WALTER VOGT

LE FORT DE MER

Roman
traduit de l’allemand par François Conod
2011. 312 pages. Prix: CHF 35.–
ISBN 978-2-88241-287-4


Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

L’histoire de ce voyageur qui, pour s’être égaré près d’un invraisemblable fort à la fois suisse et en bord de mer, doit être pendu, est tout juste l’occasion de reprendre les thèmes principaux de l’auteur. Les soirées qu’il passe avec chacun des huit occupants du fort lui permettent, sous prétexte de raconter sa vie, d’évoquer, dans un fouillis de langage quelquefois perturbant, la médecine, l’armée, la drogue, l’homosexualité, le tout avec l’ironie grinçante et quelque peu désespérée qui est habituelle à l’auteur.
Il s’agit là d’une œuvre posthume et elle ressemble fort à une sorte de bilan de vie.

JULIETTE DAVID, Suisse magazine

Haut de la page

Roman posthume paru en 1993, Das Fort am Meer parachève l’œuvre de Vogt en reprenant la plupart des thèmes évoqués dans ses autres livres: écologie, homosexua­lité, critique de l’armée, drogues, satire de la médecine etc., le tout traité avec son fameux humour grinçant.­

Haut de la page

Les ultimes ballades du futur pendu

Touriste égaré dans la zone interdite d’un pays improbable, un homme va être pendu. Ses geôliers, huit militaires de grades différents, se relaient durant huit nuits pour écouter et réécouter son histoire. C’est l’étrange mécanique des «mille et une nuits» que déploie le roman posthume de Walter Vogt, Le Fort de mer. Publié en allemand en 1993, cinq ans après la mort de l’auteur alémanique, ce dernier avait été confié par celui-ci à sa lectrice habituelle. Ce qui laisse à penser qu’il le considérait comme publiable, ainsi que l’explique Charles Cornu dans une note éditoriale. Le Fort de mer réalise la synthèse des thèmes récurrents de l’œuvre de Vogt. Le questionnement à la sexualité, notamment à l’homosexualité, la satire de la médecine (Walter Vogt la pratiqua longtemps) et de l’armée, entre autres thématiques.
Précisément, ces huit militaires perdus au cul du monde dans un fort sans autre tâche que de pendre les intrus pourraient faire penser à un texte satirique sur l’armée suisse notamment. Mais ce serait trop vite passer sur l’étrangeté qui se dégage en permanence de ce roman. Car le futur pendu va non pas raconter comment et pourquoi il est arrivé là. Il va narrer sa vie, ses échecs, son rapport au monde, ses émois, ses troubles. Toute une vie d’homme qui va se brouiller avec celles de ses auditeurs. Et comme le souligne fort bien Charles Cornu dans sa note éditoriale, «cela saute d’une tête à l’autre, va et vient du narrateur à l’auditeur – et dorénavant au lecteur –, comme le veulent, justement, flux et stagnation de la pensée». Le cours de la vie est transfiguré, confus, tout comme les villes où le narrateur se souvient d’avoir séjourné. Tout comme les sentiments, les attirances érotiques. Images fortes – dont un sidérant strip-tease par le lieutenant du fort – qui se meuvent peu à peu en flux de pensée d’une seule et même conscience. Une forte expérience de lecture.

JACQUES STERCHI, La Liberté


Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Haut de la page

Extraits (Acrobat 184 Ko)