ANNE CUNEO

LACUNES DE LA MÉMOIRE

Une enquête de Marie Machiavelli
roman
2006. 250 pages. Prix CHF 34.–

Traduction allemande:
Gedächtnislücken
Zurich: Bilgerverlag, 2014

ISBN 2-88241-183-9, EAN 9782882411839


Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


À un interlocuteur qui lui demandait où il trouvait les idées de ses scénarios, souvent noirs, Claude Chabrol répondait lors d’un entretien radiophonique récent (je cite de mémoire): «Dans les rapports humains, et particulièrement dans les rapports de couple, l’imagination est souvent en deçà de la réalité. Lorsque dans la vie réelle on voit la haine pousser un couple à s’entre-détruire, on a la sensation de lire un de ces romans noirs dont on est le spectateur incrédule.» Et il assurait que, en dépit des apparences, il n’avait guère inventé. Ses films étaient fondés sur des histoires vraies dont il avait pris connaissance en lisant les faits divers des journaux.
L’histoire des « Jonain » est issue d’un tel fait divers : laissée à moi-même, je n’aurais jamais imaginé que, au début du XXIe siècle, il se trouve des gens pour résoudre leurs problèmes de couple d’une telle manière. Après tout, nous vivons à une époque où au moins un mariage sur trois se termine par un divorce, et où il n’est plus nécessaire, rationnellement parlant, de s’entre-tuer pour se débarrasser de son partenaire. Le «divorce à l’italienne» a fait son temps.
Pourtant, au moment où je termine ce récit, je constate que cette affaire, qui avait attiré mon attention par sa bizarrerie et son anachronisme, n’est pas isolée: je viens de lire l’histoire d’un mari qui a tué non pas un, mais trois des collègues de son épouse. Il a laissé près du premier cadavre des indices compromettants pour elle; lorsque ces indices ont été négligés, il a tué un deuxième collègue, puis un troisième: bien entendu, c’est lui qu’on a fini par arrêter. Ses raisons? Il voulait que sa femme passe sa vie en prison, ce qui aurait justifié qu’il demande le divorce, et lui aurait garanti la garde de ses enfants. L’idée de demander le divorce, tout simplement, sans tuer personne, ne lui était pas venue.

ANNE CUNEO

À consulter: article de François Cuneo, du 23 décembre 2006, sur cuk.ch
Et l’article d’Anne Cuneo, Sur les traces de la Montagne magique, du 15 février 2005, sur cuk.ch

Haut de la page

Portrait rêvé de l’écrivaine en détective

Marie Machiavelli enquête à Lausanne, à Davos. Décor familier, intrigue déroutante – une réussite. Qu’est-ce qui fait le charme des enquêtes de Marie Machiavelli? Plus encore que les gens et les lieux, familiers aux Romands, et que les intrigues «véridiques», c’est l’univers affectif de l’écrivaine, qui y projette son héroïne avec amour et tremblement. Grâce à Lacunes de la mémoire, cinquième apparition de la détective lausannoise au patronyme florentin, l’étau se resserre. Sur les mobiles de... l’auteur! Comme toujours, Marie répond à un appel au secours. Comme toujours, elle active l’étonnant réseau de ses relations, des forains manouches à la police vaudoise. Comme toujours, la chute prend le lecteur à contre-pied, quelle que soit sa vigilance. On ne raconte pas les polars. Qu’on sache donc que celui-ci se déroule dans le milieu de la mode, que Marie opère entre Lausanne et Davos, avec des épisodes bernois et parisien. Le lecteur sentimental sera rassuré d’apprendre que l’idylle tient toujours avec Jan, le toubib spécialiste des drogues hérité d’Hôtel des cœurs brisés. On ne raconte pas les polars. Qu’on sache donc que les enquêtes de Marie Machiavelli ont avec les romans historiques d’Anne Cuneo une parenté essentielle: l’exactitude scientifique, la totale vraisemblance. Un fait divers réel a stimulé l’imagination de la romancière. Du coup, l’écriture peut rester sobrement démonstrative: le propos de l’auteur reste de dévoiler – au terme d’un suspense habilement maîtrisé. Le charme réside donc en partie ailleurs, dans cette partie rêvée qui renvoie à l’âme d’Anne Cuneo, telle qu’on la devine en creux dans ses écrits plus autobiographiques. Marie Machiavelli, jumelle idéale? Il y a de cela dans ces aventures où sang-froid, analyse et courage s’appuient sur son intuition et l’ascendant qu’elle exerce sur d’innombrables amis et connaissances aux talents multiples, aux personnalités fascinantes – et surtout à la loyauté indomptable: Marie Machiavelli les mérite, cette loyauté et cette connivence. Elle-même l’éprouve à leur égard, et n’oublie jamais ce qu’elle doit à son père défunt, dont elle dépasse les attentes... Contre l’adversité et le mal, ces multiples complicités dévouées, ce sens du partage et de l’amitié, l’aident à déjouer les complots; mais surtout à vivre, tout simplement. Malgré ses airs de dure à cuire, elle se nourrit d’affections et de reconnaissance. Tout ceci pour dire qu’on prend, à suivre la nouvelle enquête de l’avocate/agente d’affaires/expertecomptable, et femme attachante, un plaisir multiple et très vif.

JACQUES POGET, 24 Heures

Haut de la page

Lacunes de la mémoire

Marie Machiavelli est de retour. Deux ans après avoir élucidé une sordide affaire de dopage dans le milieu du cyclisme (Hôtel des cœurs brisés), la détective lausannoise se voit contrainte de voler au secours d’une amie (ou presque) que tout semble accuser du meurtre d’un amant (ou presque). L’occasion pour elle de retrouver ses vieux complices, de prendre avec eux des pots dans ses bistrots favoris, d’arpenter au galop, stress oblige, les rues de la capitale vaudoise et de jouer sans le moindre scrupule les hors la loi en effectuant des «perquizes» clandestines. Le tout pour la bonne cause.
Anne Cuneo s’est ici inspirée d’un fait-divers, à l’instar de «Claude Chabrol dont les films sont fondés sur des histoires vraies dont il avait pris connaissance dans les journaux»; comme lui, elle reconnaît que l’imagination est souvent en deça de la réalité dès lors qu’il s’agit de rapports humains et particulièrement de rapports de couple. Nous n’en dirons pas plus au risque de faire capoter le suspens.
L’intrigue est bien ficelée et même si le coupable semble d’emblée tout désigné, le lecteur a droit à sa surprise. L’héroïne au nom illustre (et ô combien sujet à plaisanteries éculées) est sympathique, dynamique et attachante. Pourquoi a-t-on l’impression de la connaître? Parce qu’on l’a accompagnée depuis le début dans toutes ses enquêtes? Non!  mais parce qu’on l’a suit dans des lieux qui nous sont familiers, parce qu’on la situe. On se prend presque à espérer la croiser au Café romand (son Q.G). En comparaison, les limiers sexy de Manhattan et les néo-Maigret fatigués nous paraissent peu crédibles, voire exotiques.
Ce polar (étiquette qu’Anne Cuneo n’aime pas trop lui préférant comme Chester Himes celle de «chronique domestique») n’est pas le meilleur de la série des Enquêtes de Maria Machiavelli, mais succéder à l’excellent Hôtel des cœurs brisés qui a demandé à son auteur des années d’interviews et d’investigations sur le terrain, n’est pas évident. Cela dit il se lit d’un bout à l’autre sans respirer, ce qui est déjà un gage de réussite.

MICHELLE TALANDIER, Journal de Cossonay

Haut de la page

Davos sans sommet

Si les romans d’Anne Cuneo sont des succès de librairie, c’est sans doute qu’elle a un talent certain de conteuse: ses romans historiques comme ses intrigues policières se lisent avec plaisir. Simplicité du style, dialogues nombreux: son écriture est dépourvue de grandes qualités littéraires mais la recette est efficace. Ainsi de son dernier polar, Lacunes de la mémoire, où l’on retrouve pour la cinquième fois l’atypique Marie Machiavelli, redoutable réviseur de comptes et enquêtrice à ses heures. L’intrigue, basée sur un fait divers réel, manque d’originalité et de suspense – serait-ce parce que l’auteur reste trop fidèle à cette réalité dont elle s’inspire? Mais le lecteur se laisse facilement porter par la fluidité du récit, qui l’embarque de Lausanne à Davos pour résoudre le meurtre d’un Don Juan nommé Denis Joly.
Tout démarre par un coup de fil en pleine nuit. Marie Machiavelli est réveillée par son amie Aurore, styliste, qui l’informe affolée qu’elle est accusée de meurtre: en pleine préparation d’un défilé à Davos, elle a été retrouvée un pistolet à la main à côté du corps de Joly. Tout l’accuse, mais elle ne se rappelle rien. Au fil de l’enquête, Anne Cuneo brosse le portrait de personnages hauts en couleurs. On voyage dans un Davos enneigé dont les merveilleux hôtels disparaissent dans le brouillard, on traverse les rues en pente de Lausanne et ses vieux quartiers menacés par le béton, on entre dans l’ambiance enfumée du Café romand… Plaisant, donc, malgré un dénouement prévisible.

ANNE PITTELOUD, Le Courrier

Haut de la page

Machiavelli mène l’enquête

Le public ne s’y trompe pas, qui la suit fidèlement depuis des années: Anne Cuneo maîtrise l’art de raconter des histoires, talent qui n’est pas si répandu en terres romandes. Pas étonnant, dès lors, qu’elle se soit lancée, aux côtés d’autres romans, dans une série d’intrigues policières. Lacunes de la mémoire, cinquième enquête de Marie Machiavelli, se déroule pour l’essentiel entre Davos et Lausanne. La trame est née d’un fait divers réel. À la suite du meurtre d’un coureur de jupons, Aurore Jonain, que tout semble accuser, appelle Marie à son secours.
Anne Cuneo a le mérite de rester fidèle à son style, sobre, précis, sans chercher à singer les auteurs de polars à l’américaine. Ici, pas de suspense forcé, pas de coups de théâtre artificiels, ni de dialogues acérés et sans fin. Juste un agréable roman, habilement tissé, avec des personnages attachants et des situations vraisemblables, qui accentuent encore la sympathie que dégage cette drôle de Marie Machiavelli.

ÉRIC BULLIARD, La Gruyère

Haut de la page

Anne Cuneo est partie d’un fait divers pour écrire ce roman, une enquête de sa détective privée lausannoise Marie Machiavelli. Cette enquête la mènera par un hiver très neigeux jusqu’à Davos où elle se rend à la demande d’Aurore Jonain, jeune styliste qu’elle connaît un peu. Celle-ci a été retrouvée dans le hall de l’hôtel où elle logeait un revolver à la main face à un ancien amant abattu de deux balles. De toute évidence, cette jeune femme était droguée et ne se souvenait de rien.
L’enquête se poursuivra à Berne, puis à Lausanne, ce qui permet à Anne Cuneo de nous mener dans les bistrots et dans les rues de ces deux villes qu’elle connaît bien et en passant de pester contre l’urbanisation de ces dernières années.
Un roman policier ne se raconte pas. Je me contenterai donc de dire que, très vite, on comprend avec Marie qu’Aurore n’a pas tué Denis Joly, qu’elle a été manipulée, et l’enquêteuse est rapidement persuadée que le mari d’Aurore, malgré son alibi, n’est pas aussi innocent qu’il y paraît. L’enquête consiste donc pour Marie à tisser sa toile en faisant intervenir ses nombreux contacts pour amasser des preuves. De doutes en certitudes, elle arrivera bien sûr à ses fins, non sans être dans un dernier chapitre elle-même dépassée par ce qui s’est réellement passé. La vie de couple peut cacher des recoins bien noirs.

FRANÇOISE SUMMERMATTER WUNN, à tire d’elles - L’Inédite

Haut de la page

Théâtre du crime: Davos

L’histoire d’Aurore Jonain, assure Anne Cuneo, est puisée dans un fait divers réel. Pas étonnant dès lors que tout ait l’air vrai dans cette nouvelle enquête de Marie Machiavelli. Analyste financière, avocate, détective, l’héroïne d’Anne Cuneo part un matin d’hiver à Davos, alertée par une connaissance, presque une amie, accusée de meurtre. Sans apprêt littéraire, juste avec beaucoup de faits, de réflexions, d’investigations, Anne Cuneo progresse pas à pas. Un des charmes du roman est d’être ancré dans une proximité très concrète: Lausanne, Berne, Davos qui paraît presque exotique… Marie Machiavelli doit aussi se colleter avec l’actualité criminelle puisque Aurore a tué un ancien amant sous l’effet de ce qu’on appelle la drogue des violeurs. Elle dit ne se souvenir de rien, elle n’est pas sûre d’être innocente… Marie tique parce que le mari d’Aurore venant de la quitter n’avait peut-être pas encore quitté Davos. Le réalisme de l’auteure tient aussi dans le fait que son héroïne n’a pas que ça à faire. Parallèlement à son enquête, elle assure les tâches ordinaires et vit sa vie. Elle finit, aidée, par quelques espions et quelques indicateurs, par résoudre l’affaire. Enfin, c’est ce qu’elle croit. Anne Cuneo a un dernier chapitre dans son sac…

ELIANE WAEBER IMSTEPF, La Liberté

Les enquêtes précédentes de Marie Machiavelli:
Âme de bronze (1998); D’or et d’oublis (1999); Le Sourire de Lisa (2000); Hôtel des cœurs brisés (2004)


Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Extraits (Acrobat, 88 Ko)


Haut de la page