JEAN-PIERRE MONNIER

ŒUVRES I, II, III

Préfaces de Roger Guignard, Jean-Dominique Humbert et René Zahnd
1997. 3 volumes sous emboîtage, 1'776 pages. Collection L’Œuvre.
Prix CHF 90.–
ISBN 2-88241-075-1, EAN 9782882410757


Biographie

…En disant le moins il créera aussi le plus: avec l’énorme puissance du non-dit, le silence des forêts nocturnes en plein jour, le détail précis, son coup d’œil à la Tchékhov: les âmes qui émergent vont saillir du Jura, toute une province avec son tragique se désembrume.
…Voilà le romancier et la dimension quasi religieuse qui s’esquisse. «L’écoute en soi des besoins premiers de l’être se déclare d’elle-même.» J’insiste sur l’immense murmure de ses livres. Jean-Pierre Monnier sera discrètement l’un des plus grands romanciers. Il a donné à lire un univers, le Jura et le silence, comme admirablement le peintre Lermite l’a stylisé.
Monnier dira sa relation avec la littérature et se situera dans le territoire romand. Écrire en Suisse romande entre le ciel et la nuit est une conversation aiguë, spontanée, qui ressaisit en profondeur un rêve identitaire, involontaire, intense, collectif, sans que l’on veuille prouver quoi que ce soit. Nous sommes là. Cela se présente comme un portrait. Le point d’arrivée de tant d’œuvres s’éclaircit. Je me revois à sa parution chez Marcel Raymond, il prit le volume, me le montra et me dit: «Ça, c’est un essai.» Je le regardai un peu étonné: oui, certes; alors il me regarda à son tour: «C’est rare.» (…) «Je voudrais l’avoir écrit», dit Marcel en reposant le livre.
…On ne peut chez Jean-Pierre Monnier séparer l’homme de l’écrivain et l’un ne fait pas oublier l’autre.
J’ai reçu par ses livres et par un sentiment aussi étrange que simple qu’il me semblait toujours toucher en lui, un exemple: une mesure et un absolu.

MAURICE CHAPPAZ, Journal de Genève