Théâtre en camPoche 10


MARIELLE PINSARD

Les pauvres sont tous les mêmes
et autres pièces

La Truite (1999) ; Construis ta jeep (2006) ; Les pauvres sont tous les mêmes
ou Des chevreuils à vive allure
(2005) ; Nous ne tiendrons pas nos promesses (2008).

Théâtre
2009. 240 pages. Épuisé.
ISBN 2-88241-240-9, EAN 9782882412409

Publié en partenariat avec la SSA (Société Suisse des Auteurs)
Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Il faudrait commencer par les titres. Des titres qui en disent long sur les intentions de Marielle Pinsard. Par exemple, et parmi tant de titres qui sont autant d’aveux, d’interpellations et d’énigmes, on retiendrait: La Truite; Comme des couteaux; Blonde Unfuckingbelievable Blond; Les Parieurs; Mon Pyrrhus; Pyrrhus Hilton; Built your jeep; Nous ne tiendrons pas nos promesses, ce dernier titre apparaissant comme une douce provocation face une société qui n’arrête pas, justement, d’en faire avec un cynisme le plus officiel qui soit.
Marielle Pinsard, c’est d’abord une observatrice extrême, qui scrute et décrypte ce que l’on nomme réalité en faisant le pari que son regard et son écoute donneront naissance à une autre réalité. C’est quelqu’un qui se rend attentive aux autres – si différents si semblables – qui prend le risque du mimétisme pour mieux décaler et transposer son récit.
Le lieu commun est à l’origine du théâtre et Pinsard en constitue le moteur de son travail. Pièces originales, pièces inspirées de et réécrites, écritures improvisées, théâtre documentaire, son œuvre multiplie les angles d’attaque pour raconter le monde d’aujourd’hui. Elle n’a pas peur d’épouser les points de vue les plus communs, ceux que la doxa impose et que nous sommes nombreux à reprendre à notre compte, intellingentzia et petite bourgeoisie
confondues, masses médiocres face à la consommation. Elle en fait le matériau de pièces qui irritent, déroutent et fascinent à la fois. Car Pinsard épouse le point de vue de l’autre, le fait parler pour mieux le comprendre et le critiquer, lui donne droit de cité, le fait voir et entendre dans ses différences et jusqu’à ces écarts avec elle-même. Son regard est sans illusion mais elle a l’élégance inquiète de ne pas nous plomber la vie (ni l’art). Comme Rodrigo
Garcia, dont elle est à la fois proche et lointaine, elle n’esquive pas la dimension morale de l’acte théâtral et dresse un tableau éclaté des mœurs de notre société contemporaine.
Quand on lit Marielle Pinsard, il faut ne faut jamais oublier qu’elle est comédienne, metteure en scène, dj et animatrice de soirée, c’est-à-dire que ce qu’elle écrit est effectivement soumis à l’expérience de la pratique scénique et à la confrontation avec le public. Ses phrases semblent sorties telles quelles du quotidien et pourtant elles sont plutôt à prendre comme des citations singulières d’une parole commune et parfois dévoyées. Elles sonnent comme les sentences dérisoires d’un rituel déboussolé et qui régit pourtant encore nos modèles sociaux.
Mine de rien, Pinsard recycle le double héritage du théâtre de l’absurde et du théâtre panique. Elle place l’acteur et le spectateur face à la vacuité et l’inanité de l’expérience humaine, elle incite l’un et l’autre, dans le temps de la représentation, à s’interroger sur sa place au théâtre et dans la vie. Ayant lu un peu Brecht, elle sait que l’ironie est le salut de l’esprit. Marielle Pinsard procède avec discernement et sans préjugés. Elle passe des blondes à Racine, de l’immigration à la gastronomie...Cette capacité à relativiser et distancier les sujets s’apparente à une vision d’une monde où le désapointement n’est jamais loin de la révolte.

PHILIPPE MACASDAR


Haut de la page


Théâtre. Marielle Pinsard et Valérie Poirier sont entrées dans la collection Théâtre en camPoche.

La collection Théâtre en camPoche met en valeur les écritures contemporaines romandes. Dirigée par Philippe Morand et publiée avec beaucoup de soin par Bernard Campiche, elle s’enrichit de trois nouveaux volumes. Le premier, Enjeux 6, réunit six pièces de théâtre tout public, dont Les enfants chevaliers de la Fribourgeoise Isabelle Daccord, pièce créée par le Théâtre des Osses en 2002
Les deux autres volumes mettent en évidence le questionnement sur la société d’aujourd’hui de deux auteures bien présentes sur les scènes théâtrales romandes, Marielle Pinsard et Valérie Poirier.
Marielle Pinsard décortique nos réactions de pitié et de dégoût face aux mendiants dans une pièce dérangeante, Les pauvres sont tous les mêmes. Trois femmes financièrement très à l’aise, qu’on imagine volontiers, pour se donner bonne conscience, faire des dons pour un lointain hôpital en Inde, mais causer sur un ton satisfait, à la terrasse d’un café à la mode, des «dérangeants» pauvres d’ici. L’air de rien, en vérifiant leur brushing dans la vitre, elles débitent des phrases assassines et cyniques, qui virent à la culpabilisation des pauvres et décrivent la mendicité comme un travail. Malaise.
Les textes de Marielle Pinsard, La Truite, Construis ta jeep, Nous ne tiendrons pas nos promesses, sont tous des textes coups de poing, sans ponctuation, qui relèvent de l’oralité, d’un jet capté sur le vif et testé sur scène. Valérie Poirier, elle, a construit Les bouches comme une énigme: on découvre les indices petit à petit, par sous-entendus. L’auteure décrit un monde noyé dans le whisky et dopé aux antidépresseurs, dont même les rêves sont d’une pauvreté affligeante. S’y mêlent l’argent, Dieu et la mort. De quoi laisser un goût aigre en bouche.
Cette veine tragicomique, Valérie Poirier la cultive aussi dans Objets trouvés, Quand la vie bégaie et la pièce Loin du bal, qui pose un regard décalé sur la vieillesse et la vie en EMS.

ÉLISABETH HAAS, La Liberté


Haut de la page


«Mon théâtre est ouvert, ce n’est pas du théâtre sentencieux.»

Comédienne, «performer», Marielle Pinsard écrit des pièces et les met en scène depuis dix ans. «
Les pauvres sont tous les mêmes et autres pièces» en réunit quatre qui interrogent une certaine attitude face à la consommation.

Construis ta jeep, Les pauvres sont tous les mêmes, Nous ne tiendrons pas nos promesses sont trois pièces clairement réunies par un thème commun.
Oui, il s’agit de notre rapport à la consommation dans un microcosme spécifique qui est celui dans lequel je vis, parce que je ne parle pas de ce que je ne connais pas. Les personnages de ces pièces ont un discours engagé et critique, par lequel ils essaient de se mettre en valeur, mais leur position soi-disant sensible au monde est contredite par une attitude égoïste. Mon milieu exprime une inquiétude vis-à-vis de notre monde qui devient fragile, mais, en même temps, il se voue à la consommation et au plaisir. C’est facile de se donner bonne conscience en signant une pétition sur Internet, en un clic. C’est comme si dire permettait de s’absoudre de quelque responsabilité que ce soit.

De quel milieu parlez-vous?
D’un microcosme, le mien, d’une classe de gens un peu cultivés. Je ne parle que de moi, des gens plus responsables, il y en a plein, mais je n’en fais pas partie. Je dirais que je suis engagée à ne pas être engagée. Nous sommes ce que j’appelle les égoïstes au grand cœur.

Et vos pièces sont une critique de cette attitude?
Non, c’est le public qui est censé faire la critique. Moi, je dis comment je suis, comment je vis. Si les gens veulent se reconnaître, ils se reconnaissent, et s’ils trouvent ça ennuyeux, ils trouvent ça ennuyeux. Je ne cherche pas à faire un procès et je n’apporte pas de réponse. Mon théâtre est ouvert, ce n’est pas du théâtre sentencieux.

Construis ta jeep, le monologue d’un chirurgien riche passionné par sa voiture, est plus ambigu que Les pauvres sont tous les mêmes et que Nous ne tiendrons pas nos promesses.
Parce que c’est un texte politiquement incorrect écrit en réaction à un texte agaçant pour moi: L’avantage avec les animaux, c’est qu’ils t’aiment sans poser de questions, de Rodrigo Garcia. Il critique les riches, mais les riches ont de quoi critiquer les gens qui se prétendent moins riches et qui ne vivent pas si mal en réalité, surtout ici, dans les pays industrialisés. Les gens vraiment pauvres qui auraient une conscience écologique et qui souhaiteraient recycler leurs déchets n’en ont peut-être pas les moyens, par exemple. Par ailleurs, j’ai aimé cet exercice d’écrire par rapport à un autre texte, et j’adorerais que quelqu’un écrive en réaction à Construis ta jeep.

Certaines de vos pièces sont très drôles.
Je n’utilise pas l’humour exprès, ce sont les situations qui sont drôles, car souvent vraies, non? On rit plutôt parce qu’on est souvent pathétique et de mauvaise foi. Je ne veux pas faire rire en fait!

Vous écrivez et vous mettez en scène tout le temps, votre vie est faite de théâtre?
Oui, mais je suis en train de me calmer un peu. Récemment, j’ai vécu une formidable histoire d’amour qui s’est terminée sans tristesse, mais qui me pousse à chercher ce que sont mes vrais désirs. Je vais essayer d’arrêter de regarder autour de moi, ou en moi à travers les autres, et de vraiment trouver mes désirs profonds. Donc je vais peut-être arrêter de tourner autour de la question du rapport à la consommation, dont j’ai l’impression d’avoir fait le tour. Maintenant que j’ai quarante ans, je m’interroge sur la mort et la peur, c’est un sujet plus intime. Je suis en train de travailler sur un texte qui met en rapport l’homme et la bête, pour mieux parler de l’homme, mais je ne sais pas encore où ça va me mener.

LAURENCE DE COULON, La Vie protestante


Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Haut de la page

Extraits (Acrobat, 100 Ko)


Haut de la page