NATHALIE CHAIX

IL Y A TOUJOURS UN RÊVE QUI VEILLE

Roman
2010. 224 pages. Prix: CHF 34.–
ISBN 978-2-88241-271-3


Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Questionnant l’amour et la création, Nathalie Chaix écrit ici un roman d’aujourd’hui. Elle ausculte le spleen amoureux de sa génération. En romancière du corps et de l’intériorité, elle examine les désirs et les sentiments de vide intérieur de Violetta, une jeune photographe, et des personnages qui gravitent autour d’elle, révélant une touchante galerie de portraits.
Réflexion protéiforme sur la question du manque, Il y a toujours un rêve qui veille est le deuxième roman de Nathalie Chaix. Exit Adonis, son premier roman, lui a valu le Prix Georges-Nicole en 2007.


Haut de la page

Une exploration du manque
Après Exit Adonis, Nathalie Chaix signe Il y a toujours un rêve qui veille.

Une exploration du manque, voilà ce qu’entreprend Nathalie Chaix dans son deuxième roman, Il y a toujours un rêve qui veille. Ce voyage, dramatique, se vit à plusieurs voix. Violetta tout d’abord, l’orpheline devenue photographe, retourne au manque initial, la disparition précoce de ses deux parents. À l’enfance chez la grand-mère. Puis à sa quête d’amour, à ses désirs jamais assouvis qui surgissent d’un coup pour des hommes aperçus. La faim sexuelle, la béance du manque. Les mots de Nathalie Chaix sont précis et beaux tant dans la description du vide que dans celle du trop-plein. Car passion il y aura. De celle qui bouleverse tout sur son passage.
Les autres voix sont les hommes et les femmes que Violetta photographie. À chacun, elle pose deux questions: ce qui vous manque? ce qui vous a le plus manqué? Quelques phrases très réalistes, faussement brutes, jetées à la façon d’une interview documentaire, autant d’existences devinées, qui demeurent en mémoire. Et il y a une troisième présence, petite voix, éteinte trop tôt.

LYSBETH KOUTCHOUMOFF
, Le Temps

Haut de la page

Bonheurs et douleurs d’amour.

Le manque, le désir dans sa brûlante intensité, l’amour et son exact opposé le désamour ébranlent le dernier roman de Nathalie Chaix, dont le titre est emprunté à un poème de Paul Éluard, Il y a toujours un rêve qui veille. Dans cet ouvrage construit avec brio qui ne laisse pas dormir le lecteur, le personnage principal est une femme, une photographe qui immortalise des ombres et qui se présente ainsi: «Je suis Violetta. Je me raconte des histoires. Derrière les ombres, j’imagine des vies qui n’existent pas.»
L’artiste Violetta traîne avec elle une déchirure, le fantôme – un peu à la façon des membres fantômes qui font souffrir les amputés – d’un homme qu’elle appelle «{son} amour manqué». Mais en dépit de cette aventure qui n’a pas décollé, ou à cause d’elle, la narratrice ne se sent pas en paix. Elle refuse de capituler. Elle cherche avidement une nouvelle histoire en espérant de toutes ses fibres – «Le désir tournoie au fond de moi» – que cette occasion-là ne sera pas manquée.
À force de désirer, de rêver, de recenser ce qui alimente son envie – «attendre des lettres, l’amour, les retrouvailles, s’impatienter devant l’écran…», le récit est jalonné d’inventaires, de liste de ce qui fait espérer, grandir, entre autres –, la photographe rencontre un homme, Léo. Il est metteur en scène et Violetta l’aime de façon théâtrale. Elle devient Phèdre et le voit lui en Hippolyte. Ce moment souligne à quel point l’émotion, et surtout l’incendie qu’allume la passion amoureuse, provoque une métamorphose de qui aime. En phase ascendante, Violettta devient Phèdre, et à l’opposé, brisée, marquée jusque dans ses chairs, elle emprunte la troisième personne pour mieux montrer qu’elle n’est plus elle-même. La langue, la culture, la grammaire concourent ainsi à traduire élans et tourments dans cette sorte de journal sans dates mariant aveux, «cinéma intérieur», notes de voyages, questions et interpellations.
L’éblouissement ne l’emporte bien sûr pas à tous les coups; déception, deuil de la rupture s’invitent parfois sur la scène. Une chose reste sûre, Violetta ne vit pas sa vie à moitié: un coup dur, voire très dur, la frappe, et n’est-ce pas son propre corps qui change, s’épaissit dès qu’elle se rue sur la nourriture pour «oublier»? Une fin d’amour dégénère en faim de calories et en accès de boulimie. Odyssée découpée en dix saisons d’une femme en lutte pour dénicher l’amour, ce roman scandé d’émotions fortes, ardent, sans demi-teintes – de ceux qu’on n’oublie pas – montre les tribulations de Violetta, ses souffrances, ses havres de paix (sa grand-mère, des amies sûres), ses hauts et ses bas. Son chemin vers le bonheur, vers un homme «qui n’écrit pas l’amour {mais} qui l’offre».

MOP, Le Courrier


Haut de la page

Un jour mon prince viendra

Nathalie Chaix publie «Il y a toujours un rêve qui veille», l’histoire d’une trentenaire qui rame derrière l’amour et la réussite.

Violetta est une jeune photographe en manque d’amour, de sexe, de passion, de père, de mère, de compréhension… et c’est à peu près tout. Au fil des saisons, elle essaie de remplir sa vie en cherchant sa moitié. Qu’elle s’amourache de salauds qui la lourdent ou qu’elle évince elle-même ses prétendants, cette grande amoureuse poursuit sa quête du Saint Mâle sans cesser de s’interroger avec tristesse et humour sur l’existence et le manque. Ce deuxième roman de la Genevoise Nathalie Chaix est une bouffée d’air frais. Le style est poétique mais pas ampoulé, parfois cru mais pas vulgaire. Et les portraits et inventaires qui ponctuent le roman allègent avec fraîcheur le spleen de l’héroïne qui passe son temps à geindre et à s’empiffrer. À dévorer avec autant de gloutonnerie!

ALINDA DUFEY, Vigousse

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Haut de la page

Extraits (Acrobat, 188 Ko)