JANINE MASSARD

CHILDÉRIC ET CATHY SONT DANS UN BATEAU

Nouvelles
240 pages. Prix: CHF 34.–
ISBN 978-2-88241-272-0
La nouvelle «Childéric et Cathy sont dans un bateau»
a été traduite en russe par Irina Volevitch
et publée pour la revue littéraire, à Moscou,
«Littérature étrangère», No 7-2012


Biographie


Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Mais qui sont ces personnages décalés, habités par des rêves et que la réalité ne ménage pas ? Des grands ducs humains, un grand-père mutant, un toxicomane qui croit avoir mangé du soldat de Napoléon, un autre qui confesse appartenir au monde des fantasmes nocturnes, un vieil homme infirme qui prend un pan de son passé en pleine figure, une montagnarde aspirée par le monde, un fantôme largué près d’un abribus, divers héros ou héroïnes deviennent les interlocuteurs d’une passionnée de lecture, une jeunesse engouffrée dans le silence. Dans ces onze nouvelles, des personnages interrogent sur la société actuelle et ses mutations


ELLE JONGLE AVEC LES MOTS

La Vaudoise Janine Massard publie un recueil de nouvelles

Auteure du beau récit autobiographique La Petite Monnaie des jours, du passionnant travail d’ethnographie régionale Terre noire d’usine, paysan ouvrier dans le Nord vaudois au XXe siècle, et du poignant Comme si je n’avais pas traversé l’été inspiré par un deuil personnel, Janine Massard vient de publier un recueil de onze nouvelles. Certaines d’entre elles, par leur intrusion dans le merveilleux ou le fantastique, pourront décontenancer ses lecteurs fidèles. On y retrouve pourtant une subtilité dans l’analyse des rapports humains entre les êtres qui fait parfois penser à Nathalie Sarraute. Par ailleurs, ces nouvelles ont leur ancrage dans le réel, les problèmes de société : pauvreté, alcool, drogue, prostitution masculine, femmes battues, inceste, etc. Et les réminiscences autobiographiques n’en sont pas moins absentes. Ironique envers sont propre passé militant, l’écrivaine évoque à travers l’un de ses personnages les « cours de marxisme du dimanche où, sur l’air de l’Internationale, on trinquait à l’amitié entre les peuples zopprimés ». Mais le plus intéressant dans ce recueil est sans doute la capacité de l’auteure à jongler avec les mots, et son interrogation sur la faculté ou l’impossibilité de « mettre des mots sur les choses ». Comment Judith nommera-t-elle désormais son père qui a changé de sexe ? « il, elle, ielle »? « Quel comportement développer face à l’impair de ce père : accepter cet impère qui ne passe pas ? » Comment entendre le délire verbal du jeune marginal ? L’héroïne de La Silenciaire ne parvient pas, elle, à dire son mal-être et disparaîtra. Quant à Marthe, elle « étudierait les mots » pour écrire l’histoire injuste, tragique et occultée de sa jeune sœur, la belle Petite-Lune. Ces nouvelles racontent des histoires, mais elles sont aussi une réflexion sur l’écriture.

PIERRE JEANNERET, Gauchebdo


Haut de la page


Childéric et Cathy sont dans un bateau

Janine Massard a toujours eu l’art de susciter des présences, de faire vivre des personnages, parfois très proches d’elle, de sa vie, de son enfance, mais également, comme dans le présent recueil, des «types» de la société contemporaines, brossés avec verve et sensibilité.
Childéric et Cathy, c’est un grand-père décidant de changer de sexe et de nom. Cas de conscience pour la famille. Comment expliquer l’affaire aux petits-enfants ? Sur un registre tout aussi marginal, les gens de la rue, clients de la soupe populaire, petits drogués se prostituant pour quelques tunes, schizo affolé par l’idée d’un veau Marengo, autant de portraits rudes, pris sur le vif de la réalité. La misère ramène l’auteur à une enfance, la sienne? de famine et de petits sous glanés pour le lait de la benjamine.
Histoires de femmes, secrets de violences gardés dans une «niche de douleur», incestes des fonds de vallées qui poursuivent longtemps «l’œuf de coucou», drames à peine murmurés et disparition d’une « silenciaire » dans une crevasse. Le «fantôme» d’un soir d’orage est devenu un classique de la littérature fantastique, mais, rayon de soleil dans la galerie de portraits plutôt tragiques, il y a le sourire d’Anne, collectionneuse passionnée de livres. Passés à la casserole par une baby-sitter imaginative, les vieux bouquins se muent en personnages de légendes en papier mâché peinturluré.

MIREILLE CALLU, Vevey-Hebdo


Haut de la page


Grand-papa Childéric va changer de sexe. Il n'y a plus d'âge pour ça. Le petit aura deux mémés. C'est par cette histoire que s'ouvre le recueil de Janine Massard. La Vaudoise raconte une Suisse qui aura passé en une génération (et demie) des pâturages immuables à la peur de l'avenir, après deux décennies de folle prospérité.
Notre avis: Inégal, comme tous les livres de nouvelles. Mais Janine a un vrai souffle, du genre décoiffant.

ÉTIENNE DUMONT, Tribune de Genève


Haut de la page


Le dernier est de Janine Massard, vous nous avez déjà présenté plusieurs livres de cette auteure suisse romande, elle vient de publier un recueil de nouvelles intitulé Childéric et Cathy sont dans un bateau. Alors, Geneviève, lequel tombe à l’eau?
Eh bien c’est difficile à dire puisqu’en fait l’un et l’autre sont la même personne. Il s’agit d’un homme, Childéric, qui, après une vie passée à remplir son rôle d’époux et de père, décide de donner place, priorité, à la part féminine qui a été étouffée en lui et donc de se faire opérer. Je ne vous raconte pas la réaction de sa descendance, car il est déjà grand-père.
Cette première nouvelle du recueil donne le ton général de l’ensemble. Il s’agit de fragments de notre réalité contemporaine: la solitude, les loisirs à tout prix, la spéculation immobilière, la conservation de la nature, la toxicomanie. Bref, ce sont onze textes qui nous renvoient en pleine poire notre monde d’aujourd’hui.

Bon, alors, le titre était drôle, mais ce n’est pas le cas du contenu, si je comprends bien?
Disons que le contenu n’est peut-être pas vraiment drôle, mais le regard que porte Janine Massard est suffisamment humoristique et son ton suffisamment caustique pour qu’on ne referme pas le livre complètement accablé. Elle alterne en plus le registre, elle est parfois argotique parfois même légèrement grossière, parfois plutôt lyrique ou encore elle utilise ce monologue très lucide qui est en quelque sorte sa marque de fabrique.

Est-ce qu’on peut avoir des exemples?
Alors par rapport au monologue, je pensais à une nouvelle intitulée L’Aile des grands ducs, dans laquelle s’exprime une femme qui a souffert de la pauvreté de ses parents étant petite et se souvient des humiliations d’avoir à demander par exemple au laitier d’inscrire les dépenses sur l’ardoise familiale, mais elle se souvient aussi de la charité que lui faisait la famille d’antiquaires bondieusards qui habitait à côté de chez eux, qui la recevait à souper, mais qui, en fait, cherchait à l’endoctriner.

Alors un autre?
Le dernier, alors, le dernier du recueil, Petite lune, où il est question des brutalités d’un mari ivrogne sur sa jeune épouse, de l’impunité dont il jouit, car comme l’écrit la romancière, je cite, «Entre la cohésion et la justice, tous avaient choisi le silence pour maintenir l’ordre. Pourquoi se bouger pour une fille qui n’était pas de la région et n’avait plus de parents?» Tout le texte si vous voulez est traversé par cette conscience du fossé social qui marquait déjà le premier livre de Janine Massard, il y a vingt-cinq ans, La Petite Monnaie des jours et qui avait fait dire à Gaston Cherpillod dans sa préface: «Janine Massard est d’abord une honnête femme, elle se soucie moins de plaire que de dire. Quand vous aurez refermé son bouquin, vous en saurez un peu plus sur ce foutu pays, le vôtre et le mien, la patrie suisse.» Fin de la citation. Même si vingt-cinq ans plus tard ce que dit Cherpillod de Janine Massard est toujours vrai, faudrait peut-être pas réduire ces nouvelles à une simple dénonciation des injustices de notre monde, il y a dans ce recueil une forme d’émerveillement pour le travail que l’écriture opère sur l’écrivain et sur la mémoire, tous ces mots sur ce qui est indélébile, comme elle le dit, touchent vraiment le lecteur, parce qu’on y sent un besoin chez l’auteur qui n’a rien à voir avec la reconnaissance sociale justement.

GENEVIÈVE BRIDEL, Quartier Livre, RTS


Haut de la page


«Qui reste dans le bateau? Personne»


Trente ans après Christine au dévaloir, Janine Massard reprend sa plume de nouvelliste. Elle nous revient avec Childéric et Cathy sont dans un bateau, un recueil de onze nouvelles qui naviguent entre réalité et imaginaire. Les personnages ont naturellement embarqué avec eux les réalités de la société qui les entoure: les nouvelles proposent trois regards sur les liens entre rêve, langage et réalité, chacun placé sur le signe de Lacan, Musil ou Wittgenstein.
La première perspective peint les contorsions du langage qui s’efforce de concilier passé et présent: le réel c’est quand on se cogne (Lacan). Ainsi, Judith tente de prendre acte de la nouvelle identité sexuelle de son père qui a décidé de défier les lois de la nature et de la linguistique: faudra-t-il le désigner par «il, elle, ielle»? Ou c’est un vieil homme qui retrouve son passé et devient lui-même le conteur de sa «tristoire». Plus loin, un toxicomane ayant mangé du veau marengo croit avoir avalé du soldat napoléonien, faisant ainsi prévaloir la suggestion des mots sur leurs significations. C’est enfin Clara, une vieille dame «bah… bat… batte, non battue plutôt» qui met à rude épreuve la maîtrise langagière de son interlocuteur.
La deuxième perspective souligne le clivage entre rêve et réalité: on a perdu en rêve ce qu’on a gagné en réalité (Musil). Avec l’histoire d’une femme qui rencontre un fantôme, c’est également l’interdépendance de l’imaginaire et du réel qui est relevée; la charge émotionnelle dont sont investis certains objets se trouve à son tour remise en question: Anne considère les vieux bouquins comme des incunables. La troisième perspective confronte l’écriture même des dernières nouvelles à la fameuse injonction de Wittgenstein: sur ce dont on ne peut parler il faut garder le silence. Le silence et le suicide d’une jeune fille engendrent de nombreuses voix, et finalement c’est la voix même de la plume témoin qui « sombre » dans la quiétude. Des nouvelles qui offrent des voix à des non-dits dits et qui offrent des vues inédites sur la société actuelle.

NOÉMIE LATHION, Le Courrier

Haut de la page

L’écriture pour renaître et dire sa résilience.

«Le temps d’apprendre à vivre, il est déjà trop tard», écrivait Aragon, que Janine Massard aime à citer. Et pourtant à ce «trop tard» s’oppose, dans la vie même de l’auteure romande, marquée par le «scénario de fou» de deux grands deuils prématurés, un effort de résistance qui aboutit à un retour à la vie prolongé, aujourd’hui, en la personne d’un petit Tanguy, fils de sa seconde fille.

Janine Massard, fille de «prolo», n’est pas du genre à se payer de mots, et pourtant c’est bien par les mots qu’elle a conquis sa liberté et surmonté ses années de détresse. Les titres de ses premiers livres annoncent d’ailleurs la couleur, qui n’a rien de rose: Christine au dévaloir (1981), L’Avenir n’est pas pour demain (1982) et La Petite Monnaie des jours (1985, Prix Schiller). Qui faisait dire à son ami Gaston Cherpillod: «Janine Massard voit clair, frappe juste {…} Sa vision n’est point brouillée par la démagogie et sa clairvoyance la défend du délire populiste » Ce qui se confirme un quart de siècle plus tard, avec une douzaine de livres frappés au même sceau du vrai nuancé d’émotion.
Née en novembre 1939, deuxième fille d’un jardinier sans terre contraint de travailler en usine, à Rolle, pour nourrir ses quatre enfants, la mère ajoutant quelques travaux de couture à l’ordinaire du ménage, Janine Massard a toujours eu le sentiment d’être «décalée». D’abord par le fait d’une vie précaire, dans une maison «pourrie» qui prenait l’eau. Ensuite à cause d’un climat moralement sévère, marqué par l’engagement protestant des parents. La pièce policière du lundi, à Radio-Lausanne, et les premières lectures font diversion, mais ce n’est qu’avec le collège que l’horizon s’ouvrira sur le monde, même s’il n’est pas question d’études supérieures.
Quand Janine Massard raconte ses jeunes années, on pense aux héroïnes d’Alice Rivaz, romancière de l’émancipation féminine en terre romande, qu’elle appréciera d’ailleurs entre toutes. Son rêve serait de «faire les Lettres», mais dès ses dix-huit ans il lui faut gagner sa vie. Après une formation d’éducatrice, qui l’amène à s’occuper quelque temps des enfants de mineurs belges, elle fugue en Italie puis se retrouve au secrétariat de la Fédération horlogère, avant un raccord d’études au Gymnase du soir. La rencontre de Maurice Ehinger, enseignant et intellectuel de gauche, comme elle-même, puis la naissance de Véronique, en 1971, et de Martine, en 1974, lui donneront le sentiment que «tout roule» du côté de la vie. Pour exorciser un vieux sentiment d’injustice, on milite au POP (de 1965 à 1969), on boit des pots au Barbare, on refait le monde non sans constater que les lendemains déchantent à Prague…
Dans la foulée, le désir d’écrire s’est concrétisé, qui restera toujours en phase avec la vie: la sienne ou celle des autres. Plusieurs nouvelles de son dernier recueil, Childéric et Cathy sont dans un bateau, filtrent sa grande empathie. On découvre chez elle le monde tel qu’il évolue sous nos yeux, et que la fiction saisit et transforme pour en dégager un sens plus universel.
C’est cela même que «travaillent» les deux plus beaux romans de Janine Massard: Ce qui reste de Katharina (1997, Prix Bibliothèque pour Tous), et Comme si je n’avais pas traversé l’été (2002, Prix Edouard Rod), où l’exorcisme de son propre drame passe par la voie romanesque.
Double drame, puisqu’elle «vivra» la fin de sa première fille, dont le sarcome synovial a été dépisté en 1992, jusqu’en 1997, entre peine et colère mais rires partagés aussi. À quoi s’ajoutera entre-temps pour l’achever la mort de son compagnon, en 1994, lui aussi terrassé par le cancer en quinze jours. «N’étant pas croyante, je ne pouvais trouver aucun réconfort dans la foi, et pourtant j’ai découvert que l’être humain possédait en lui de grandes ressources de résistance. Par ailleurs, le livre de Boris Cyrulnik m’a aidée à accomplir ma propre résilience »
Enfin voici, à soixante-douze ans, Janine Massard évoquant sa propre mort à laquelle elle aimerait se «présenter dignement». Et d’ajouter, sereine: «J’aimerais la voir venir aussi, moi qui l’ai beaucoup engueulée dans certains de mes livres »

JEAN-LOUIS KUFFER, 24 Heures

Haut de la page

Janine Massard : «Écrire c’est mettre des mots sur les choses qui m’ont blessée»

La Suisse, invitée d’honneur au quinzième SILA, nous donne l’occasion de nous rapprocher un peu plus de l’univers livresque et éditorial qui lui sont propres à travers une production en langue française. Cette opportunité nous est donnée de rencontrer Madame Janine Massard, femme de lettres, dont la production littéraire connaît dans son pays un succès reconnu et distinguée par des prix. Janine Massard, la parole directe comme son regard d’ailleurs, donne l’apparence d’une personne quelque peu impénétrable qui ne veut pas se livrer. De prime abord seulement. Mais lorsqu’au cours de sa présentation au public algérois on l’entend lire son texte, on a l’agréable surprise de découvrir l’humour de cette auteure suisse.
Janine Massard est née dans la périphérie de Lausanne, dans un milieu ouvrier, «On ne fait pas de cadeau aux enfants issus du milieu travailleur. J’ai eu à subir une discrimination par rapport à mon origine sociale.» Entre le travail pour gagner sa vie et les études, Janine Massard a pu montrer que même née d’une famille salariale, elle pouvait à force de témérité émerger et devenir une écrivaine à succès. «J’ai eu un parcours compliqué, difficile et j’ai dû me battre pour accéder aux études.» La force en cette femme est palpable. L’écriture lui a été d’un grand secours pour surmonter un double deuil, celui de son époux et celui de sa fille. «J’ai traversé une période difficile en perdant des êtres chers. J’ai été littéralement démontée moralement. J’étais devenue moi-même un personnage de fiction», confie-t-elle, pour expliquer le désarroi, la période tragique traversée, ajoutant: «De là est né mon roman intitulé Comme si je n’avais pas traversé l’été
Elle avouera que tous ses récits sont imprégnés de son milieu familial, de la réalité, des mœurs de la société suisse. «Écrire, c’est avoir des choses à dire, de mettre des mots sur les choses qui m’ont blessée.»
Les épreuves de la vie reviennent souvent dans les propos de la femme de lettres même si elle ne laisse pas entrevoir sa blessure, elle la porte en elle mais avec une certaine distance. Janine Massard est très proche de la nature et des paysages de son enfance, elle nous le révèle. Son bonheur est régi par son petit-fils, la lecture, l’écriture et son entourage familial. Une femme courage.

LEILA NEKACHTALI, www.horizons-dz.com/culture/15243.html


Haut de la page


Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Extraits (Acrobat 524 Ko)