyage dans le temps, de l’île de Chios en mer Égée jusqu’à Salamanque, entre 1568 et 1572. Au fur et à mesure qu’il se rapproche de son but, il se remémore des souvenirs de plus en plus lointains. Il fait le trajet dans le sens inverse d’Amatus. Par ce biais, l’auteur peut ainsi relater la vie d’Amatus et sa pratique de la médecine, assez novatrice à l’époque, en instaurant une relation humaine au malade. Ce médecin précurseur dit (p. 230): «Un médecin ou un chirurgien qui s’aventure à traiter une maladie sans un diagnostic local exact ne peut être considéré autrement qu’un menuisier atteint de cataracte, et qui essaie de scier du bois pour faire une chaise.»
À l’époque, le temps avait une valeur différente, son écoulement semble bien différent de celui de notre époque d’immédiateté. Vasco attend volontiers un prochain bateau, l’arrivée du printemps, ou juste que l’envie de repartir revienne, sans impatience, pour reprendre son chemin… Ce voyage est fait aussi de nombreuses rencontres, le plus souvent heureuses, des amis qui sont restés et ne vous ont pas oublié, des inconnus charitables. Cet écoulement du temps convient bien à l’auteur qui aime prendre le temps, il aime les chemins, les bisses et avoue appartenir à un autre rythme que celui actuel, au grand dam de ses enfants qui ne comprennent pas pourquoi il n’a pas toutes les dernières nouveautés technologiques et surtout que ça ne l’intéresse pas, juste un téléphone portable tout simple par obligation professionnelle.
Il a lui-même fait seul ou en famille les trajets que parcourt son héros en essayant de s’imprégner de son rythme. Vasco m’a fait penser à un Nicolas Bouvier du XVIe siècle, ce que l’auteur ne renie pas, il aime beaucoup cet écrivain et reconnaît que son écriture est faite de tissage et de métissage et que, certainement, elle reflète, consciemment ou non, un certain nombre d’influences. Quand il parle, ses phrases, comme dans son livre, sont très denses, il dit beaucoup de choses en peu de mots.
Ce voyage de Vasco nous montre une Europe assez ressemblante à celle de notre époque. À la fin de ce XVIe siècle des catastrophes troubles surgissent parallèlement aux troubles religieux. Cela résonne bien dans notre société actuelle et nos préoccupations.
L’histoire de la médecine intéresse Éric Masserey et ce roman lui permet d’en parler. Cette époque a été une période très importante dans le développement de la médecine, avec les premières dissections; la médecine est en train de sortir de l’idéologie et des croyances pour se lancer dans le rationnel basé sur l’observation.

Lecture à La Tournelle en novembre

Le 13 novembre, lors de la journée portes ouvertes à la bibliothèque d’Orbe, à 15 heures, Lionel Frésard, comédien, lira des extraits de ce roman. Depuis deux ans, La Tournelle s’associe à cette journée portes ouvertes en proposant une lecture originale. Éric Masserey aime entendre ses textes par quelqu’un d’autre, d’abord c’est moins stressant et cela permet de les voir d’un œil extérieur et d’en découvrir de nouveaux aspects.

NATACHA MAHAIM, L’Omnibus

Haut de la page

Le Retour aux Indes, de Éric Masserey

Le Retour aux Indes – les Anciens appelaient Indes toute terre lointaine et inconnue – est le roman historique captivant du médecin valaisan, Éric Masserey. Histoire des persécutions des Juifs d’Espagne au XVIe siècle fuyant vers le Portugal  puis à l’est grec et turc. Histoire de la médecine, de ses découvertes, notamment de la circulation sanguine, contrecarrées par l’Église toute-puissante et inquisitoriale. Aux côtés du célèbre et réel médecin juif, Haviv-Amatus-Rodrigue au fil des nécessaires changements de nom, l’auteur place son secrétaire et ami Vasco, qui s’initie à l’anatomie et aux remèdes. À la mort d’Amatus, emporté par la peste, Vasco resté seul, laisse sa fille Ottilia à Chios et entreprend le «retour aux Indes», son Portugal natal.
Ce long voyage, en bateau, à pied, en charrette, lui fait assister à la bataille de Lépante, côtoyer les pestiférés, les pillards et l’éternelle chasse aux Juifs. Des amis d’Amatus à Salonique, Raguse, Ferrare ou Beaucaire, certains l’accueillent, d’autres sont morts ou emprisonnés. Long chemin de cet homme fatigué, boîteux depuis l’enfance, qui rencontre le fanatisme religieux, la compassion parfois, la misère et la mort à Salamanque sans avoir pu revoir son village de Castelo Branco. Cette périgrination à travers l’histoire cruelle et la vie quotidienne des villes et des campagnes est contée magnifiquement, en témoin lucide et courageux. Les descriptions précises, documentées des lieux, des faits historiques et des pratiques médicales, la finesse psychologique et la très grande qualité du style donnent à ce roman grave une force rare en ce pays.

MIREILLE CALLU, Vevey-Hebdo

Haut de la page

Épatant voyage

Au début, on craint de se perdre, entre repères chronologiques, prologue, mystérieuse lettre trouvée… Rien que du déjà-vu, au fond. Mais, cette première impression de fouillis ne dure guère: par le récit d’un voyage «par bateaux, caravanes muletières et à pied», Éric Masserey trace un portrait saisissant de l’Europe du XVIe siècle.
Salonique, Chios, l’Italie, la France, l’Espagne, le Portugal: Vasco Iseu de Castelo Branco traverse les pays et ses souvenirs d’enfance, d’abord avec sa fille, puis seul. Il rencontre savants et poètes, dans un monde de bouleversements, de découvertes scientifiques, de maladies, aussi. Médecin dans le canton de Vaud, Éric Masserey s’appuie sur une érudition jamais tape-à-l’œil pour signer un récit épatant, écrit dans une langue classique et vivante.

ÉRIC BULLIARD, La Gruyère

Haut de la page

Voyage dans le temps

Le Retour aux Indes que fit Vasco Iseu de Castelo Branco entre 1568 et 1572, depuis Chios en mer Égée jusqu’à Salamanque, par bateaux, caravanes muletières et à pied. Éric Masserey signe un quatrième livre au titre programmatique, un voyage dans le temps, les idées et l’espace qui prend forme dans une langue élégante et imagée.

C’est en faisant des recherches sur Amatus Lusitanus, grand médecin portugais du XVIe siècle, que l’auteur – lui-même médecin dans le canton de Vaud – a trouvé une lettre «écrite en judéo-espagnol mêlé de  grec, sans ponctuation», où une fille annonce à son père la naissance de son petit-fils et évoque un traité qui parle  «des Simples et des Drogues de l’Inde». Intrigué par cette mystérieuse missive, Éric Masserey se lance sur les traces de cette Otilia Charis de Mesta et de son père Vasco Iseu de Castelo Branco. Il a voyagé sur les lieux du roman, s’est  soigneusement documenté; à partir de ces sources réelles, il imagine Vasco Iseu en secrétaire personnel du grand Amatus et le lance sur les routes .
Au soir de sa vie, Vasco quitte donc sa fille nouvellement mariée avec l’intention de  rejoindre Goa. Mais pour les Anciens, les Indes désignent toute terre lointaine. «J’irai vers toutes mes Indes, je  mettrai mon pas dans ceux de ma jeunesse», dit Vasco, qui entame un voyage dans le temps en essayant de rejoindre le  lieu de ses origines – Castelo Branco. Il n’y parviendra jamais.
Au fil de ses souvenirs et de son périple, qui démarre à Salonique – où meurt d’Amatus – pour finir aux portes de Salamanque, en passant par Raguse, Ancône, Ferrare, Valence ou Tolède, c’est toute l’Europe de la Renaissance qui défile.
Ravages de la peste et fanatisme religieux, pillages et  chasse aux Juifs, progrès de la médecine, rencontres avec des savants et des poètes: les faits et personnages  historiques s’entrelacent à la fiction romanesque pour tisser un récit fluide et retenu, où la précision du vocabulaire restitue à merveille l’atmosphère singulière de l’époque.

ANNE PITTELOUD, Le Courrier

Haut de la page

Le Retour aux Indes

Éric Masserey publie un quatrième livre au titre programmatique: Le Retour aux Indes que fit Vasco Iseu de Castelo Branco entre 1568 et 1572, depuis Chios en mer Égée jusqu’à Salamanque, par bateaux, caravanes muletières et à pied. En faisant des recherches sur Amatus Lusitanus, grand médecin portugais du XVIe  siècle, l’auteur a trouvé une lettre écrite en judéo-espagnol mêlé de grec, sans ponctuation, où une fille annonce à son père la naissance de son petit-fils et évoque un traité qui parle «des Simples et des Drogues de l’Inde». Lui-même médecin, Masserey a alors imaginé ce père, Vasco Iseu, secrétaire personnel d’Amatus. Dans Le Retour aux Indes, au fil des souvenirs de Vasco et de son périple de Salonique à Salamanque, en passant par Raguse, Ancône, Ferrare, Valence ou Tolède, c’est toute l’Europe de la Renaissance qui défile. Ravages de la peste et fanatisme religieux, pillages, chasses aux juifs, progrès de  la médecine, savants et poètes: les faits et personnages historiques s’entrelacent à la fiction romanesque pour tisser un récit fluide et retenu, à la langue précise et imagée.

ANNE PITTELOUD, Viceversa Littérature

Haut de la page

Éric Masserey, invité de la bibliothèque de Nyon

Le médecin cantonal adjoint Éric Masserey est aussi romancier. Il est l’invité de la bibliothèque pour adultes de Nyon. Cet écrivain – Valaisan d’origine, établi dans le canton de Vaud, est de passage dans le cadre des rencontres littéraires de Lettres frontière – un courant d’échange transfrontalier qui regroupe un collectif de dix-huit auteurs venant de Suisse romande et d’outre-Jura. Une rencontre de qualité, ce d’autant plus qu’Éric Masserey a fait une rentrée remarquée sur la scène littéraire romande avec son livre Le Retour aux Indes. Son personnage, Amatus Lusitanus, un médecin portugais d’origine juive, chassé de ses terres à l’Inquisition, avec son clerc Vasco, sont les hérauts d’une époque tourmentée. Un décor qui a séduit Éric Masserey qui précise: «la fin du XVIe siècle est une période charnière où tout bascule; le rapport de force entre l’Orient et l’Occident, les premières découvertes en médecine, les échanges économiques qui s’accélèrent, le climat qui se dérègle avec un refroidissement climatique provoquant famines et exodes. C’est toute une série de chocs culturels, sociologiques, économiques, qui font que les rapports sont totalement inversés – un peu à la manière de ce que nous connaissons aujourd’hui…» Un choix historique qui n’est pas totalement innocent venant de la plume de ce romancier, puisqu’il est également médecin de formation. «C’était en quelque sorte le moyen de payer ma dette auprès de la faculté que d’écrire ce roman, je voulais ainsi lui rendre hommage pour tout ce qu’elle m’a appris.» Une démarche iconoclaste qui trouve des similitudes avec d’autres auteurs comme l’écrivain français Jean-Christophe Rufin, lui également… médecin. Affirmer que les hommes ayant fait serment à Hippocrate sont des conteurs nés, il n’y a qu’un pas!  «Je pense effectivement qu’il y a un rapport de cause à effet, le médecin se trouvant naturellement amené à documenter son écriture», d’expliquer Éric Masserey. Une capacité bien assimilée par le romancier tant son ouvrage est parfaitement construit, pimenté d’accents picaresques remarquables. L’auteur aurait-il été influencé par Cervantès? «Je pense qu’à force de lire de la littérature du XVIe siècle l’attraction de Cervantès s’est faite prépondérante, mais je crois que c’est l’ensemble des poètes de cette période que je dois saluer pour leurs influences.» Un bel hommage venant d’une plume qui a su rendre avec fidélité une époque riche et passionnante…

DANIEL BUJARD
, La Côte


Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Haut de la page


Extraits (Acrobat, 560 Ko)

Haut de la page