camPoche 64


JACQUES-ÉTIENNE BOVARD

Les Beaux Sentiments

Roman
2012. 390 pages. Prix: CHF 22.–
ISBN 978-2-88241-320-8

Cet ouvrage est disponible en édition numérique, au prix de CHF 15.00,
auprès de notre diffuseur suisse, l'OLF. ISBN 978-2-88241-342-0



Biographie

Manifestations, rencontres et signatures
Index des auteurs

Le livre se passe essentiellement entre les murs d’un gymnase (lycée) lausannois. François Aubort, Professeur de français, est confronté à la rentrée au suicide inexplicable d’un de ses élèves. Le choc qu’il en ressent l’oblige à remettre en question autant sa conception de l’existence que celle de son métier.
Il se sent perdu, peut-être un peu responsable de la mort de son élève par le choix des livres étudiés pendant le trimestre. Et paradoxalement, ce sont les jeunes qui vont lui permettre de «ne plus jamais se rasseoir dans sa médiocrité» et d’envisager une autre façon de s’impliquer dans l’avenir de ses élèves.
Cela dure un trimestre où il se passe beaucoup de choses: manifestations contre les coupes budgétaires, visite au Grand Conseil vaudois, voyage en Allemagne avec passage au camp de concentration de Sachsenhausen.
L’auteur, dans un style clair, aussi bien adapté aux réflexions profondes qu’aux anecdotes, pose des questions essentielles sur l’avenir offert à la jeunesse de son pays et sur la manière de l’y préparer. On sent une expérience vécue et un grand courage pour s’élever et rester à «hauteur d’homme».

JULIETTE DAVID, Suisse-Magazine

Haut de la page

Les Beaux Sentiments de Jacques-Étienne Bovard est un ouvrage rigoureusement construit: il s’ouvre sur la cinquième rentrée scolaire de François Aubort, (dont le lecteur n’apprend le prénom qu’à la cent soixante-septième page), un professeur remplaçant de français dans un lycée du canton de Vaud, en Suisse. Le roman s’achève à la fin de l’année scolaire, après la remise des prix attribués aux lycéens «élevés au grade de bacheliers et bachelières». Chacune des quatre parties du roman se termine par un écrit d’élève: le dossier de Bertrand Fiaugères, le texte d’Anne-Sophie, celui de Cédric et enfin la carte d’Anne-Sophie. Cet ouvrage charpenté introduit le lecteur dans le flux de conscience d’Aubort, entrecoupé de dialogues adaptés au style de chaque locuteur. Ces monologues intérieurs aux multiples réflexions, analyses, remises en question données en alternance à la première ou à la troisième personne du singulier présentent un personnage ordinaire, fragile et révolté, encore plein d’idéalisme, qui porte un regard négatif sur lui-même et aigu sur les autres. Le lecteur voit Aubort comme il se vit lui-même. La grandeur de cet enseignant réside dans sa lucidité, mais cette grandeur est dépourvue de puissance: on ne peut lutter seul contre le malheur d’autrui, contre la société, contre la crise.
Après le suicide d’un de ses élèves pendant les vacances estivales, Aubort culpabilise: il n’a pas su voir le mal être de Bertrand: «qu’est-ce qu’il fallait voir, qu’il n’a pas vu sur ce visage intelligent, quel signe, quelle blessure?» ou tout du moins il a laissé passer les ténus indices de son futur geste: «Ce faux-fuyant, qu’il a vu, pourtant, mais renoncé à relever pour ne pas laisser les autres s’agiter dans l’attente de leurs propres copies ». Il s’interroge alors avec angoisse sur l’opportunité des lectures, aux messages souvent mortifères, proposées à ses élèves: «Ce pays nous ennuie, ô Mort appareillons!…», «Les êtres nous deviennent supportables dès que nous sommes sûrs de pouvoir les quitter»…La littérature n’est pas innocente, elle peut même posséder un pouvoir létal: «La littérature serait-elle un vaste cimetière? N’offre-t-elle aucune certitude résolument tournées vers l’espoir, aucune valeur, aucun idéal?».
Aubort va essayer d’échapper à ce sentiment de culpabilité en tentant de pénétrer l’opacité de ses élèves, d’aller au-delà des apparences, de se rapprocher d’eux. Mais les lycéens fuient, répondant par des lieux communs: «Bien sûr, en sa présence de prof doublé pour la plupart d’un inconnu, on surveille son propos, réflexe de prudence acquis depuis l’école primaire, mais il se peut aussi qu’on n’ait rien d’autre à dire que ces lieux communs sur tout et rien (…)». Aubort essaie alors de sauver Cédric, élève de classe technologique, qui masque la réalité, ses sentiments, ses craintes sous des airs faussement joyeux et désinvoltes («petite bouille démantelée en face de lui qui attend la question suivante en essayant de rattraper ses sourires de faux joyeux…»), cependant le drame qu’il vit est décelable essentiellement dans son angoisse du regard de l’Autre, dans ses silences qui parlent, dans ses conduites à risques, lorsqu’il slalome dans les rues au milieu des voitures, à «une folle allure, les patins tressautant sur le macadam», la mort étant «ici l’attrait irrésistible du jeu». Les gestes d’autrui délivrent des messages susceptibles d’interprétation diverses comme le dernier salut de Bertrand. Le roman met l’accent sur le caractère imprévisible des êtres, montre qu’on ne les comprend pas toujours, qu’on ne peut les aider s’ils refusent. On ne peut s’emparer de leur liberté. Une distance existe toujours entre le «moi» et l’autre.
Dans ce roman réaliste, comme dans la vie ordinaire, le lecteur ne dispose que de bribes d’explications sur les événements proposés de façon partielle et partiale par Aubort, ses collègues et les élèves. Le lecteur est confronté à la complexité psychique des êtres, aux situations difficiles qu’ils vivent et affrontent avec leurs propres moyens dans un univers souvent absurde et angoissant. Les Beaux sentiments témoignent de la vie de la jeunesse, mais aussi d’une époque et d’une région, la Suisse des années 90, engluée dans une crise économique et politique avec un gouvernement qui sacrifie l’éducation: «suppression de cours facultatifs et d’heures d’appui, diminution du personnel et de l’offre alimentaire de la cafétéria, réduction des plages d’ouverture de la bibliothèque et, bien entendu, regroupement systématique des classes dont l’effectif descendra au dessous d’un certain seuil…», une société qui méprise et jalouse les enseignants au soit disant «salaire “indécent”, (aux) “obscènes” vacances, (aux) horaires “sur mesure”…». L’ordre politique et social s’effrite, se désintègre. La chambre des députés n’est plus qu’un lieu de disputes vulgaires, de brouhaha informe, d’indifférence («À droite et au centre, on boucle son porte-documents, on lit un catalogue de jeux informatiques, renversé sur son siège on téléphone à Madame, on bâille, on discute, on rigole…») qui accable financièrement les citoyens.
Dans ce texte qui se veut analogique, confronté aux événements de son époque, à leur absurdité, l’absence d’espérance n’est pas totalement une désespérance. Malgré son apparence souvent apathique, la jeunesse possède un esprit critique, elle est capable d’analyser, de se révolter. Par leurs remarques pragmatiques, («Parce qu’il y a quand même un moment où il faut arrêter de se prendre la tête pour s’empêcher de vivre…») les élèves aident même Aubort à évoluer, à percevoir le réel autrement. La vie est ambivalente, acceptons cette ambivalence et essayons de cultiver les beaux sentiments malgré leur modeste efficacité: «Mais il sera dit que les beaux sentiments ne suffisent pas mieux à vivre qu’à faire de la bonne littérature… Il sera dit que les beaux sentiments ne s’épanouissent comme les fleurs que dans le terreau âpre de l’angoisse, de la violence et du sacrifice… Il sera dit que les beaux sentiments ne peuvent que croître passionnément ou mourir…»

ANNIE FOREST-ABOU MANSOUR, http://lecritoiredesmuses.hautetfort.com

Haut de la page

Avec Les Beaux Sentiments, Jacques-Étienne Bovard a écrit son meilleur roman.
…Au nombre de ses dons, Jacques-Étienne Bovard possède celui du monologue intérieur. Huis clos de la conscience dans lequel le personnage démasque ses lâchetés intimes, avec une sorte de joie féroce à piétiner sa propre image. Nausée de l’âme qui le fait descendre dans ses ténèbres, mais qui lui donne aussi une chance de reprendre possession de lui-même. Dans ses nouvelles, Bovard décrit des existences clouées au sol, retenues par la peur, la convention, la prudence helvétique qui est une variété de nanisme moral (lire Nains de jardin, Campiche, 1996). Dans ses romans, il montre en revanche une métamorphose possible: un chemin pour s’élever un peu au-dessus de soi-même, à hauteur d’homme, rien de plus. Demi-sang suisse (Campiche, 1994) faisait passer cette initiation par la médiation du cheval. Dans Les Beaux Sentiments, elle s’opère au contact des élèves, personnage collectif, avec ses voix multiples, qui donne au jeune Aubort la volonté de «ne plus jamais se rasseoir dans sa médiocrité».
On retrouve ici les qualités de Jacques-Étienne Bovard. La netteté du style. L’observation clinique (la salle des maîtres, la société des «collègues»…). La faculté d’émouvoir sans jamais mettre le pied dans la mélasse.
…Ce n’est pas un roman sur le blues professoral. Ni sur la jeunesse abusée. Encore moins sur les «beaux sentiments»: mais sur un homme qui se bat avec cette idée, et par là même s’élève.

 
MICHEL AUDÉTAT
, L’Hebdo

Haut de la page
 

 
 
 
 Extraits (Acrobat, 180 Ko)
 Articles (Acrobat, 94 Ko)
 

 Haut de la page