ALBERTO NESSI

LA SEMAINE PROCHAINE, PEUT-ÊTRE

Roman
Traduit de l’italien par Anne Cuneo
2001. 240 pages. Prix CHF 34.–
ISBN 2-88241-238-6, EAN 9782882412386
Titre original: «La prossima settimana, forse». Casagrande, 2008.
Le livre paraît simultanément en allemand chez Limmat Verlag

Cet ouvrage est disponible en édition numérique, au prix de CHF 24.00,
auprès de notre diffuseur suisse, l'OLF. ISBN 978-2-88241-370-3



Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

…José Fontana est né le 28 octobre 1840 au Tessin, il est mort à Lisbonne le 2 septembre 1876.
Une vie relativement brève, remplie à ras bords: après avoir quitté le Tessin pour le Jura où il a appris le métier d’horloger, il est allé vivre à Lisbonne, la ville de sa mère où il est vraisemblablement arrivé après 1855. Selon un certain nombre d’historiens, on le retrouve à Londres en 1864, où il est membre du comité central de la Première Internationale de novembre 1864 à avril 1865; il y exerce les fonctions de Premier secrétaire pour l’Italie. Revenu à Lisbonne en 1870, désormais typographe et libraire, il est un des premiers organisateurs du mouvement ouvrier portugais : membre de la section locale de l’Internationale, il fonde plusieurs coopératives, est le cofondateur, en 1872, puis le secrétaire, de l’Associação Fraternidade Operária; il est le rédacteur de l’organe O Pensamento Social (1872-1873); il est également un des fondateurs, en 1875, du parti socialiste, et il collabore à la revue O Protesto (1876). Il meurt tuberculeux à 36 ans.
En partant de ces faits historiques, Alberto Nessi réussit à nous faire revivre de l’intérieur l’itinéraire d’un petit Tessinois; de constatation naïve en prise de conscience généreuse, le jeune montagnard comprend peu à peu que la solidarité active est un des facteurs du progrès humain, et s’engage corps et âme dans un combat acharné et scrupuleusement non violent en faveur des humbles. Sa prise de conscience interpelle Alberto Nessi, qui à son tour interpelle le lecteur: sans jamais forcer le ton, il démontre que la solidarité active est tout aussi nécessaire aujourd’hui qu’il y a un siècle et demi.
L’auteur nous offre à la fois l’«autobiographie» d’une âme et une fresque à la fois politique et poétique de l’éveil social européen du XIXe siècle.


Haut de la page


La semaine prochaine, peut-être

Dans La semaine prochaine, peut-être (La prossima settimana, forse), le poète et prosateur Alberto Nessi donne sa voix à une figure émouvante de la lutte ouvrière: José Fontana, né en 1840 au Tessin et mort précocement en 1876 à Lisbonne. Sa vie aura été aussi intense que brève. Celui qui rêvait de changer le monde et de donner une chance à tous les démunis fut membre de la Première Internationale, l’un des organisateurs du mouvement ouvrier portugais, fondateur du mouvement socialiste, rédacteur d’un journal engagé et libraire. Alberto Nessi investit de sa subjectivité la figure de son compatriote pour livrer une réflexion vibrante sur le désarroi de l’humanité et l’urgence de la solidarité. Sauvant de l’oubli public un personnage emblématique qui a beaucoup à nous dire en ces temps d’incertitudes sociales, Nessi livre un magnifique roman à la prose empreinte de poésie. On ne peut que saluer Bernard Campiche pour avoir très vite fait traduire ce livre publié en 2009 chez Casagrande.

SANDRINE FABBRI, Le Phare


Haut de la page


La figure tragique de José Fontana (1840-1876), ce Tessinois fondateur du mouvement ouvrier portugais, ne pouvait qu’attirer son compatriote qui a reconstitué avec empathie la courte vie du révolutionnaire.

José Fontana est mort à Lisbonne en 1876. Il s’est suicidé pour mettre fin aux souffrances de la tuberculose. Il était né trente-six ans plus tôt au fond d’une vallée tessinoise. Durant sa courte vie, il a été apprenti horloger au Locle, il a passé par Paris et Londres avant de se fixer à Lisbonne où il est devenu libraire. La Livraria Bertrand, fondée en 1727, qui existe toujours, était, au XIXe siècle, un lieu de débat intellectuel. Le romancier libre-penseur Eça de Queiroz, le poète Antero de Quental la fréquentaient, Fontana est devenu leur ami. Il s’est engagé dans la lutte sociale.
Paul Lafargue, le gendre de Marx, toujours en fuite, s’est arrêté à Lisbonne le temps de persuader «le Suisse» et ses amis de l’urgence de rejoindre l’Internationale. Fontana était doué de charisme et d’éloquence, il savait convaincre les ouvriers. Il a fondé la Fraternidade operaria. Avec Antero de Quental, «saint Antero», il a organisé des grèves qui ont porté leurs fruits. Des lettres à Engels, à Marx témoignent de sa foi dans le mouvement socialiste. Mais la Révolution n’était pas pour «la semaine prochaine»: la maladie qui avait déjà emporté sa mère et sa sœur n’a pas laissé de répit à José Fontana. Figure fondatrice du mouvement social au Portugal, il a aujourd’hui sa place à Lisbonne.
Cette destinée tragique ne pouvait que passionner Alberto Nessi. Dans ses récits et sa poésie, il s’est toujours placé «du côté des irréguliers», qu’il parle des cigarières de Chiasso, des contrebandiers, des émigrants tessinois qui ont dû quitter la misère. Ici, il a choisi de faire parler le révolutionnaire à la première personne, dans un Journal, puis à travers le délire de la fin. Par moments, Fontana s’adresse directement au «Poète» pour lui reprocher gentiment de s’enfermer dans les livres et d’oublier que l’indignation devant l’injustice est toujours de mise au XXIe siècle.
Les parents de José Fontana se sont connus à Lisbonne. Il était négociant en livres, elle appar­tenait à la famille des libraires Bertrand, d’origine française. Le couple est rentré au Tessin, dans la rude vallée du père. Alberto Nessi décrit des conditions de vie empreintes de religiosité superstitieuse, marquées par les cli­vages sociaux et la précarité. ­Elles doivent lui rappeler celles de son enfance, un siècle plus tard, dans les années 1940.
A la mort du père, la mère part avec ses deux enfants pour le Jura où elle a de la famille. Le jeune Giuseppe/Joseph (qui ne deviendra José qu’au Portugal) apprend à fabriquer des montres «pour donner l’heure exacte aux classes laborieuses». Il rencontre le peintre Cherubino Patà, un Tessinois lui aussi, ami de Courbet. A la mort de sa mère et de sa sœur, le garçon part à l’aventure, à 17 ans, en quête de «Tresinvaglia», comme on disait dans sa allée pour l’eldorado, une Transylvanie irréelle.
C’est à Lisbonne qu’il se politise vraiment, lit Marx et Prou­dhon, ou les articles du militant communard Benoît Malon, ­réfugié à Neuchâtel. Il prend ­conscience de l’exploitation des ouvriers, du travail des enfants, de l’arrogance de la noblesse et des patrons. Mais le Suisse est un pacifiste: «La révo­lution ne doit pas être un mouvement violent et désordonné. Parce que seule la paix donne vie aux choses qui durent», confie-t-il à des «missionnaires» espagnols en fuite et à Antero de Quental lors d’une réunion secrète sur le Tage. Une vision que les inter­nationalistes, chassés de partout, trouvent naïve. Par ailleurs, Paul Lafargue le met en garde contre les excès de l’anarchiste Bakounine qui prêche la révolte aux ouvriers de la Fédération ­ju­ras­sienne. Fontana se radicalise: «Tant qu’il n’y aura pas d’égalité économique, l’égalité politique est un mensonge», ­répète-t-il aux ouvriers. Cette vie ardente, vite consumée, Alberto Nessi la ressuscite avec empathie et lyrisme.

ISABELLE RÜF, Le Temps


Haut de la page


Rêves et actions d’un internationaliste suisse

Alberto Nessi nous amène dans l’univers du révolutionnaire José Fontana.

Roman tessinois et jurassien, suisse et portugais, internationaliste et prolétaire. Récit de vie et de lutte. Histoire et mémoire d’une personne mais aussi de l’humanité tout entière. Combat courageux contre la maladie et soif de changer le monde. Questions sur notre existence éphémère et sur la place inconsistante de Dieu. Danse de noms et de lieux connus (Marx, Engels, Lafargue, Bakounine, Garibaldi, Lisbonne, Le Locle, les vallées tessinoises…) avec comme décor, à la fois proche et lointain, celui de la Commune parisienne. Toutes ces dimensions, et bien d’autres, se trouvent dans ce beau petit livre que nous offre le poète et écrivain Alberto Nessi.
Homme engagé, sensible aux questions sociales, l’auteur tessinois met en scène la vie, courte et pleine, du révolutionnaire de la Première Internationale, José (Giuseppe) Fontana. Enfance enracinée dans la pauvreté et les superstitions, quand la lutte pour la survie et les créatures imaginaires cohabitent et se combattent. Adolescence et apprentissage d’horloger dans les montagnes neuchâteloises, quand on prend conscience des inégalités sociales et de l’exploitation, quand la maladie et la mort rôdent, quand les sentiments amoureux éclosent. Vie d’adulte, de libraire et de militant, dans une Lisbonne des prolétaires solidaires et des intellectuels engagés jusqu’à ce que la maladie fatale emporte notre héros.

L’heure de la révolution

Alberto Nessi, via Fontana, attaque les grands débats du XIXe, d’une actualité toujours brûlante: les difficultés matérielles et immatérielles des travailleurs les empêchant de s’émanciper, les formes que doivent prendre les luttes des dominés, le type d’organisation politique efficace et humaine qu’il serait nécessaire de forger afin de changer le monde, la société que l’on projette pour l’avenir… Nessi accuse le capitalisme, «ce poison qui tue les hommes» et ses serviteurs dont le «Dieu est le capital». Il propose aussi des pistes: chercher «la vérité dans les choses interdites», faire en sorte que tous les hommes soient autant égaux qu’illustres, fabriquer une montre à La Chaux-de-Fonds «pour donner l’heure exacte aux classes laborieuses». L’heure de la révolution? Peut-être pour la semaine prochaine. Une révolution qui ne doit pas être violente, tout en visant la transformation sociale complète: «Tant qu’il n’y aura pas d’égalité économique, l’égalité politique sera un mensonge.»

THÉO SPARTAKAKIS, Gauchehebdo


Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Haut de la page

Extraits (Acrobat 68 Ko)