JULIEN BURRI

PRENDRE L’EAU

Roman
2017. 224 pages. Prix: CHF 30.–
ISBN 978-2-88241-430-4


Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Du Léman à vau-l’eau

Il y a un drame, un enquêteur, on croit à un énième polar. Mais Julien Burri n’est pas écrivain à succomber à pareilles sirènes. Son texte est d’une autre eau, poème lacustre qui se prendrait pour un roman noir. Posé sur le miroir du lac, un couple ivre et nu est traversé par l’hélice fulgurante d’un hors-bord. La jeune femme y perd les jambes, puis la vie. Trois ans après, alors que la police patauge, cinq personnages sont convoqués en autant de chapitres flottant dans le sillage de ce meurtre mystérieux. Il y a ce journaliste que le numérique a envoyé à la retraite mais que son instinct de reporter tient debout. Il y a l’amant qui tente de reprendre pied. Il y a l’homme qui a vu l’homme. Puis encore ce coupable évident aux motivations nébuleuses, à l’épouse spleenétique.
Les brumes de Prendre l’eau sont dissipées avec un soin qui confine au poème, et on se laisse couler dans cette succession de portraits suggestifs parsemés d’indices. Mais l’enquête importe peu, c’est le Léman qui est le véritable centre de gravité de ce texte, «chambre d’écho» où le passé reflue en vagues lentes, mais aussi vastitude magnétique, paysage vide reflétant toute douleur.


THIERRY RABOUD
, La Liberté

Haut de la page

Un extrait de l’œuvre

«C’est ce qu’elle lui avait dit, il y a trois ans, lorsqu’il l’avait sortie de l’eau pour l’étendre au fond du canoë. Sous ses genoux, les jambes d’Odile avaient disparu, tranchées par l’hélice du bateau à moteur. Restaient deux lambeaux de chair. Des images incongrues étaient venues à l’esprit de Simon : des bas de soie ou des ombres. Elle n’avait pas mal. « Il y a quelque chose de bizarre avec mes jambes », avait-elle dit. Le sang formait un nuage dans l’eau, autour du canoë. Il s’était demandé pourquoi le lac leur en voulait. Le bruit du bateau à moteur résonnait encore dans les oreilles de Simon, les vagues désordonnées et glacées lui donnaient la nausée. Là-bas, sur la plage, un homme nu s’était levé et les regardait. Odile avait perdu connaissance.

Il va rentrer chez lui. Au bout de la rue, l’immeuble blanc, à la lisière de la forêt. Le rez-de-chaussée est cloisonné de murs de verre
– l’immeuble semble reposer sur le vide, sans lien avec le paysage alentour. Il dépliera l’étendoir métallique pour faire sécher le short de bain et le linge éponge. Suspendra le sac de sport au crochet de la porte d’entrée. Puis il jouera. Cela lui videra la tête. Très tard, il mangera dans la petite cuisine. Dehors, les arbres de la forêt, dans l’ombre, seront depuis longtemps soudés par la nuit.
Il se rasera dans la salle de bains borgne et se couchera sur le lit double. Il a pour habitude de dormir du côté gauche du matelas, jamais du côté droit. Chaque lundi, il retourne le matelas pour éviter qu’à la longue un creux se forme à cette place.»


Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Haut de la page

Extraits (Acrobat 121 Ko)