camPoche 20


Anne Cuneo

Station Victoria

roman
Éditions originales: Yvonand: Bernard Campiche Éditeur, 1989
et Paris: Éditions Denoël, 1998
2007. Rééditions: 2008 & 2009. 560 pages. Prix: CHF 22.–
ISBN 978-2-88241-182-2

Prix Bibliothèque Pour Tous 1990

Cet ouvrage est disponible en édition numérique, au prix de CHF 18.00,
auprès de notre diffuseur suisse, l'OLF. ISBN 978-2-88241-349-9




Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


On ne reprochera certainement pas à Amalia de pécher par paresse : que d’énergie et de curiosité chez cette gamine de quatorze ans qui débarque à Londres seule et sans le sou, un jour de mars 1954! Il faut dire que, en rencontrant Victoria Brown – alerte octogénaire – à sa descente du train, elle ne pouvait pas mieux tomber. Apprentissage de la vie pour l’une, véritable renaissance pour l’autre, Station Victoria, d’Anne Cuneo, est l’histoire d’un double éveil et d’une amitié irremplaçable.
…Le roman, écrit à la manière d’un journal, nous transporte dans des univers très britanniques: les courses de chevaux, les pubs et leurs compétitions de fléchettes, ou le rock’n’roll qui envahit peu à peu les clubs de jazz. Il y a l’apprentissage de la langue, aussi, des arts et de l’histoire. Apprentissage de l’amour encore, pour cette adolescente en quête d’une identité. Miss Brown, sublime conseillère – autant en matière de sexe que de littérature –, nous plonge, elle, dans la société victorienne de sa jeunesse, la grande époque des colonies.
…Avec Station Victoria, Anne Cuneo nous donne à savourer une histoire vivifiante, merveilleusement bien documentée.

ISABELLE FABRYCY, Le Matin


Haut de la page


Station Victoria: enfin en poche!

Anne Cuneo n’en était pas à son coup d’essai lorsqu’elle publia, en 1989, Station Victoria. Jusque-là ses écrits étaient surtout des témoignages engagés sur les sujets qui lui tenaient à cœur tels que l’immigration, la psychanalyse ou la maladie. Ce livre, présenté comme un journal, est en fait son véritable «premier roman» .
L’histoire se déroule au début des années 50 et met en scène une adolescente intrépide, Amalia, qui débarque à Londres sans un sou en poche avec pour seule richesse dix mots d’anglais. À sa descente du train, elle rencontre une bonne fée: Victoria Brown. Cette aristocrate octogénaire, suffragette des années 1900, tout en faisant l’éducation intellectuelle, artistique et sentimentale  d’Amalia, revivra un passé flamboyant et retrouvera le goût de vivre.
Ce roman nous plonge dans une ambiance très british – champs de course, pubs et  jeux de fléchettes, Shakespeare et Turner – à l’univers sonore daté par le rock n’roll, Elvis Presley, Fats Domino, Miles Davis, Montand, Brel.
Depuis Station Victoria, Anne Cuneo a signé beaucoup d’autres beaux livres et sans doute plus aboutis, nous pensons en particulier au Trajet d’une rivière et à Multiple splendeur aussi au Maître de Garamond, un pur chef-d’œuvre ouvrant sur l’humanisme. Mais l’aventure d’Amalia est un roman jeune, heureux, drôle, habité par des personnages de tous les jours et pourtant hors du commun, un roman poétique, dans le sens où la poésie loin d’être une construction formelle est cette indicible graine de rêve que chacun porte en soi.
Aujourd’hui, Station Victoria, a rejoint la famille des camPoche (la collection des livres de poche de Bernard Campiche) Ce qui n’est rien moins qu’une consécration.

MICHELLE TALLANDIER, Journal de Cossonay


Que voilà une bonne idée de rééditer en camPoche ce premier roman d’Anne Cuneo. Il se passe en Angleterre et la première version est écrite en anglais. Traduite ensuite en français par l’auteur elle-même, elle est retravaillée et affinée.
Cela ressemble à un roman anglais, avec une multitude de personnages, des événements inattendus et une intrigue dont l’intérêt ne se dément jamais. Amalia, petite Italienne de quatorze ans, orpheline d’un père assassiné et abandonnée par une mère qui passe sa vie dans les casinos, débarque à Londres après avoir fui les orphelinats où elle a passé une triste enfance. Elle pleure, seule avec une valise plus lourde qu’elle. Et là apparaît Miss Bee, une très vieille dame qui, considérant que sa vie n’a plus de sens, s’apprête à en finir. S’occuper de l’enfant, lui apprendre à dépasser les moments difficiles, à ne jamais se résigner, à se libérer de l’empreinte néfaste de sa mère redonne à Miss Bee une raison de vivre. Une grande affection les unira et elles feront ensemble un bout de chemin.
L’auteur a choisi un style léger, jeune puisque Amalia est censée raconter ses souvenirs à dix-neuf ans. C’est facile à lire, mais il y a une grande profondeur de pensées et de sentiments. À la fois, elle nous montre combien sont précieux les souvenirs et les connaissances de cette invraisemblable vieille dame, qui fut suffragette et s’est même mesurée à Churchill. D’autre part, elle met en valeur aussi le courage et la personnalité de l’adolescente qui s’acharne à trouver un sens à sa vie sans jamais s’en laisser conter.
Commencez ce livre et je vous défie bien de l’abandonner en cours de lecture!

JULIETTE DAVID, Suisse magazine


Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Extraits (Acrobat, 88 Ko)
Articles de presse (Acrobat, 56 Ko)


Haut de la page