CLAIRE GENOUX

L’HEURE APPRIVOISÉE

Poèmes
2004. 80 pages. Prix: CHF 22.–
ISBN 2-88241-137-5, EAN 9782882411372


Le tambour du désir
Il y a comme de sourdes menaces, des ombres nichées dans la lumière des vers de Claire Genoux. Après Soleil ovale et Saisons du corps, la jeune poète lausannoise publie un recueil tout en clair-obscur. Dans L’Heure apprivoisée, le temps mord, bête sauvage assoiffée de maux que seuls apaisent les mots. Colliers de perles enfilées sur le fil de nuits sans sommeil, les poèmes brillent de mille inquiétudes cruelles, de l’ivresse des sens et des désirs qui prennent corps entre les draps sans jamais s’assouvir, d’une nature prison plus que berceau de la «vie fraîche». Cette vie qui vibre au ventre plus qu’au cœur, qui donne faim plus qu’elle ne rassasie, qui pèse et ne se libère qu’à l’heure dernière.
CÉLINE PRIOR, Terre & Nature

Troisième recueil de poèmes de Claire Genoux, L’Heure apprivoisée appartient aux nuits d’errance et d’insomnie dans une grande ville. C’est dans la solitude et les ruptures que la jeune poétesse tisse ses petites unités narratives amères, cruelles parfois et sauvages. Pour peupler son univers, elle donne vie aux éléments et les secoue pour en tirer quelque chose de neuf. Le vent, la nuit, le corps, soumis à de douloureux petits travaux d’aiguille, sont coulés dans d’étranges métaphores rythmiques.
MIREILLE SCHNORF, La Presse Riviera Chablais

Le parfum des mots
Vous aimez les glaces? Alors vous prendrez bien un peu de poésie, parce qu’on oublie souvent que les mots et les sens qu’ils forment ensemble ont besoin d’être rafraîchi. Claire Genoux, jeune poétesse lausannoise, Prix Ramuz 1999, mérite qu’on délaisse pour elle, une fois, le gros pavé emporté sur la plage. Pour sa vision si fraîche du temps qui passe, la délicatesse de sa description du sentiment amoureux, mais aussi l’animalité qui imprègne ses vers, le mélange des parfums et des saisons, des heures et des sexes.
PATRICK BAUMANN, L’Illustré

Extraits (Acrobat, 40KB)