ANNE-LISE GROBÉTY

DES NOUVELLES DE LA MORT ET DE SES PETITS

Roman
2011. 472 pages. Prix: CHF 42.–
ISBN 978-2-88241-298-0


Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Manifestations, rencontres et signatures
Index des auteurs

É

Haut de la page

Édité de façon posthume, le dernier roman d’Anne-Lise Grobéty a pour héros le fils du Grand humeur du roi, dont la fonction est de humer, d’analyser les déjections royales. Ce héros vit un conflit de loyauté: doit-il suivre les pas de son père ou ceux de son professeur de philosophie? C’est ainsi un écartèlement entre le monde du corps et des idées que la romancière neuchâteloise met en mots, dans une langue merveilleusement ciselée, chatoyante, jubilatoire et moqueuse aussi, envers l’obscurantisme de la royauté et de la science. Ce récit est par ailleurs bouleversant, puisque Anne-Lise Grobéty l’a écrit alors que le cancer la tuait.

ÉLISABETH VUST, viceversa littérature

Haut de la page

Toute l’histoire des Mémoires intestines d’Islo Pers, fils du Grand humeur du Roi, qui succéda à son père de manière éphémère se développe, se modifie, s’accélère ou se termine au gré des titres de chapitres qui sont à eux seuls tout un programme de vie: Déhiscence, Efflorescence, Turgescence, Effervescence, Semence.
L’auteur qui, pour une fois, parle à la première personne d’un personnage masculin, nous régale d’une langue à résonance ancienne (on se croirait presque au XVIIIe siècle) truffée de mots d’une préciosité délicate. Et il en faut, pour aborder cette cour où trône sa Minjesté flanqué d’un Grand humeur chargé de surveiller ses excréments et d’y déceler quelque crainte de maladie ou d’empoisonnement.
La charge est transmissible et Islo Pers étude à contre-cœur les prémices de ses futures fonctions jusqu’au jour où il passera de «l’humorité à l’humorosité» en découvrant qu’il existait une autre vie que celle de la cour. Et là, il se mettra à une «pénitence d’encrier» pour la fin de ses Mémoires.
Cette sorte de légende scatologique est très surprenante et il y rôde une espèce de vengeance contre certains aspects de la nature humaine, traités avec une jubilation pleine d’ironie et de cruauté.


JULIETTE DAVID
, Suisse Magazine

Haut de la page

Posthume
Au pays d’Anne-Lise Grobéty

Ce n’est pas un dernier roman qui va de soi que celui auquel Anne-Lise Grobéty a mis un point final quelques semaines avant son décès, survenu en octobre 2010. Le titre d’abord, Des nouvelles de la Mort et de ses petits, déconcerte; mais cet article indéfini, un peu vieillot, n’est ni anodin ni maladroit, ces «nouvelles» annoncent en réalité un roman (et plus précisément des «Mémoires intestines»), et si ces «petits» qui suivent la Mort majuscule intriguent autant qu’ils inquiètent, ils marquent en tout cas d’emblée la force d’invention et la liberté de ton qui caractérisent les textes de cette romancière exigeante.
Islo Pers est né au Pays Bougon, une terre au climat ingrat qui n’a jamais eu à lutter contre l’envahisseur car «qui serait assez sot pour se mettre sur le dos la dépouille de pareil territoire?» Fils aîné du Grand humeur du Roi, Islo est voué par conséquent à hériter de la charge. L’humorité est un art subtil qui consiste à sentir, renifler, humer justement les défécations humaines afin d’en tirer des conclusions sur l’état de santé de l’humain en question; la tâche n’est pas de petite importance, surtout quand il s’agit de «sa Minjesté», mais le petit Islo se rêve capitaine sur les grands océans, pas «navigateur de soupière». Heureusement pour lui, son maître Erlanger, en véritable homme des Lumières, lui enseigne autre chose, et avant tout d’oser penser par lui-même. C’est aussi par lui-même qu’Islo rencontre La Mileni, une cantatrice dont il tombe amoureux. Mais sous le règne de ce Roi peu au fait des souffrances de son peuple, la tension monte et les effervescences menacent.
On reconnaît dans ces «mémoires» qui s’étendent de la naissance jusqu’au moment de l’écriture les procédés de La Corde de mi (Campiche, 2006): le récit d’une existence, et le récit d’une vie qui se fait. Une esthétique baroque qui se retrouve au niveau de la langue, puisque le livre est écrit en langue bougonne, «une langue harassante qui n’est plus parlée tantôt que par une poignée de nigauds, qui est depuis belle suée d’années la risée des fins lettrés du monde entier, tant est grande son arrogance à toujours vouloir maîtrise sur échos et assonances en toutes circonstances, et qui aggrave encore son crime d’extravagance par l’indigence de ses rimes». Si la romancière a toujours chercher à développer un langage qui lui soit propre, elle ne l’a jamais fait de façon aussi poussée et explicite. La langue bougonne fait surgir un pays entier, avec son territoire, son histoire, ses coutumes et ses institutions. L’invention poétique de chaque phrase donne au livre son grain particulier, sa texture un peu rugueuse et véritablement unique.
Le roman est porté par le rythme particulier d’Anne-Lise Grobéty: les six parties, de «Déhiscence» à «Semence», qui sont autant de larges pans de la vie d’Islo, sont fractionnées en courts chapitres où la narration avance de façon chronologique mais sur un tempo irrégulier – piétine sans jamais ennuyer, puis bondit en avant sans crier gare, avant de ralentir pour mieux reprendre son élan. Il y a un véritable plaisir à se laisser emporter par ce livre rocambolesque, plein d’humour, et qui réussit le tour de force de parler de merde non seulement sans tomber dans le vulgaire et le scatologique, mais plus encore en émerveillant le lecteur!
Il est toutefois difficile de lire ce texte sans penser à son auteur, qui le rédigeait alors que la maladie progressait en elle, mais «avec le talent d’embusquer tout soupçon», comme les merles, «qui doivent avoir l’air si sûrs en même temps qu’ils crient à la précarité de leur sort, tandis qu’ils recommencent et recommencent à lancer leurs stances presque jusqu’au levage de lune pour tenter de conjurer la menace nocturne – mais sans pour autant, j’insiste, sacrifier le soin apporté à la mélodie – jusqu’à ce que l’obscurité les assigne enfin au silence». Sous cette lumière sombre, les descriptions du métier de Grand humeur se mettent à nous parler plus gravement de la réalité toute terrestre du corps, de ses failles et de ses déchéances. Quant à l’aspect plus politique du livre, et même s’il rappelle essentiellement le XVIIIe français, il ne manque pas de trouver un écho dans les effervescences qui secouent ce début de XXIe siècle.
Quarante ans après Pour mourir en février, Des nouvelles de la Mort et de ses petits achève sans la refermer une œuvre qu’on n’a pas fini de redécouvrir, qui se sera attelée jusqu’au bout, avec rigueur et entrain, à saisir et célébrer la vie sous toutes ses formes et sous toutes ses coutures – rien que ça.

BRUNO PELLEGRINO, Le Passe-Muraille

Haut de la page

«Et l’autre part ne peut se résoudre à l’insoutenable réalité. Comment refuser de voir que par mon égoïsme d’amoureux je vais ajouter de plein gré un nom à la liste de mes morts aimés: celui de mon bon maître dont la sagesse, la clairvoyance, la gaieté, la patience ont été l’apport de lumière de mon enfance et de ma jeunesse. “Si vous lâchez la mort hors de son enclos, m’avait-il dit un jour, vous pouvez être sûr qu’elle va s’empeser la panse de petits. Et croyez-vous qu’à leur tour ils ne vont pas aussi s’empresser, à peine le nid quitté, d’entrer dans la danse ? Serez-vous alors surpris quand, en retour, l’un de ceux-ci viendra vous picorer de son bec comme du grain sec ?…” Dans l’obscurité, sous ma main, je sentais le souffle d’Amarilla tendre et détendre sa poitrine. Je pensais à quel point ils étaient unis si profondément, elle et lui, qu’elle parlait comme lui. “Je crains que nous n’ayons bientôt des nouvelles de la mort et de ses petits”, avait-elle soupiré la veille.»

Lu dans la Presse

Islo Pers doit travailler dur à développer finement son odorat, afin de perpétuer le métier de son père et devenir Grand humeur du Roi. Mais entre les rêvasseries, son goût pour les voyages et la nature, l’apprentissage se révélera difficile: sera-t-il le digne héritier de son père? Pour cet ultime roman, Anne-Lise Grobéty nous emmène dans un univers très particulier: son écriture fine, la danse de sa plume pour faire virevolter les mots entraîneront le lecteur dans un monde surprenant.
(Sandra Gelin, Libraire, Payot-La Chaux-de-Fonds, Suisse)

L’écrivaine disparue laissait un gros manuscrit. Des nouvelles de la Mort et de ses petits vient de sortir.
Dès son premier roman, Pour mourir en février (1970), Anne-Lise Grobéty avait su trouver son public. La Chaux-de-Fonnière a entretenu ce rapport de manière plus intense quand elle est passée complètement à l’écriture, après la fin de ses tâches éducatives et de ses mandats politiques. Sa disparition, le 5 octobre 2010, a donc suscité une réelle émotion.
Anne-Lise laissait un volumineux manuscrit. Le voici publié. Des nouvelles de la Mort et de ses petits se situe au Pays Bougon. Nous voici donc dans un univers de fantaisie. L’ouvrage joue donc beaucoup sur la magie des mots, souvent rares et donc précieux. Les contes ne s’adressent pas qu’aux enfants.
(Étienne Dumont, Tribune de Genève, Suisse)

Anne-Lise Grobéty apporte Des Nouvelles de la Mort et de ses petits pleines de vie
La romancière, décédée il y a un an, donne libre cours à son goût d’une langue recherchée et oppose à la maladie une réponse jubilatoire à travers un grand récit d’éducation flamboyant qui métaphorise le mal.
Les derniers mois de sa vie, Anne-Lise Grobéty les a consacrés à rédiger ces Nouvelles de la Mort et de ses petits. Ce gros roman sort un an après son décès, le 5 octobre 2010, à soixante et un ans. Avec ce titre mystérieux, elle bouclait la boucle d’une œuvre, commencée toute jeune, déjà sous le signe de la fin: Pour mourir en février. Ce récit, publié en 1970, écrit par une adolescente, qui lui avait valu, sur manuscrit, le premier Prix Georges-Nicole, a gardé sa force jusqu’à aujourd’hui. Depuis, Anne-Lise Grobéty a écrit des romans, des livres pour enfants, des textes de réflexion et des nouvelles, beaucoup, quand l’éducation de ses trois filles aux noms de fleurs, l’engagement politique et social morcelaient son temps.
À la maladie, elle a choisi de donner une réponse pleine d’énergie, comme un défi. Des nouvelles de la Mort et de ses petits peut se lire comme une métaphore du mal, mais débordante de vie. C’est le roman d’éducation d’Islo Pers (un narrateur masculin, pour une fois, avec un si beau nom). Au soir de sa vie, ce héros s’attelle à une «pénitence d’encrier» et rédige ses «mémoires intestines». Elles sont à prendre au sens propre. Islo est né en Pays Bougon, terre peu amicale, sur laquelle règne un monarque pas très malin mais enclin aux solutions radicales et absolues: assujettissement des courtisans, ­exploitation du peuple, emprisonnements arbitraires, décapitations, etc. Pour veiller sur sa santé, cette «Minjesté» dispose d’un «Grand humeur», chargé de renifler les excréments royaux pour y déceler les signes d’un mal ou d’un possible empoisonnement. Islo est le fils de ce dignitaire, la charge est héréditaire et il voudrait bien s’y soustraire. Anne-Lise Grobéty file cette métaphore scatologique tout au long du livre avec une alacrité picaresque très troublante. Comment ne pas penser au drame qui se jouait en même temps dans le corps de la romancière, pourtant jamais directement évoqué?
L’histoire se situe dans un temps prérévolutionnaire qui ressemble au XVIIIe siècle français. Des philosophes agitent des idées égalitaires, la faute à Voltaire, à Rousseau, bien sûr, aux Lumières. Le Pays Bougon connaît des hivers rudes, des étés pestilentiels, les saisons ont nom Dorve, Nimbe, Morne ou Moite. Le roman frémit d’effluves plus ou moins agréables que tous ces étrons royaux dégagent: on pense au Parfum de Patrick Süskind, au Journal de Jean Hérouard, le médecin qui nota dans tous les détails l’évolution du petit Louis XIII. Et aux grands romans d’éducation – Tristram Shandy, Tom Jones. Le style mimétise le ton de ces grands récits. «Et toute langue est altérité, étrangeté, décalage dans son essence. Ahou, je n’aurai jamais assez de temps pour faire le tour de ma langue, je ne saurai de ma vie ni où elle finit ni où elle commence…», s’inquiète Islo Pers en exergue. Il y a beaucoup d’humour, de l’ironie. Anne-Lise Grobéty donne libre cours à son goût des mots rares qui confine souvent chez elle à la préciosité. Les chapitres s’intitulent «Déhiscence», «Efflorescence», «Matu­rescence», «Turgescence», «Effervescences», la nature – son bourgeonnement et son déclin – imprègne tout le récit, qui a été écrit entre Évolène, refuge heureux, La Chaux-du-Milieu de ses origines et Étrabonne, dans le Doubs. Pour clore, Anne-Lise Grobéty a choisi «Semence»: Islo Pers est «prêt pour la moisson nouvelle». Il se souvient de l’enseignement de son maître: «N’oubliez pas, Islo, qu’aucun Renversement de la vieille société ne pourra se faire sans renfort d’amour et de beauté.»
Avant cet apaisement, il y aura eu des combats, des morts, des amours, des amis, des trahisons, de belles figures (la chanteuse La Mileni, grand amour d’Islo, le petit Torghol, jolie figure de l’étranger). La destinée du héros et celle du Pays Bougon se développent en parallèle, avec un plaisir d’écriture évident. Les mots sont tordus, gauchis, réinventés, exhumés des souterrains de la langue, ciselés. De petits poèmes rythment la chute des chapitres. Le roman a été terminé quelques semaines avant la mort d’Anne-Lise Grobéty: si elle en avait eu le temps, l’aurait-elle resserré, simplifié? Il y aurait probablement gagné, mais c’est une vaine question. Elle avait le goût des phrases complexes, du vocabulaire inusité, inventé. Elle a laissé à Islo Pers le soin de définir son art poétique: «Pour s’enfiler avec efficacité et élégance dans le gant des mots, ne faut-il pas avoir du métier ou, à défaut, jouir d’une facilité, d’un don? Bien sûr, je n’hésite pas à gonfler mes pages de ratures et à reprendre vingt fois les mêmes enjolivures, mais tâcheronner n’est pas forcer le talent!»
(Isabelle Rüf, Le Temps, Suisse)

Née en 1949 à La Chaux-de-Fonds, Anne-Lise Grobéty étudie à la Faculté des lettres de l’Université de Neuchâtel et effectue un stage de journalisme. Elle commence à écrire très tôt, et elle a dix-neuf ans lorsque paraît son premier roman. Après un deuxième roman, elle ralentit son activité littéraire pour s’occuper de ses enfants. Dans le même temps, elle s’engage politiquement et siège pendant neuf ans comme députée socialiste au Grand Conseil neuchâtelois. Son mandat achevé et ses filles devenant plus autonomes, elle renoue avec l’écriture dès 1984.
Anne-Lise Grobéty se fait connaître du grand public dès son premier roman, Pour mourir en février, couronné par le Prix Georges-Nicole. La suite de son œuvre remporte le même succès: le Prix Rambert et deux Prix Schiller lui ont notamment été décernés. Parmi ses publications les plus importantes, les romans Zéro positif et Infiniment plus, tous deux traduits en allemand, et les recueils de nouvelles La Fiancée d’hiver et Belle dame qui mord. Elle a reçu le Grand Prix C. F. Ramuz en 2000, et le Prix Saint-Exupéry-Valeurs Jeunesse de la Francophonie 2001 pour Le Temps des mots à voix basse. En 2006 paraît La Corde de mi, Prix Bibliomedia Suisse 2007 et Prix «Coup de cœur» Lettres frontière 2007, suivi, en 2007, de Jusqu’à pareil éclat.
Ses narratrices cherchent à affirmer leur identité féminine, à une époque où la présence des femmes en littérature commence à s’affirmer. Anne-Lise Grobéty est donc aussi fortement concernée par la condition de la femme écrivain, par les aspects historiques, formels et politiques de l’écriture féminine, mais elle poursuit surtout une exploration de la langue dans une tonalité bien à elle.
Anne-Lise Grobéty est décédée le 5 octobre 2010.


euroMédia

Haut de la page

Anne-Lise Grobéty a quitté ce monde il y a un peu plus d’un an, à l’âge que j’ai aujourd’hui. J’ai fait la connaissance de son œuvre en lisant Zéro positif chez l’amie qui me logeait à mon retour en Suisse, il y a quelque dix ans, et qui m’avait donné libre accès à sa bibliothèque.
Le titre me plaisait, de même que la couverture, comme toutes celles qui enveloppent de leur brillance les livres publiés chez Bernard Campiche. Ce n’est qu’après ce premier essai de lecture transformé que j’ai lu Pour mourir en février, puis Amour mode majeur.
C’était à chaque fois un très grand bonheur de plonger dans l’univers d’Anne-Lise, tout empreint des blessures que la vie inflige, mais aussi d’une poésie résultant de la magie des mots. Sans raison véritable je me suis contenté jusque tout récemment de ces trois seuls cadeaux littéraires.
En chinant l’autre jour dans une librairie de Lausanne, je suis tombé sur Des nouvelles de la Mort et de ses petits. J’ai vite compris, en le prenant en mains et en lisant quelques pages, que j’avais affaire à un livre bien différent des trois autres d’elle que j’avais lus jusqu’ici.
Le Pays Bougon n’est pas un paradis terrestre, mais un plat pays «couché au plus bas». Il est arrivé en «retard lors de la répartition des parcelles de bon rendement» et n’a reçu que «des lopins de qualité pitoyable». Son climat ne l’est pas moins puisqu’«entre deux excès d’humidité» il a «hérité d’une honteuse saison de sécheresse, d’une déraisonnable portion de pécheresse canicule».
Sur ce pays mal loti règne un roi qui ne se préoccupe guère de ses sujets mais beaucoup de sa petite personne. Il reçoit, entre autres, les soins diligents d’un personnage que François Rabelais aurait pu inventer, s’il était de ce monde et qu’Anne-Lise ne l’avait pas créé, et qui s’occupe de ce qui sort de son fondement, tandis que d’autres s’occupent de ce qui entre par sa bouche.
Le Grand humeur du Roi prend en effet très au sérieux sa charge héréditaire de spécialiste des boyaux royaux. Ce qui lui vaut de demeurer à leur portée, dans l’enceinte du Grand Palais. Comme tout homme qui a une position dans la société, il souhaite que son fils aîné, Islo, prenne sa suite et lui donne donc des leçons d’humorité qui ne rencontrent pas chez son rejeton l’enthousiasme espéré.
Islo est beaucoup plus intéressé par les leçons de son maître Erlanger qui lui apprend à ouvrir les yeux sur le monde, qui lui recommande des livres, qui lui apprend à s’exprimer avec esprit et qui lui présente une belle cantatrice, La Mileni. Celle-ci lui enseignera le chant et il en tombera amoureux transi dès leur première rencontre, oubliant sans problème leur différence d’âge.
Islo oppose une résistance de plus en plus farouche aux projets professionnels que son paternel a pour lui. Au gré des circonstances il feint de se conformer à ses vues ou se rebelle ouvertement contre lui. Son admiration pour son maître, qui lui a appris comment étaient maltraités les sujets du Roi, lui a enseigné des principes de moralité publique et l’a initié aux idées subversives du Penseur, ne fait que le renforcer dans cette posture.
La situation politique du Pays Bougon finit par se dégrader au fil des années, tant il est vrai qu’aucun pouvoir ne peut se passer de consentement populaire. Le Grand Renversement aura lieu. Il ne se fera pas sans victimes. La Mileni, qui va se trouver en plein milieu des effervescences qui le précède, fera cette prédiction au fils du Grand humeur qui a bien grandi depuis qu’ils se connaissent:
«Je crains, Islo, que nous n’ayons bientôt des nouvelles de la Mort et de ses petits.»
Ce livre, écrit dans la langue bougonne, qui est du genre fleuri et imagé, apparaît comme un conte voltairien, mais d’un Voltaire qui se serait départi de tout cynisme et qui rendrait compte de faiblesses trop humaines. Car il nous rappelle que la passion peut faire oublier les beaux principes, et avoir alors de terribles conséquences, et que personne n’est à l’abri de succomber à la déraison.
Ce roman, qui pose une question de vie et de mort, n’est-il pas le testament, achevé six semaines avant sa propre mort, qu’Anne-Lise Grobéty voulait nous laisser?


FRANCIS RICHARD
, blog

Haut de la page

Paru en 1970, son premier roman était titré Pour mourir en février; édité de façon posthume, son dernier récit s’intitule Des nouvelles de la Mort et de ses petits. La mort se tient aux deux bouts: la boucle est bouclée. Malheureusement bien trop tôt.
À soixante ans, alors que le cancer progressait en elle, Anne-Lise Grobéty écrivait ou plutôt ciselait cette ultime fiction. Alors qu’à travers la maladie, son corps se rappelait à elle dans toute sa trivialité, la romancière neuchâteloise mettait de la jubilation dans la rédaction des «mémoires intestines d’Islo Pers, fils du Grand humeur du Roi, qui succéda à son père de manière éphémère». Cette concomitance bouleverse.
Le sujet d’étude d’un Grand humeur est les boyaux. Il observe les manifestations digestives et s’intéresse particulièrement aux selles qu’il hume, observe, soupèse, afin  d’y discerner d’éventuels maux du corps et de l’esprit. Et le héros narrateur Islo est initié à cette science à travers des leçons paternelles d’humorité, qui le passionnent il est vrai moins que les cours d’un autre maître. Surnommé le Penseur, ce dernier l’initie au monde des idées, à la réflexion par soi-même, au souci d’équité : il est un homme des lumières qui dérange dans ce Pays Bougon où se situe le récit, et ses écrits vont y connaître un triste sort, tout comme sa propre personne.
«Le Pays Bougon a hérité de ciels sans appel en matière de gouttières, de vrais ciels en culs de passoire, d’horizons en forme d’écumoire. […] Jugez un peu: lorsque la saison Moite vient juste derrière Nimbe, suivant Morve de près sans récréation, le Pays Bougon n’est plus qu’un affligeant bourbier. Qui déglutit, glougloute sans pitié, bouillonne à grands flots ses liqueurs amères et ses humeurs à satiété à chacun de ses pores. […] Le territoire entier est pris d’une unique colique.»
Poser le décor permet aussi de goûter à la prose imagée et inventive de l’écrivain qui n’a pas manqué d’étonner ses lecteurs avec ce héros (pour la première fois) masculin, le sujet, les métaphores scatologiques et l’allure picaresque de ce roman. Cela dit, Anne-Lise Grobéty visite ici des territoires déjà parcourus dans d’autres titres, comme l’érotisme, la politique, l’identité, sur un ton parfois bien incisif, par exemple lorsqu’elle se moque royalement de «Sa Minijesté», monarque obscurantiste du Pays Bougon.
Autre thème cher à l’auteure, celui de la filiation. «Pourquoi ne pas être libre de décider de sa destinée en toute impunité, comme le consigne le Penseur?», demande Islo à son père. Certains diraient que le ver est dans le fruit : le doute s’est insinué dans la tête du fils, héréditairement destiné à une carrière qui le désespère. Bousculer «l’ordre des choses» demande un courage qu’Islo découvre en lui en écoutant et lisant son maître. «À la déploration préférez la passion»: cette maxime, Anne-Lise Grobéty l’a sans nul doute faite sienne, et l’a transmise à ses héroïnes et héros successifs, qu’elle a amenés avec elle à «prendre la juste mesure de son enracinement  parmi le vivant et de sa dépendance indéfectible de la nature ».
Le Penseur finit la tête coupée, Anne-Lise Grobéty en a décidé ainsi. Est-ce un geste de représailles envers le monde des idées qui ne l’a pas sauvée in fine? Ou le constat que le corps impose sa loi. Le corps physique étant ici comparé au corps social, appelé à «trier ce qu’on lui fait avaler, le digérer et ne conserver que ce qui lui est essentiel pour grandir, s’épanouir, prospérer, en discriminant impitoyablement tout ce qui pourrait putréfier son élan vers le progrès et l’égalité de la quotité de bien-être!». De péripéties en intrigues plus ou moins ironiques, légères, dramatiques, la romancière a écrit un texte engagé et métaphysique. D’une plume balayant toutes plaintes, elle y transcende la douleur, affronte la mort à travers la création littéraire, avec humour, poésie, liberté, talent et une attention rare à l’infime, «le dérisoire naufrage» d’une mouche dans le suif brûlant d’une bougie occupant à ce titre une page captivante avec elle.
Après avoir «passé des mois à [s’]ouvrir les veines de la mémoire», l’autobiographe Islo se sent prêt à la «moisson nouvelle»; Anne-Lise Grobéty le quitte et nous quitte sur «un fou rire d’enfant», une note mélancolique d’éternité et d’intemporalité.


ÉLISABETH VUST
, culturactif.ch

Haut de la page

D’une fonction vitale et de la liberté

Un an après la mort d’Anne-Lise Grobéty, son dernier roman glorifie la langue et le corps dans un conte digne du siècle des Lumières

Anne-Lise Grobéty a terminé son dernier roman quelques semaines avant son décès le 5 octobre 2010 des suites d’une longue maladie. Le titre, Des nouvelles de la Mort et de ses petits, ne laisse pas indifférent. Son premier roman, Pour mourir en février, un texte lyrique et comme essoufflé par l’émotion, avait reçu le Prix Georges-Nicole 1969 alors qu’elle avait tout juste vingt ans. Ce monologue d’une adolescente qui s’adresse à une autre femme qu’elle a perdue et pour laquelle elle peine à nommer ses sentiments a fait dire à Corinna Bille, autre grande femme de lettres suisse: «...C’est le mouvement de la vague si difficile à saisir... Les scènes qui ne se terminent pas, qui reviennent, recouvertes à leur tour par d’autres, ce rythme ressassant, c’est le rythme même de l’amour.»
En 1984, le recueil de nouvelles La Fiancée d’hiver met de côté le rythme dicté par l’intériorité, prend un ton hautement sarcastique et s’habille de phrases sobres pour saper cruellement le cliché de l’instinct maternel dans «Maternaire», et de métaphores riches et surprenantes pour raconter la liberté solitaire de «Quand Benoîte cueille». Comme pour ses réflexions sur la condition de la femme, Anne-Lise Grobéty a reçu de nombreux prix littéraires malgré un petit nombre de publications dû à une vie bien remplie de journaliste, mère et députée socialiste au Grand Conseil neuchâtelois pendant neuf ans.
Ton caustique
Dans son dernier roman, on retrouve le ton sarcastique que Corinna Bille voyait déjà à l’œuvre dans Pour Mourir en février et qui explose dans «Maternaire». Des nouvelles de la Mort et de ses petits raconte la vie d’Islo, habitant du Pays Bougon, traversé par le cours d’eau La Malseine et victime des assauts des saisons Moite, Nimbe, Morve et Morne, termes ludiques qui donnent envie de s’amuser à trouver des ressemblances avec le lieu d’origine de cette auteure, née en 1949 à La Chaux-de-Fonds. Ces railleries donnent immédiatement le ton caustique, ainsi que l’ambiance, merveilleuse et étrange à la façon d’un conte. Islo vit sous le règne d’un roi et doit hériter de la fonction de Grand humeur, c’est-à-dire qu’il passera sa vie à sentir, toucher et analyser les selles de son monarque pour l’aider à prendre soin de sa santé sans être, bien entendu, aussi estimé qu’un médecin. Islo nous raconte son enfance et son adolescence, empreintes de souvenirs sensuels et métaphysiques encore vifs, et sa formation donnée conjointement par son père et par son Maître, un être intelligent attaché à donner une éducation teintée des idées de justice et d’égalité qui commencent à naître dans le Pays Bougon et chez ses voisins, notamment propagées par le Penseur, dont on brûle les livres et qu’on menace de bûcher, ce qui fait écho avec l’histoire et le XVIIIe siècle.
Une langue riche
Ce roman de formation doit beaucoup de son intérêt à sa langue riche et poétique, ses mots et ses tournures rares qui lui donnent un côté à la fois précieux et surranné, mais aussi vivant et jubilatoire. Enveloppés par cette écriture joueuse, le corps et la matière semblent au centre de Des nouvelles de la Mort et de ses petits. Le père d’Islo ne cesse de glorifier sa charge auprès du roi et l’excrétion elle-même, fonction méprisée et pourtant vitale. Islo lui-même s’est aperçu très tôt, suite à l’abattage d’une vache à laquelle il était attaché, qu’«excrément et mort ont partie fortement liée». Le titre lui-même met la mort au centre, mais alors qu’il pourrait inquiéter, il rassure parce qu’il réduit l’infini du néant à un animal dont le danger est certes qu’il se reproduise, mais qui surtout devient susceptible d’être domestiqué.
Un roman ample qui ne fait donc rien moins qu’apprivoiser la mort, parfois sur un ton sarcastique, mais qui prend aussi très au sérieux les aspirations de beauté et de justice d’un homme en devenir.
On en regrette d’autant plus la disparition d’un écrivain capable de jouer sur des tons et dans des genres si différents.


LAURENCE DE COULON
, L’Express, L’Impartiel, Le Nouvelliste

Haut de la page

Anne-Lise Grobéty apporte des «Nouvelles de la Mort»… pleines de vie

La romancière, décédée il y a un an, donne libre cours à son goût d’une langue recherchée et oppose à la maladie une réponse jubilatoire à travers un grand récit d’éducation flamboyant qui métaphorise le mal.

Les derniers mois de sa vie, Anne-Lise Grobéty les a consacrés à rédiger ces Nouvelles de la Mort et de ses petits. Ce gros roman sort un an après son décès, le 5 octobre 2010, à soixante et un ans. Avec ce titre mystérieux, elle bouclait la boucle d’une œuvre, commencée toute jeune, déjà sous le signe de la fin: Pour mourir en février. Ce récit, publié en 1970, écrit par une adolescente, qui lui avait valu, sur manuscrit, le premier Prix Georges-Nicole, a gardé sa force jusqu’à aujourd’hui. Depuis, Anne-Lise Grobéty a écrit des romans, des livres pour enfants, des textes de réflexion et des nouvelles, beaucoup, quand l’éducation de ses trois filles aux noms de fleurs, l’engagement politique et social morcelaient son temps.
À la maladie, elle a choisi de donner une réponse pleine d’énergie, comme un défi. Des nouvelles de la Mort et de ses petits peut se lire comme une métaphore du mal, mais débordante de vie. C’est le roman d’éducation d’Islo Pers (un narrateur masculin, pour une fois, avec un si beau nom). Au soir de sa vie, ce héros s’attelle à une «pénitence d’encrier» et rédige ses «mémoires intestines». Elles sont à prendre au sens propre. Islo est né en Pays Bougon, terre peu amicale, sur laquelle règne un monarque pas très malin mais enclin aux solutions radicales et absolues: assujettissement des courtisans, ­exploitation du peuple, emprisonnements arbitraires, décapitations, etc. Pour veiller sur sa santé, cette «Minjesté» dispose d’un «Grand humeur», chargé de renifler les excréments royaux pour y déceler les signes d’un mal ou d’un possible empoisonnement. Islo est le fils de ce dignitaire, la charge est héréditaire et il voudrait bien s’y soustraire. Anne-Lise Grobéty file cette métaphore scatologique tout au long du livre avec une alacrité picaresque très troublante. Comment ne pas penser au drame qui se jouait en même temps dans le corps de la romancière, pourtant jamais directement évoqué?
L’histoire se situe dans un temps prérévolutionnaire qui ressemble au XVIIIe siècle français. Des philosophes agitent des idées égalitaires, la faute à Voltaire, à Rousseau, bien sûr, aux Lumières. Le Pays Bougon connaît des hivers rudes, des étés pestilentiels, les saisons ont nom Torve, Nimbe, Morne ou Rance. Le roman frémit d’effluves plus ou moins agréables, tous ces étrons royaux dégagent: on pense au Parfum de Patrick Süskind, au Journal de Jean Hérouard, le médecin qui nota dans tous les détails l’évolution du petit Louis XIII. Et aux grands romans d’éducation – Tristram Shandy, Tom Jones. Le style mimétise le ton de ces grands récits. «Et toute langue est altérité, étrangeté, décalage dans son essence. Ahou, je n’aurai jamais assez de temps pour faire le tour de ma langue, je ne saurai de ma vie ni où elle finit ni où elle commence…», s’inquiète Islo Pers en exergue. Il y a beaucoup d’humour, de l’ironie. Anne-Lise Grobéty donne libre cours à son goût des mots rares qui confine souvent chez elle à la préciosité. Les chapitres s’intitulent «Déhiscence», «Efflorescence», «Matu­rescence», «Turgescence», «Effervescences», la nature – son bourgeonnement et son déclin – imprègne tout le récit, qui a été écrit entre Évolène, refuge heureux, La Chaux-du-Milieu de ses origines et Étrabonne, dans le Doubs. Pour clore, Anne-Lise Grobéty a choisi «Semence»: Islo Pers est «prêt pour la moisson nouvelle». Il se souvient de l’enseignement de son maître: «N’oubliez pas, Islo, qu’aucun Renversement de la vieille société ne pourra se faire sans renfort d’amour et de beauté.»
Avant cet apaisement, il y aura eu des combats, des morts, des amours, des amis, des trahisons, de belles figures (la chanteuse La Mileni, grand amour d’Islo, le petit Torghol, jolie figure de l’étranger). La destinée du héros et celle du Pays Bougon se développent en parallèle, avec un plaisir d’écriture évident. Les mots sont tordus, gauchis, réinventés, exhumés des souterrains de la langue, ciselés. De petits poèmes rythment la chute des chapitres. Le roman a été terminé quelques semaines avant la mort d’Anne-Lise Grobéty: si elle en avait eu le temps, l’aurait-elle resserré, simplifié? Il y aurait probablement gagné, mais c’est une vaine question. Elle avait le goût des phrases complexes, du vocabulaire inusité, inventé. Elle a laissé à Islo Pers le soin de définir son art poétique: «Pour s’enfiler avec efficacité et élégance dans le gant des mots, ne faut-il pas avoir du métier ou, à défaut, jouir d’une facilité, d’un don? Bien sûr, je n’hésite pas à gonfler mes pages de ratures et à reprendre vingt fois les mêmes enjolivures, mais tâcheronner n’est pas forcer le talent!»


ISABELLE RÜF
, Le Temps

Haut de la page

Au Pays Bougon

Anne-Lise Grobéty. L’écrivaine disparue laissait un gros manuscrit. Des nouvelles de la Mort et de ses petits vient de sortir

Dès son premier roman, Pour mourir en février (1970), Anne-Lise Grobéty avait su trouver son public. La Chaux-de-Fonnière a entretenu ce rapport de manière plus intense quand elle est passée complètement à l’écriture, après la fin de ses tâches éducatives et de ses mandats politiques. Sa disparition, le 5 octobre 2010, a donc suscité une réelle émotion.
Anne-Lise laissait un volumineux manuscrit. Le voici publié. Des nouvelles de la Mort et de ses petits se situe au Pays Bougon. Nous voici donc dans un univers de fantaisie. L’ouvrage joue beaucoup sur la magie des mots, souvent rares et donc précieux. Les contes ne s’adressent pas qu’aux enfants.


ÉTIENNE DUMONT
, Tribune de Genève

Haut de la page

Islo Pers doit travailler dur à développer finement son odorat, afin de perpétuer le métier de son père et devenir Grand humeur du Roi. Mais entre les rêvasseries, son goût pour les voyages et la nature, l’apprentissage se révélera difficile: sera-t-il le digne héritier de son père? Pour cet ultime roman, Anne-Lise Grobéty nous emmène dans un univers très particulier: son écriture fine, la danse de sa plume pour faire virevolter les mots entraîneront le lecteur dans un monde surprenant.

SANDRA GELIN, Payot La Chaux-de-Fonds, «Sélection. Le meilleur de la rentrée littéraire»

Haut de la page

Le dernier roman d’Anne-Lise Grobéty, terminé le 25 août 2010…

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Haut de la page

Extraits (Acrobat 144 Ko)