camPoche 30


ANNE CUNEO

Portrait de l’auteur en femme ordinaire

2009. 550 pages. Épuisé.
«Portrait de l’auteur en femme ordinaire»
a paru en édition originale en 1980 («Les Portes du jour»)
et en 1982 («Le Temps des loups blancs»), en deux volumes,
aux Éditions Bertil Galland, à Vevey.
ISBN 2-88241-228-7, EAN 9782882412287


Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

En 1947, Lausanne avait des couleurs vives

En trente-cinq ans, les couleurs de Lausanne se sont défraîchies. Imperceptiblement, elles ont viré du vert, bleu et ocre à la grisaille. Mais les Lausannois ne le savent pas. Seul un écrivain – ou tout être qui vit à l’affût de ses souvenirs – peut observer l’usure du temps sur les villes. Dans un deuxième volet du récit de sa vie, Anne Cuneo nous restitue les ombres et les lumières qui ont présidé aux dernières années de son enfance. Tout le paysage du Lausanne des années cinquante émerge ainsi d’un témoignage individuel, d’une confession secrète qu’au départ l’auteur ne destinait à personne. Il s’agissait d’un exercice privé, une façon, dit Anne Cuneo, de «réévaluer les choses par moi-même». Nous l’avons rencontrée dans une petite chambre mansardée de Zurich qui lui sert de bureau.
— Lorsque je les rencontre, la plupart des gens qui ont lu mon livre me disent: «Ah! c’est passionnant de redécouvrir le Lausanne d’autrefois sous un éclairage différent…» Ce n’est pas un éclairage différent! En 1947, tout le monde vivait comme ça, tout le monde percevait Lausanne de la même manière que moi. Quand bien même je débarquai tout ingénue d’Italie.
Elle avait onze ans, «Anna», ce jour d’automne où elle vit pour la première fois cette ville faite de tuiles et de briques, de verdure éclatante, et puis ce lac «bistre» couvert de nuages. C’était une Milanaise de bonne famille qui avait perdu, trois ans auparavant, son père dans des circonstances atroces, et qui rejoignait sa mère, devenue femme de chambre dans une pension vaudoise.
Elle vécut longtemps dans une pension pour fillettes italiennes. Un bien triste orphelinat que cette maison humide, exiguë, où l’on vous privait de manger à cause de trois grains de poussière trouvés sous votre lit. Elle était sise à la rue de la Rasude, à proximité des Imprimeries Réunies, où Anne venait parfois bavarder, en cachette, avec un gentil monsieur à cheveux gris qui lui remettait des feuilles blanches. Anne y calligraphiait des poèmes.
Tous les matins, un douloureux cortège de petites gamines encerclées de religieuses grimpait les rues de la ville, de la Rasude à la Grotte, de Saint-François à la rue Pichard, de la rue Haldimand au Valentin. C’est là, à l’École catholique, qu’Anne Cuneo trouva ses premiers germes d’épanouissement. Elle apprit le français mieux que personne, s’intéressa à la littérature, perdit la foi et découvrit le besoin de voyager.
Depuis, son récit nous mène aux quatre coins des vieilles rues lausannoises, dans le pater noster des Galeries du Commerce; au Café du Philosophe, ou du Barbare, sur les bancs de l’École de commerce, puis dans les corridors de la Faculté des lettres, dont elle avait tant rêvé mais où elle dut se buter contre bien des illusions.
«C’est ça être universitaire ? écrit-elle. Ces corrigés pointilleux? Ces exercices d’école secondaire? Ces notes (indicatives, certes, mais non moins traumatisantes)? Ces “Ne nous égarons pas” aussitôt qu’on sortait de l’ornière?» Mais l’Université, c’était aussi pour Anne un fleuron de personnalités: Gilbert Guisan, Daniel Christoff, André Bonnard, Constantin Regamey, un monde que tout étudiant lausannois de sa génération a rencontré et perçu comme elle, et dont elle a su rendre dans son livre le climat étrange où l’école s’apprêtait à se «démocratiser».

Une écriture différente

Bien entendu, Le Temps des loups blancs c’est beaucoup plus qu’une caméra descriptive parcourant le fil des événements et l’évolution des quartiers.
— J’ai écrit ce livre, ainsi que Les Portes du jour qui l’a précédé, un peu comme l’on suit une psychanalyse. C’est une écriture différente que je voulais dédier à mon entourage immédiat, à ma famille, à mes amis. Mais mon éditeur a jugé bon de la publier.

L’air de Zurich

Aujourd’hui, Anne Cuneo vit à Zurich. Elle y fréquente les jeunes du Mouvement, le Groupe d’Olten, le monde des comédiens avec qui elle suit des expériences passionnantes. Là-bas, reconnaît-elle, la vie est tellement plus chaleureuse qu’à Lausanne.
La semaine dernière, on l’a vue qui répétait avec une petite troupe de comédiens d’expression française Une fenêtre sur le 9 novembre, une pièce qu’elle avait écrite il y a longtemps en hommage aux victimes des manifestations genevoises de 1932. Le spectacle est rempli de personnages fougueux et de situations cocasses. À la fin, on y sert une bonne soupe. Et, surtout, on y respire l’air pétillant de Zurich, qui n’a rien à voir avec la blême atmosphère du Lausanne d’aujourd’hui.

GILBERT SALEM, 24 Heures, 1982


Haut de la page

Cuneo, sœur et frère

Alors que Anne Cuneo réédite son épatant Portrait de l’auteur en femme ordinaire, son frère Roger livre une émouvante autobiographie.

En 1945, Anne a 13 ans, son frère Roger 9 alors que leur père Alberto Cuneo meurt. Ils sont tous deux placés dans un orphelinat. Puis leur mère part travailler en Suisse et les fait venir en 1947. Pas chez elle – dans deux orphelinats de Lausanne. Leur fortune est diverse, leur destin chahuté. Ils sont adultes lorsque leur mère leur livre un récit de sa vie. Anne Cuneo, déjà écrivain, intègre les lignes de sa mère dans Les Portes du jour, premier tome de son beau Portrait de l’auteur en femme ordinaire paru en deux volumes chez Bertil Galland en 1980 et 1982. Roger, qui hante depuis trente ans les scènes comme comédien et chansonnier, n’en fait rien jusqu’à ce printemps, qui voit paraître son émouvante autobiographie, Maman, je j’attendais. Une enfance au tapis. La réédition au même moment, par Bernard Campiche, des deux tomes de Portrait de l’auteur en femme ordinaire rassemble publiquement, cinquante ans après leur arrivée en Suisse, le frère et la sœur dans leur destin commun d’orphelins déracinés et opiniâtres.
Roger n’est pas écrivain mais son récit, celui d’une enfance résiliente passée à attendre sa mère accro des casinos, parle vrai. Anne Cuneo révèle, elle dans Portrait de l’auteur…, le parcours passionné, tourmenté et volontaire qui a fait d’elle l’écrivain talentueux que nous connaissons. Être femme, pauvre, immigrée, orpheline et écrivain à Lausanne dans les années 60 n’avait rien d’une sinécure, le combat pour la liberté d’agir et de penser une affaire de chaque jour. Portrait de l’auteur en femme ordinaire s’achève sur le départ pour Zurich, où Anne passera deux ans, et la rencontre de Pierre, son futur mari. «L’adolescente vieillie qui est partie pour Zurich n’était pas (…) si différente de la fillette arrivée en Suisse dans une Simca grise. Le changement essentiel, c’était (…) d’avoir compris que le monde n’est pas un lieu immuable où des formules magiques font de nous des êtres fabuleux, où notre place – ciel ou enfer – est inscrite à jamais.» La mémoire non comme regret, mais comme arme.

ISABELLE FALCONNIER, L’Hebdo


Haut de la page


Anne Cuneo écrit la solitude de l’enfance

Réédition. «Parfois, nos souvenirs ne concordent pas. Parfois, même, ils se contredisent. Je serais tentée de dire: tant mieux.» L’éditeur Bernard Campiche publie une nouvelle édition du Portrait de l’auteur en femme ordinaire d’Anne Cuneo, paru pour la première fois en deux tomes en 1980 et 1982. La romancière italo-suisse y raconte la solitude de son enfance d’immigrée dans un orphelinat d’écrivain. Un récit entrecroisé avec les carnets de sa mère, retrouvés après son décès.

AMO, La Liberté


Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Haut de la page

Extraits (Acrobat 72 Ko)
Photos et articles (Acrobat 892 Ko)