Enjeux 7


ELISABETH HOREM – JOSEPH INCARDONA
ANTONIN MOERI – JÉRÔME RICHER
ISABELLE SBRISSA

Ce volume contient:
Elisabeth Horem L’Été volé
Joseph Incardona – 37 m2
Antonin Moeri Bingo
Jérôme Richer – Naissance de la violence
Isabelle Sbrissa – La Traversée du désert

Théâtre
2009. 330 pages. Prix: CHF 18.–
ISBN 978-2-88241-256-0, EAN 9782882412560

Diffusion en France, par Pollen Diffusion

Publié en partenariat avec la SSA (Société Suisse des Auteurs)

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Enjeux a pour mission de prospecter, éditer et diffuser les œuvres théâtrales les plus intéressantes du moment, écrites par les membres de la Société suisse des auteurs de Suisse romande (initiatrice et partenaire de la collection). C’est d’une certaine façon une revue théâtrale liée autant que possible à l’actualité de la création, mais aussi à la promotion d’œuvres que les responsables espèrent voir un jour parvenir à la scène.
Dans ce volume, trois auteurs (E. Horem, J. Richer, I. Sbrissa) se sont vu décerner un prix SSA. Dans le prolongement des patrimoines scéniques universels, cette distinction salue des écritures en prise avec notre temps, novatrices et personnelles, des inventions formelles subtiles et des dramaturgies exigeantes et cohérentes sur des thématiques fortes.
Bien que le choix ne soit pas opéré autour d’un thème commun, il est frappant de constater que la violence, avérée ou latente, relie plusieurs des textes de ce volume. Aujourd’hui comme hier, l’auteur de théâtre demeure un observateur sensible et pertinent. Il est un guet qui tente de décrypter, avec impertinence parfois, les mécanismes et les travers sournois de la dérive des hommes et de leur société.

PHILIPPE MORAND


Haut de la page


Un aperçu de l’ouvrage:

Page 5:
Elisabeth Horem. L’Été volé.
Des personnages sont pris au piège d’un régime implacable. Arrêtés sans savoir pourquoi, ainsi que des centaines d’autres, Vaart et Sana se rencontrent dans le camp où ils sont détenus pour quelques mois. Sana se languit de Mona, sa fiancée, qui de son côté tente désespérément de lui venir en aide – mais, trompée par le cynisme de Carsen, l’un des hommes du régime, elle ne parviendra qu’à provoquer la perte de Sana. Vaart, bien que libéré, n’échappe pas à l’engrenage. Mona et lui resteront à jamais souillés par la mort de Sana, dont la machination de Carsen a fait d’eux, malgré eux, les artisans.
L’Été volé a pour thèmes la trahison, la honte, la lâcheté, la peur, le cynisme et la violence qui fleurissent sous les dictatures et n’épargnent pas même l’amour.


Page 81:
Joseph Incardona. 37 m2.
À quelques mois des nouvelles élections, un président organise son propre enlèvement afin de reconquérir sa cote de popularité et briguer un second mandat. Ignorant tout de ce plan, les deux mercenaires engagés pour la mission – une femme et un homme – décident de doubler l’organisation qui les a engagés et d’empocher la rançon. Pour le président, ce qui ne devait être qu’une luxueuse retraite de quelques jours se transforme ainsi en véritable cauchemar.


Notice biographique

Né en 1969. Mère suisse (Genève), père italien (Sicile). Double nationalité, Suisse et Italie. A vécu à Syracuse, Rome, Bienne, Locarno, Paris, Bordeaux. Retour à Genève en juillet 2007 après 8 années passées en France. Également de nombreux voyages et séjours : Europe, Amérique du Sud et État-Unis, Océanie. Diplômé en Sciences Politiques, ancien footballeur semi-professionnel (Servette F.C). Activités diverses : figurant, pigiste, restaurateur de bateaux…
Anime depuis 2003 des ateliers d’écriture créative (Université Bordeaux III, Écoles « Prépart » à Genève et Paris), enseigne la sociologie de l’Art et le français.


Liste des publications 

ROMANS, NOUVELLES

Remington, roman, Fayard Noir, Paris, 2008
Banana Spleen, roman, éditions Delphine Montalant, Paris, 2006
Taxidermie, nouvelles, éditions Finitude, Bordeaux, 2005
Dans le ciel des bars, nouvelles, éditions Delphine Montalant, Paris, 2003 / rééd. Pocket, Paris, 2006
Le cul entre deux chaises, roman, éditions Delphine Montalant, Paris, 2002 / rééd. Pocket, Paris, 2005


TRADUCTION

Adrenalina, nouvelles, recueil traduit par Andrzej Bajko, Editions Wydawnito, Szczecin, Pologne, 2006


THÉÂTRE/ éditions

37m2, in Campoche, collection « Enjeux », Éditions Bernard Campiche, Orbe (août 2009)
[guRmâdiz], théâtre, Éditions du Pull-off, Lausanne 1999


            BANDE-DESSINÉE/ scénarios

Petites Coupures, éditions les Enfants Rouges, Juan-les-Pins, 2009
Dans les cordes, éditions Les Enfants Rouges, Juan-les-Pins, 2008
Fausse Route, éditions Les Enfants Rouges, Juan-les-Pins, 2008


            CINÉMA/ scénarios,  THEATRE/ textes & représentations

Baby Jane, court métrage, réal. Cyril Bron (en montage), Pitbull Films en coproduction avec la Télévision Suisse Romande, (juillet 2009)
Le Figuier, court métrage (21m.), réal. Cyril Bron, Sélection officielle festivals : Filmets Badalona 2008, Journées de Soleure et Lichtspieltage Winterthur 2009, Genève, 2008
Annonciation, court métrage (4m.), co-réal. Cyril Bron, Festival « Godard Projeté », 2ème Prix Cinémathèque suisse, Lausanne, 2008

37m2, théâtre, mise en scène Jef Saintmartin, Genève (septembre 2009)
[guRmâdiz], théâtre, mise en scène Frédéric Polier, Lausanne, 1999


BOURSES, RESIDENCES

Pro Helvetia et le Centre National du Livre (Paris) en 2004 pour l’écriture d’un recueil de nouvelles (Taxidermie, publié en 2005) et d’un roman (Banana Spleen, publié en 2006).
Résidence d’un mois en Pologne (Szczecin, 2006), Partenariat : Consulat de Suisse à Bordeaux, Conseil Général de Gironde et Programme Interreg UE.


Page 183:
Antonin Moeri. Bingo.
Il y a quelques années, un jeune mec (que je connaissais) et quelques-uns de ses potes ont attendu un black à la sortie d’une boîte. Ils l’ont battu à mort, ou presque, abandonnant le corps inerte sur le bitume. Cette nouvelle m’a tellement bouleversé que j’ai décidé d’écrire Bingo, le monologue d’un délinquant au regard fuyant.

Page 227:
Jérôme Richer. Naissance de la violence.
Un homme seul, dans un espace clos, est visité par une apparition, celle de sa femme tuée quelques années auparavant lors d’un affrontement avec la police. Accompagné de ce fantôme, l’homme revisite les différentes étapes de son engagement dans la lutte armée au cœur des années 1970. Cette pièce est inspirée des vies de Renato Curcio et Margherita Cagol, membres fondateurs des Brigades rouges en Italie, et des événements en marge de la réunion du G8 à Évian en 2003.


Jérôme Richer

Né en 1974. Il est diplômé en histoire du droit, des faits sociaux et des institutions. Il a écrit un mémoire sur le théâtre pendant la Révolution française à Lyon. Il commence le théâtre à l’Université de Chambéry. Il effectue plusieurs stages de formation dans le jeu d’acteur en particulier avec Gérard Desarthe mais aussi en danse Buto avec Sumako Koseki. Il a écrit plusieurs pièces de théâtre dont La ville et les ombres (création à la Bâtie, festival de Genève en septembre 2008), Écorces, Naissance de la Violence (Une histoire d’amour) (Prix SSA 2006 à l’écriture théâtrale), 13 Voix (représentée dans le cadre du projet L’oeil du Cyclone au Théâtre Saint-Gervais Genève en octobre 2006), La Jeunesse Dorée (lecture au théâtre Le Poche à Genève en mai 2005 et publication par Alna Éditeur – Paris en septembre 2005) et Le sourire de l’aveugle (publication dans l’Avant-Scène Théâtre N°1000).
Il a joué dans plusieurs pièces de théâtre en région Rhône-Alpes notamment Lorenzino avec le Centre Dramatique National de Savoie (direction André Engel).
Il a mis en scène quatre spectacles en région Rhône-Alpes dont Fool for Love de Sam Sheppard (joué aussi à Strasbourg et Toulouse).
Après plusieurs années de pause dans la pratique théâtrale, il fonde en janvier 2005 La Compagnie des Ombres pour laquelle il écrit et met en scène plusieurs spectacles: Persona Non Grata, spectacle de clown, dans plusieurs festivals de rue en Suisse et France, Pasolini Théâtre (d’après des textes de Pier Paolo Pasolini) au Théâtre de l’Usine à Genève en novembre 2005. Au cours de la saison 2006-2007, il met en scène son texte Naissance de la Violence à La Grange de Dorigny à Lausanne, au Théâtre de l’Usine à Genève et au CCN-Théâtre du Pommier à Neuchâtel puis Médée et autres récits de femmes de Dario Fo et Franca Rame au Théâtre Saint-Gervais à Genève. En octobre 2007, il met en scène Le petit Nicolas et les copains (d’après un texte de Nicolas Sarkozy) au Théâtre de l’Usine à Genève.
Il collabore avec l’association romande Prélude et la metteuse en scène et comédienne Delphine Horst à Nulle part mais surtout hors du monde, créé en mars 2008 au Théâtre Saint-Gervais Genève avant d’être repris au Théâtre 2.21 à Lausanne puis au CCN-Théâtre du Pommier à Neuchâtel. Ce projet a confronté des détenus en régime de semi-liberté à l’univers théâtral à travers les textes de Jorn Riel.


Page 287:
Isabelle Sbrissa. La Traversée du désert.
Sur une scène désertique, Barbie, Ken et leurs doubles, Barbie 2 et Ken 2, ont reçu des consignes différentes d’une entité abstraite et toujours absente. «On m’a dit tu entres et tu traverses le désert », énonce Barbie perplexe. «On m’a dit tu entres et surtout tu ne traverses pas le désert», répond Ken décontenancé, tandis que Barbie 2 est censée «ne pas traverser dans l’absolu» et que Ken 2 est là pour «attendre qu’elle traverse le désert». Faut-il se conformer à l’ordre reçu, faut-il traverser sans savoir pourquoi ni comment ou faut-il prendre la liberté de se distancier de l’injonction reçue ? Peut-on échanger les motivations, les rôles? Et si ce « on » est absent, qui viendra contrôler que chacun a bien respecté le contrat de départ et réalisé ce qui était prévu? Dans ce désert d’une représentation qui ne cesse de s’interroger sur elle-même, une action finit tout de même par advenir, étonnamment en accord avec les injonctions mystérieuses du départ.


Isabelle Sbrissa.

Née en 1971, Isabelle Sbrissa vit et travaille à Genève.
Elle étudie la littérature française avec un accent mis sur le théâtre contemporain à l’Université de Genève et complète cette formation par une licence en histoire de l'art obtenue en 1998.
En parallèle à ses études universitaires, elle réalise en collectif plusieurs créations à la frontière du théâtre, de la performance et de l'installation : Le Tram (dans le tram 12, 1995), L'Observatoire (parc Georges-Favon, Genève 1997 / Mai au Parc, Lancy, 1998), Délits de fuite d’après Alfred Andersch (Salle d’exposition de la Ville de Genève, sur le site Artamis, Genève, 1999). Elle suit également les cours publics de théâtre du Conservatoire d’art dramatique de Genève.
S’ouvre ensuite une période d’expérimentations plastiques et d’écriture. Elle pratique toutes sortes de techniques de construction toujours liées à la réduction du réel et développe un scénario original de science-fiction, où Ken et Barbie sont déjà présents. Ce travail d’expérimentations, interrompu faute de moyens, sera repris plus tard pour la conception de Anna & Tomy.
Dès 2003, elle reprend un travail en équipe qui lie texte, son et arts visuels. C’est d’abord L’Immeuble, un automate pour voyeurs. Un mini théâtre urbain, qui permet de porter un oeil neuf sur notre quotidien (Nuit de la science et Théâtre du Loup, Genève, 2004 / Archipel, Genève, 2005). Puis c’est Anna & Tomy, une fable de science-fiction sur les transformations du corps humain, mis en scène sous forme de trois tableaux sonores, avec Ken et Barbie comme personnages principaux (7e du Théâtre Saint-Gervais, Genève, 2007). Un théâtre miniature, à la frontière de plusieurs genres, qui combine création plastique, dialogues et environnement sonore pour offrir aux spectateurs un parcours onirique d’une vingtaine de minutes.
En 2007, elle se met à écrire véritablement pour le théâtre avec un premier texte La Traversée du désert (Prix SSA 2007), qui utilise encore une fois (la dernière?) Ken et Barbie. Suivent d’autres textes : Les Destructeurs (2008), Hécatombe (2008). En 2008, elle co-écrit et co-met en scène avec Corinne Müller et Eric Jeanmonod le spectacle des 30 ans du Théâtre du Loup, La Disparition de Suzy Certitude.
En 2008 également, elle est lauréate du concours Texte-en-Scène avec le projet Le Quatre Mains, une pièce qui tisse pouvoir, domination et fantasmes érotiques. En janvier 2009, toujours dans le cadre de Texte-en-Scène, Le Quatre Mains est mis en lecture par Frédéric Polier à l’Arsenic à Lausanne, avec les comédiens Céline Goormaghtigh (Linda), Nathalie Lannuzel (La Femme de chambre), Jacques Michel (Le Commissaire), François Florey (La Victime) et Antonio Troilo (Le Passant).
Depuis, elle a écrit Intimités, un monologue aux accents de fable sur les essors d’un sexe masculin, publié en version bilingue français-allemand dans la revue Kaméléon (juillet 2009) et La Ligne droite, une pièce courte, satire comico-grivoise des standards érotiques hétérosexuels (2009).

Voir aussi Enjeux 5


Haut de la page


Enjeux 7

Il y a deux sources d’intérêt dans ce livre, la forme, moderne et pleine de trouvailles, et le fond. Hasard ou volonté, les auteurs traitent tous de la violence. Dans L’Été volé, les personnages, manipulés par une dictature sans pitié, voient leurs efforts pour libérer un camarade le conduire à sa perte. Dans 37 m2, un dictateur organise son enlèvement pour assurer sa réélection. Mais, ignorant la manœuvre, les deux mercenaires veulent s’approprier la rançon et l’histoire vire au cauchemar. Bingo est le soliloque argotique d’un assassin. Dans Naissance de la violence, un homme hanté par le souvenir de sa femme revoit l’histoire des Brigades rouges. Dans La Traversée du désert, deux personnages et leurs doubles flottent entre ordres et contrordres. Chacun de ces thèmes insiste sur les dérives de l’époque actuelle que les auteurs ont su observer et rendre avec beaucoup de justesse et d’art.

JULIETTE DAVID, Suisse Magazine


Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Extraits (Acrobat, 216 Ko)


Haut de la page