camPoche 41


Jean-François Sonnay

Hobby

autoportrait social
2009. 110 pages. Prix: CHF 12.–
ISBN 978-2-88241-254-6, EAN 9782882412546

Diffusion en France par Pollen Diffusion
Texte inédit


Biographie

Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.

Hobby

Bien peu d’auteurs, surtout en Suisse romande, vivent de leur plume. Écrire constitue donc pour eux un hobby. Jean-François Sonnay, qui vient de donner un beau roman avec Le Pont, nous explique comment son système fonctionne. Pour ce délégué de la Croix-Rouge, c’est l’humanitaire qui constitue en quelque sorte l’alimentaire. Entre deux missions, il s’offre ainsi une plage pour la création. Mais attention! Notre homme sait vivre très modestement. Un petit livre très instructif.

ÉTIENNE DUMONT, Tribune de Genève


Haut de la page


Écrire, un métier ou un hobby?

Suite au refus du service des impôts de considérer le caractère professionnel düne activité d’écrivain, Jean-François Sonnay s’interroge sur la place de l’auteur dans la société. Hobby, un essai sociologisant, se fonde sur son expérience personnelle qu’il retrace, s’interroge sur la renommée et l’engagement politique et explique ses choix esthétiques.

LAURENCE DE COULON, La Vie protestante


Haut de la page


Dans un essai intitulé Hobby, Jean-François Sonnay tente de dresser, après trente-cinq ans de carrière, un autoportrait de la condition actuelle de l’écrivain: comment vit celui qui investit sa vie dans l’écriture, loin de la piste aux étoiles, quels vont être ses démêlés quotidiens pour écrire, payer son loyer, manger etc. L’auteur ne cache rien, il parle de ses tirages (sur dix titres, cela va de 182 à 1’846 exemplaires vendus), des bourses à l’écriture, des prix littéraires. S’il y a une chose qu’il faut éliminer d’emblée, c’est le rendement. On n’écrit pas pour faire de l’argent mais parce que ce qu’on a à dire est devenu un chemin de vie et parce que, aussi, on a un éditeur qui croit que la littérature existe et qu’elle a encore droit de cité. Lorsqu’on occupe un créneau totalement déficitaire, il faut organiser sa vie de manière à pouvoir financer soi-même son temps d’écriture, même si parfois une période faste pourrait faire croire au miracle: des prix littéraires qui vous tombent dessus les uns après les autres, une bourse par-dessus le marché… Mais cela étant de courte durée et très exceptionnel, il vaut mieux recourir à l’organisation personnelle. L’auteur travaille comme délégué humanitaire pour le CICR, ce qui lui permet de trouver de nombreuses sources d’inspiration et, économisant sur son salaire, il parvient à s’offrir une année de travail entièrement vouée à l’écriture.

JANINE MASSARD, Le Passe-Muraille


Vous pouvez nous commander directement cet ouvrage par courriel.


Extraits (Acrobat, 80 Ko)

Haut de la page