ANNE CUNEO

ÂME DE BRONZE

roman
1998. 250 pages. Prix CHF 35.–
ISBN 2-88241-081-6, EAN 9782882410818

Traduction allemande:
Herz auf Eisen.
Zurich: Limmat Verlag, 2000


Biographie

Marie Machiavelli, descendante de Machiavel, est une battante qui «abat une mouche à cent pas» avec son revolver, et qui se trouve confrontée ici pour la première fois à une enquête criminelle.
Bien sûr, Marie Machiavelli élucide le crime tambour battant – une conclusion fort triste, mais que je ne vais pas brader ici, où serait le plaisir de la lecture? Encore que le livre ne s’arrête pas à la découverte du coupable; il y a quelque chose comme une coda, et elle est réservée à Iris qui tente difficilement de sortir de la prison corporelle où le viol l’a enfermée. «Peut-être que mon corps refusera l’amour à perpète», dit-elle; et Anne Cuneo, dans un post-scriptum qui lui était sans doute nécessaire, précise que toute ressemblance est fortuite, sauf pour le viol. «Seul le viol est vrai», écrit-elle, plaçant son texte sous l’exergue de Hannah Arendt : «Toute douleur devient supportable si on en fait une histoire.»
Il ne devait pas être facile de «faire une histoire» d’un tel vécu ni de trouver la bonne distance avec lui. Anne Cuneo y réussit parfaitement; son roman est alerte, rapide, bien construit, d’une lecture très agréable. L’auteure préférerait que l’on parle de «chronique domestique» plutôt que de «roman policier», et il est vrai, comme je l’ai dit, que la forme déborde un peu le roman noir classique. Mais les ingrédients y sont tous, et la machinerie également, exactement dosés.

MONIQUE LEADERACH, La Liberté

Les enquêtes de Marie Machiavelli:
Âme de bronze (1998); D’or et d’oublis (1999); Le Sourire de Lisa (2000); Hôtel des cœurs brisés (2004)