camPoche 2


Anne Cuneo

Mortelle maladie

2002. 160 pages. Prix: CHF 12.–
ISBN 2-88241-120-0, EAN 9782882411204


Biographie

Anne Cuneo confie avoir écrit «avec ses tripes» et revient sur la réception de son récit, en avance semble-t-il sur son époque où il ne convenait pas encore de faire état de réticences vis-à-vis de la maternité.
Mortelle maladie n'en est pas pour autant un manifeste. Il s'agit plutôt d'un journal d'une femme enceinte, des premiers jours de sa grossesse – elle se sent d'abord menacée par cet hôte imprévu – jusqu'à l'issue tragique au 6e mois. «Cet enfant que je n'ai pas désiré et tant voulu.» «C'est maintenant, alors que ma vie tout entière se défait pour lui, que ça ne m'est plus égal, que j'ai besoin de lui: il a creusé sa place, il existe.» Anne Cuneo parle lumineusement de ce moment où elle s'est sentie devenir mère. Et lorsque la mort emporte son bébé, il ne lui reste que les mots. Son cri poétique se tient en équilibre sur le fil de la littérature au-dessus du gouffre du pathétique et distille une tristesse absolue.

ÉLISABETH VUST, 24 Heures


Curieux livre mais belle facette du talent de Anne Cuneo.
Il s'agit du journal d'une grossesse non désirée jusqu'à la naissance. Parce que si au départ la femme qui est enceinte ne le veut à toute force pas, au bout du voyage… Mais ce qui est fort et remarquable c'est le parti pris de tout dire parce que pensé, sans tabou, sans pathos, sans honte et avec la conviction de n'être pas la seule à peut-être…

DENIS LEDUC, À vous Livre


Bien peu de solutions sont offertes à l’angoisse de cette grossesse subie et refusée, décrite cruellement, lentement… L’auteur a réussi la gageure de démêler un imbroglio où apparaissent successivement le dégoût, un certain idéalisme abstrait, les bouleversements constants de la pensée, les conflits de l’âme et, aussi, cette part d’amour que conserve tout cœur de femme.

Nouvelliste et Feuille d’Avis du Valais