SONIA BAECHLER

MINUTES D’ÉTERNITÉ

2009. 208 pages. Prix: CHF 34.-
ISBN 978-2-88241-243-0, EAN 9782882412430

Diffusion en France, par Pollen Diffusion


Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Sonia Baechler, une vie dans un miroir en mille morceaux

C’est toute une existence que l’écrivaine valaisanne Sonia Baechler met à nu dans Minutes d’éternité, son premier livre, paru en 2009. Et comme son titre l’indique, cet ouvrage se présente comme une collection de flashes éclatés, d’instants littéraires menus qui portent sur un sujet donné. Les chapitres sont courts, les pages tournent vite, en dépit d’une écriture poétique très travaillée, précise, d’un abord pas forcément aisé.
Il y a la religion catholique, empreinte de mystères et de silences qu’on aimerait percer – un aspect qui sera présent aussi dans On dirait toi, que Sonia Baechler a publié à la fin 2013. Il y a aussi la question de la naissance, celle du mariage, puis de la séparation. Celle de l’amour, encore. Et celle du rejet de tout le poids des conventions.
Les voix sont diverses, les personnes (vous, je, elle,...) se succèdent pour parler de la même femme, qui pourrait être l’auteure se regardant dans un miroir en mille morceaux. L’auteure ose même la forme de la page de journal, exclusivement afin de décrire un voyage à Bogotà, par flashes encore plus courts que d’habitude puisqu’ils correspondent à des entrées journalières – ce qui donne de l’importance à cette expédition. Le lecteur peut avoir l’impression, à force de voir le personnage placé au centre de ce livre décrit par des voix aussi diverses qui sont en fait identiques, que l’auteure fait exploser la notion de narrateur. Il n’aura pas tort...
Cette diversité des voix reflète la diversité de ce qu’on pourrait appeler des distances focales: l’utilisation d’une troisième personne du singulier, juste après un chapitre à la première personne, donne une saisissante impression de recul, de détachement. Cela suggère que tout au long des pages de ce livre, se déroule une véritable recherche de soi - qui s’achève par un dernier chapitre rédigé à la première personne du singulier, qui résonne précisément comme un retour à soi. La boucle est bouclée: hors préambule (intitulé "Minutes d’éternité"), le premier chapitre de ce livre est aussi rédigé à la première personne du singulier.
Est-ce un roman? Les descriptions qu’en font l’auteur et l’éditeur dans le paratexte de l’ouvrage évitent soigneusement le terme, lui préférant celui de livre. Nous respecterons ce refus du terme de «roman». Cela dit, Minutes d’éternité emprunte au genre romanesque une certaine forme de narration, éclatée mais indiscutable. Et comme souvent dans la littérature d’aujourd’hui, et en particulier dans les romans actuels, Minutes d’éternité joue avec le réel et laisse au lecteur le soin de répondre seul à la question de la réalité des épisodes décrits.

Blog de
DANIEL FATTORE

Haut de la page

Minutes d’éternité retrace les différentes étapes de la vie d’une jeune femme en passant par son éducation, sa découverte de l’Amour et sa rencontre avec le monde. À chaque pas, à chaque minute son histoire, à la fois légère et profonde. Le tout à l’aide d’une écriture limpide, cristalline, très travaillée et très poétique.

Un extrait:

Parle-moi… Existes-Tu ?

Je suis étendue sur la terre parmi les herbes et les mousses. Le silence est profond. L’herbe ondule en vagues légères et dégage un parfum de fin d’été. Les bras ouverts, je caresse le sol.

J’ai soudain la sensation envoûtante que la Terre m’enveloppe de ses bras. Je ressens Amour et sérénité. Dieu. Les secondes s’éternisent. De l’Amour pur. J’inspire, je retiens ma respiration de peur qu’en expirant je ne brise ce silence et que cet instant béni ne s’en aille à tout jamais. Mais cet instant ne s’en va pas. Il me nourrit. La Terre me nourrit. Elle semble vouloir dans un souffle m’aspirer.

Instant fugace où vous comprenez que vous respirez le Tout, que vous vivez le Tout, que vous faites partie de ce Tout.

J’ai le sentiment d’une minute de rencontre entre la Vie et la Mort, le Passé et le Présent. Secondes de grâce, emplies de Dieu, empreintes d’amour. Moment d’éternité qui vous surprend, passe mais laisse en vous une trace ineffaçable : l’Amour.

C’est en cette minute que Tu existes.

Je contemple le ciel où s’allument une à une toutes les étoiles. Je crois que tout cela est vrai. Infiniment bon. Je sais que tout mon être tend vers cette Terre. Je sais qui je suis, d’où je viens et d’où je pars.

Ceci est mon héritage.

Haut de la page

Poésie des souvenirs

Comme elle l’écrit fort joliment, la Valaisanne Sonia Baechler «lance son imagination à la poursuite du passé». Enfance remplie de soleil et de chaleur. Au souvenir de sa grand-mère, elle note: «J’écoute les mondes d’autrefois et j’en ressors éblouie.» Découverte de l’amour, sensualité des premières étreintes, l’adoption d’une enfant à l’autre bout du monde. Des phrases courtes portées par le vent chaud de la poésie. Beaucoup d’émotions où, dans ses images fines et précises, l’écrivaine nous tend aussi un miroir.

L’Illustré

Haut de la page

Minutes d’éternité, récits de Sonia Baechler.

Qu’ils habitent ou non notre canton, tous les écrivains valaisans ne sont pas membres de l’AVE. Loin s’en faut. Notre plaisir est par conséquent vif lorsque nous recevons leurs livres, surtout en constatant que ceux-ci paraissent auprès de maisons d’édition reconnues loin à la ronde pour leur exigence, et leur endurance, visant à étoffer d’une année à l’autre un catalogue révélateur d’un choix de qualité. C’est le cas de Bernard Campiche dont la politique éditoriale s’avise de publier quelques-unes parmi les meilleures plumes du pays romand. Chez lui viennent de paraître les ouvrages de deux auteurs nés en Valais.
Il y a beaucoup de poésie dans Minutes d’éternité, le premier livre de Sonia Baechler. En fait, sa prose ressemble à de la poésie, vice-versa. Son écriture semble aller de soi, elle a une allure d’évidence et cependant on devine le travail considérable derrière les mots afin qu’ils expriment au plus près les intentions de leur auteur, et surtout ne laissent aucune trace des efforts consentis. Nous avons ainsi un texte dont tous les éléments s’emboîtent harmonieusement les uns aux autres pour former un tout d’une cohérence et d’une limpidité qui prend le lecteur.
Plusieurs thèmes ici se complètent. Ils ont trait à la découverte, à l’éveil d’une jeune femme dans les domaines de la famille, du cœur amoureux, de la société, de personnes très diverses et du monde proche ou lointain. Ses réflexions ont entre autres mérites d’éviter les pièges de la mièvrerie et ceux du banal discours. Il s’agit tout d’abord d’un ton particulier, révélateur d’un esprit qui n’entend rien ménager des choses et des gens dans sa proximité. On y sent le désir de cerner le réel autant que de lui échapper. « Elle savoura lentement cette mangue. Avec dans le regard quelque chose de différent. Avec dans le regard un plein de reconnaissance. Elle ne sait pas étiqueter ses sentiments. Elle déguste. Elle apprend. Elle comprend. Elle comprend qu’elle vit une minute d’éternité. Une minute de je t’aime. Tout cela l’a surprise. Elle ne peut plus mentir. Elle ne peut plus courir.»
Sonia Baechler travaille à Orbe et partage son temps entre Yverdon-les-Bains et Salins. Il est à parier qu’elle ne s’arrêtera pas en si bon chemin littéraire.

JACQUES TORNAY, Journal des écrivains valaisans

Haut de la page

«La Vie n’a rien de linéaire»

Sonia Baechler de Salins vient de publier un premier roman aux Éditions Campiche, «Minutes d’éternité».

Le premier livre de Sonia Baechler est à la fois existentiel et poétique. Il nous parle de la formation d’enseignante de l’héroïne, de ses instants relationnels forts avec ses parents, de ses liens avec le Valais et de son modus vivendi, de la rencontre de l’Amour… des instants privilégiés qui deviennent «Minutes d’éternité».

Minutes d’éternité, un titre révélateur mais également ambitieux pour un premier roman. Comment en êtes-vous arrivée à l’écriture ? des réflexions existentielles, des questionnements et des mises en cause du monde dans lequel nous évoluons vous ont poussée à exprimer une part de votre « intériorité » ?

J’ai commencé à écrire sur les bancs d’école et à l’université. Des poèmes d’abord, puis des petites histoires pour mes camarades de cours. Les mots m’emportaient ailleurs et la voix des professeurs berçait mes idées…
Mais l’aventure a réellement commencé il y a deux ans. J’avais alors repris des études en anthropologie. À cette époque, j’écrivais souvent à un ami. Un soir, il m’a prise par les épaules et il m’a dit: «Il est temps que tu fasses quelque chose de ta plume!» D’abord perplexe, je me suis rendu compte qu’il avait raison, que le moment était venu de laisser l’écriture s’installer dans ma vie, de lui donner une place à part entière.
Dès lors, le besoin d’écrire s’est fait de plus en plus pressant. Je me suis remise à griffonner des histoires pendant les cours… Comme je n’arrivais pas à mener de front l’anthropologie, mon travail et l’écriture… j’ai mis un terme à mes études. Mais je n’ai pas véritablement eu de choix à faire. L’écriture s’est imposée d’elle-même.

Votre roman est fait de rencontres, avec vos parents, avec le monde, avec vous-même, avec l’Amour, avec le langage, avec votre profession… Comment s’est dessiné cet enchaînement de « naissances », d’étincelles de vie qui parfois confinent avec l’éternité ?

Beaucoup trop d’idées se bousculaient dans ma tête pour que j’écrive une histoire suivie. Je me suis alors dit que la vie n’avait rien de linéaire. En tout cas pas la mienne ! Elle m’apparaît davantage comme une succession de moments qui vous marquent, d’expériences qui vous changent et qui prennent tout leur sens… un peu plus tard. Avec le recul sans doute. D’où les minutes d’éternité…
Beaucoup de questionnements aussi et peu de réponses. Au final, je crois que je n’aime pas les réponses. Elles sont toujours aussi relatives, et elles évoluent au fil du temps.

Votre style limpide et fluide contient de nombreuses tonalités poétiques ; chez vous, poésie et prose se marient parfois pour dire le quotidien. Quelle place accordez-vous au style ?

À l’université j’ai analysé beaucoup de textes. Entre anacoluthes, paronomases et autres figures de style, je finissais par oublier l’essence même des textes… J’avais le décorticage en horreur.
Quand j’écris, je joue avec les mots. J’aime leur son, les petites musiques qu’il me semble entendre lorsque je les associe. J’aime le léger et le profond, le tendre et le drôle. Au fond, je m’amuse. C’est sûrement parce que j’aime ce jeu que j’y reviens toujours!

Quelles sont les parts d’autofiction et d’imaginaire dans votre livre ?

Autofiction et imaginaire ? Je crois que les deux se mêlent et s’entremêlent. Sans doute des sentiments connus de près ou de loin. Mais peut-être… que là n’est pas le principal… Vous savez, je me suis toujours dit que ce n’était peut-être pas ce que l’auteur avait vécu, voulu dire ou voulu décrire qui était important, mais ce qui faisait sens pour le lecteur ! Quand on laisse son livre s’en aller dans le monde, on accepte que chacun l’interprète avec ses propres référents.

Quelle est la place de l’écriture dans votre vie ? Une histoire essentielle, grave, profonde ou un parcours artistique plus léger ? Des projets…

L’écriture a pris une place essentielle dans ma vie. Parfois même, elle me réveille. Aussi étrange que cela puisse paraître, il m’arrive de rêver des phrases que j’utilise ensuite. Je dors avec un stylo et un bloc de feuilles près de moi.
J’écris sur tout ce qui me passe sous la main… même si… j’égare ensuite les papiers ! Bien souvent, je dois m’arrêter pour écrire sur des aires d’autoroutes, ce qui rallonge considérablement mes trajets ! Conduire m’inspire. Il serait plus prudent, je crois, que j’investisse dans un dictaphone ! Bien entendu, je ne destine pas tout à la publication. L’écriture m’aide à chercher l’équilibre et à avancer. J’en ai besoin.
Des projets? Oui. Un roman… mais je n’en dirai pas trop. L’inspiration me surprend toujours. Au fond, j’ai davantage l’impression que c’est l’écriture qui me guide plutôt que le contraire. Mes idées de départ se modulent au fil des pages et je ne sais jamais vraiment où elles vont m’entraîner.
La seule chose dont je sois sûre, c’est que j’ai envie d’écrire sur la rencontre des différences. C’est un sujet qui me passionne parce qu’il soulève beaucoup d’interrogations.

JEAN-MARC THEYTAZ, Nouvelliste et Feuille d'avis du Valais

Haut de la page

Une femme, des instants

Chaque partie de ce texte voit une femme traverser un moment capital de sa vie, sa grossesse inattendue, son éducation religieuse, le manque du père, son mariage, son divorce. Le tout dans une écriture soignée et avec la ferme volonté de faire voyager son personnage en dehors des conventions sociales et religieuses, malgré leur ancrage profond dans sa conscience.

LAURENCE DE COULON, La Vie protestante

Haut de la page

Sonia Baechler, Minutes d'éternité

Je l’avoue, j'étais très suspicieux en ouvrant ce livre.
Le titre d'abord. Minutes d'éternité. Et puis la présentation sur la couverture.
Tenez, n’hésitant pas devant la perfidie la plus primaire, je la cite: «Minutes d'éternité retrace les différentes étapes de la vie d’une jeune femme en passant par son éducation, sa découverte de l'Amour, et sa rencontre avec le monde.» Rien que ça!
L'Amour avec une majuscule, l’éternité, la rencontre avec le monde: le pire est annoncé.
Tout ça pour dire que contrairement à ce que je redoutais, il n'y a rien de mièvre dans ce que Sonia Baechler écrit. C'est au contraire au rasoir.
Une vie de femme, l’enfance et sa confrontation à ce qu'on va devenir. La religion contraignante. Le rêve de midinette de la robe de mariée et la vente de l’objet quelques années plus tard. La lutte contre les conventions. Le premier adultère alors qu’on aime son mari – mais il y a cette pulsion, et ce corps d’homme inconnu et désiré. Le sentiment d’être une mauvaise fille. Le divorce et le statut de femme seule.
Un mélange de candide et de dévoyé, la naïveté et la sincérité à l’os du contenu donnent à ce livre un charme. D’autant plus que Sonia Baechler a une écriture poétisée, ondoyante, parfois elliptique, toujours très travaillée.

Blog d’ALAIN BAGNOUD

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Haut de la page

Extraits (Acrobat 132 Ko)